S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Oh! Great
Scénariste : NisiOisin/Nishio Ishin
Chara-designer: VOFAN
Éditeur : Pika Édition
Collection : Shonen
Genre : Aventures, Fantastique
Public : + 14 ans
Contenu : 200 pages
Sortie : 8 janvier 2020
Prix : 7,20€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Koyomi se rend chez Suruga Kanbaru pour discuter avec elle de sa chimère. En effet, suite à leur combat de la veille, Koyomi a découvert que sa condisciple était possédée par une patte de singe, qui modifie l’apparence de son bras. Suruga dit n’avoir qu’un vague souvenir de leur affrontement, car ce n’était pas elle aux commandes de son corps cette nuit mais bien sa chimère. Koyomi profite de cette rencontre pour en apprendre plus sur son passé commun avec Hitagi, qui est maintenant la petite amie du lycéen. Suruga lui révèle être amoureuse de son ancienne partenaire depuis toujours mais que cet amour est à sens unique. Frustrée de ne pas avoir pu venir en aide à son amie quand elle avait des problèmes avec sa propre malédiction, alors que Koyomi, lui, a réussi à la sauver et que en plus de cela Hitagi sourit maintenant aux côtés du jeune homme avec qui elle est en couple, la jalousie a envahie Suruga et elle a fait un vœu à la patte de singe, ce qui l’a maudite. La chimère étant puissante, Koyomi décide de faire une nouvelle fois appel à Mémé Oshino. Le spécialiste du surnaturel voit vite clair dans le jeu de Suruga qui n’est pas du tout possédée par un esprit singe mais qui est bien celle qui maîtrise ce bras démoniaque de sa propre volonté. C’est le bras de Rainy Devil qu’elle possède et il lui donne une force surhumaine afin de pouvoir réaliser 3 vœux et celui qu’elle a formulé dernièrement en voyant Hitagi heureuse aux côtés de Koyomi, c’est de tuer le lycéen. Le moyen le plus simple de séparer Suruga de ce bras serait de simplement lui couper mais Koyomi refuse cette option car Suruga est la capitaine du club de basket. Il choisit alors la voie la plus difficile. Pour vaincre le bras de Rainy Devil, il faut que le démon soit incapable de réaliser le vœux de Suruga qui est de tuer Koyomi. Un combat à mort commence alors entre les deux lycéens, un affrontement qui ne peut avoir le dénouement attendu de Suruga puisque Koyomi est devenu immortel par sa condition de vampire. Bonne chance pour arriver à le tuer!

Notre avis

C’est Mémé Oshino qui est à l’honneur sur la couverture de ce 5ème tome de Bakemonogatari. Oh!Great nous offre un dessin exclusif de ce personnage mystérieux, sur la jaquette qui est réversible. Oshino est au centre de toutes les histoires de chimères puisque c’est auprès de lui que Koyomi se rend à chaque fois pour les exorcismes. Mais qui est donc ce personnage. Cela fait déjà 5 tomes qu’il partage son savoir sur les chimères avec nous mais nous ne connaissons rien de lui. Comment se fait-il qu’il en connaisse autant sur les malédictions et la manière de les lever? Oshino n’est pas un homme très actif, puisqu’il laisse toujours le sale boulot à Koyomi. Cependant on ressent une certaine force se dégager de lui mais nous sera-t-elle un jour dévoilée? Shinobu qui partage le verso de jaquette avec lui est tout aussi mystérieuse. Nous savons qu’elle serait un « reste » du vampire qui a transformé Koyomi mais c’est hélas la seule information que nous avons sur elle. Elle semble également très puissante mais toujours prostrée à croupi dans un coin, on ne peut pas dire qu’elle soit très active, tout comme Oshino. Leur demeure fait en quelque sorte office de base pour Koyomi, avec Oshino qui serait la bibliothèque et Shinobu son ravitaillement puisque quand la jeune vampire boit son sang, Koyomi devient plus fort. Encore beaucoup d’interrogations sur ces deux personnages qui, on l’espère, trouveront leur réponse dans les tomes suivants.

C’est au tour de Suruga d’être « infectée » par une chimère. Décidément, Koyomi n’est entouré que d’élèves à problèmes. Toujours des filles, aux mœurs légères, prête cependant à hurler au harcèlement face à Koyomi, et qui font partie du même lycée que le jeune home. On est en droit de se demander si la ville n’est pas mystérieusement prise d’assaut par les créatures démoniaques ou si ces monstres ne sont pas attirés par Koyomi. De ce fait, le récit est assez redondant: une nouvelle fille en détresse, un petit passage chez Oshino pour l’exorcisme et Koyomi qui s’en prend plein les dents. C’est toujours le même principe, ce qui fait perdre de l’intérêt à l’histoire qui est devenue sans surprise.

Les personnages sont bien détaillés. Lors de son combat contre Suruga, on peut voir le corps de Koyomi se déchiqueter ou être broyé sous la force des coups. Ces scènes sont extrêmement détaillées à tel point qu’on peut en avoir des hauts le cœur. Âmes sensibles s’abstenir. Les dessins sont toujours d’une très bonne qualité et il n’y a rien à redire.

Les arrière-plans sont souvent très sombres avec un jeu de lumière entre le noir et le blanc. Encore une fois les trames végétales sont privilégiées comme des feuilles, très présentes dans ce tome, qui ont pris la place des fleurs que l’on a eu l’habitude de voir dans les volumes précédents. Des lignes de vitesses, des onomatopées et des explosions viennent agrémenter le combat de Koyomi et Suruga.

Notre critique du tome 5 de Bakemonogatari

En conclusion, pas de surprises dans ce 5ème tome de Bakemonogatari avec un scénario qui tourne en rond et des dessins toujours à couper le souffle.

Scénario50%
Dessin95%
Édition90%
Originalité80%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • Dessins ++
  • Mystérieux Oshino
On a moins aimé
  • Scénario en boucle
  • Aucune surprise
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.