S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Ogeretsu Tanaka
Scénariste : Ogeretsu Tanaka
Éditeur: Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Comédie
Public : Averti
Contenu : 176 pages
Sortie : 25 janvier 2018
Prix : 8,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Tônô a été obligé de quitter ses rêves de lycée super stylé de Tokyo pour intégrer un établissement non mixte en pleine campagne. Et sa malchance ne s’arrête pas là : lorsqu’on lui propose d’intégrer le club de photographie, idée qui lui plaît ne serait-ce que pour se faire des amis plus facilement, il réalise trop tard qu’il est tombé sur un club d’originaux qui s’amusent avec des sextoys !! Pire encore… ils jouent parfois le rôle de défouloirs pour les élèves en manque… Incapable de décider si ces nouveaux potes sont cinglés ou pas, Tônô se retrouve malgré lui membre du Yarichin Bitch Club à ses risques et périls… Et son premier défi sera de perdre son pucelage dans un mois ! »

Notre critique

Ogeretsu Tanaka aime surprendre ses lecteurs ! Après avoir suivi un parcours narratif plutôt classique avec ses précédentes œuvres (Love Wispers, Even in the Rusted Night, The Proper Way to Write Love, Escape Journey, Neon Sign Amber) qui nous invitaient dans les déboires sentimentaux mais très axés romance actuelle avec toute la problématique amoureuse homosexuelle, elle nous déroute avec sa nouvelle série déjantée.

Sous un maigre soupçon de vraie romance au rendez-vous dans ce premier tome, on assiste à une succession quasi systématique de scènes érotiques sans autre motivation que l’expression exacerbée du désir adolescent dans un lycée pour garçons. Tout est prétexte à se laisser aller, du texte des nouveaux sextoys au consentement face aux demandes régulières venant des élèves et même des professeurs. Très cru dans le texte comme dans le dessin, Yarichin Bitch Club porte bien son nom !

Malgré cela, Ogeretsu Tanaka parvient quand même à mêler les sentiments d’Itome pour Keiichi, le président du club, l’attirance sincère d’un stalker pour l’obsédé Yuri, l’incapacité de Tamura à exprimer ses réels sentiments pour Kyôsuke, l’amour naissant de Yû pour Tônô et de ce dernier pour Kyôsuke…

Sous ses dehors très déroutants, ce premier tome propose donc deux lectures, celle des mœurs ultra-libérées de ses personnages et celle de leurs sentiments qui dépassent de loin les seuls rapports physiques (ou leur perspective). Parmi les protagonistes les plus intrigants, citons Kyôsuke qui, bien que ne faisant pas partie du club, est un personnage complexe qui entre dans un triangle amoureux involontaire avec Tônô et Yû mais pourrait tout aussi bien devenir l’unique pour un Tamura qui, jusqu’à présent se suffit de ses partenaires d’un instant. L’étrange Yuri est tout autant intéressant car l’attention que lui porte un malheureux élève à deux doigts du suicide semble changer sa façon de voir les mecs et peut-être révéler une autre facette bien cachée de lui-même.

Bien que le sexe soit LE sujet phare de ce manga, à tel point qu’il ne faut pas avoir froid aux yeux pour lire ce premier tome, on devine que la mangaka tente audacieusement de mêler comédie et romance sur fond de relations sexuelles totalement débridées d’une quelconque valeur moraliste. Le sexe libre entend-il amour libre ? Voici qui pourrait être intéressant à lire dans les prochains tomes.

Le trait de la mangaka n’est plus à flatter, il sait dépeindre des personnages aux physiques variés, expressifs, réalistes et physiquement à leur avantage. La profusion de scènes érotiques surprend mais s’inscrit dans le cadre d’un bon respect du scénario, insistant même sur les encadrés mettant en avant le propos plus sentimental de l’histoire.

Avec une série comique axée en premier lieu sur le sexe et ses mille et unes façons d’en profiter, Ogeretsu Tanaka affiche fièrement un virage à 180° dans son style. Ses fans sont prévenus mais pourront admirer son audace.

Notre critique du tome 1 de Yarichin Bitch Club

Nouvel élève, Tônô entre au club photo du lycée et réalise que c'est un club très particulier où l'on teste, entre autre, des sextoys !

Scénario86%
Dessin93%
Edition97%
Originalité92%
Mise en scène88%
Intérêt sur la durée78%
On a aimé :
  • Audace narrative pour la mangaka
  • Comédie à 95%
  • Equilibre fragile mais présent entre sexe et premiers amours
On a moins aimé :
  • Thématique déroutante pour les fans de l'artiste
89%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.