S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Yukai Asada
Scénariste : Tôru Fujisawa
Éditeur : Pika Edition
Collection : Shonen
Genre : Action
Public : Tout public
Contenu : 192 pages
Sortie : 18 octobre 2017
Prix : 7,20€
Statut de la série : Terminée en 4 tomes
Résumé

« Iruma, un des supérieurs de Ryôko, reconnaît en Hayato le jeune fugitif accusé quarante années auparavant du meurtre de son père. La jeune femme arrive à convaincre son supérieur de laisser Hayato libre car il est le seul à pouvoir délivrer Hikaru, leur collègue, prisonnière des griffes de Mauvais Œil. Hayato et les deux policiers se rendent au musée, leur lieu de rendez-avec les gangsters… Un combat sanglant s’engage entre les deux parties… »

Notre critique

Alors que Ryoko est persuadée que Hayato a péri dans l’explosion de l’immeuble, ce dernier surgit devant elle, sain et sauf. En effet, étant parti acheter à manger, il n’a aucunement été affecté par la déflagration. Mais la réjouissance est de courte durée, car Dog Hound et Doll Dealer font également leur apparition, révélant qu’ils ont pris en otage Hikaru, la collègue de Ryoko. Si Hayato et Ryoko veulent retrouver Hikaru vivante, ils doivent venir la chercher au musée national avant l’aube. Alors que Hayato se prépare à aller au rendez-vous, il est surpris par Iruma, l’un des supérieurs de Ryoko, qui le reconnaît immédiatement comme le jeune fugitif accusé 40 ans auparavant du meurtre de ses parents. Bien qu’il s’apprête tout d’abord à l’arrêter, il décide finalement de l’accompagner au rendez-vous du musée avec Ryoko, intrigué par le plaidoyer de la jeune policière en faveur de Hayato, et le fait que ce dernier n’ait visiblement pas vieilli depuis toutes ces décennies. Alors que le musée offre un terrain idéal pour Doll Dealer, le trio formé par Hayato et les deux policiers parvient malgré tout à venir à bout des deux criminels grâce à l’ingéniosité de Ryoko, l’expérience d’Iruma et les pouvoirs de Hayato. Une fois Hikaru délivrée, Iruma tente tant bien que mal de convaincre de convaincre ses supérieurs du caractère surnaturel de l’affaire, sans succès. Il décide malgré tout de placer sa confiance dans le fugitif, et lui demande avec  alors de lui en dévoiler plus sur son passé trouble. C’est alors qu’on apprend qu’une mystérieuse jeune fille serait à l’origine du pacte d’immortalité de Hayato, et il semblerait que cette même personne ait décidé de faire son retour à ses côtés…

Avec ce deuxième tome de Tokko Zero, qui signe également la moitié de l’histoire, on en apprend enfin un peu plus sur les origines de Hayato et l’obtention de ses pouvoirs. Tokko Zero étant la suite directe de Tokko, le tome 1 pouvait parfois laisser à désirer quant aux informations délivrées au lecteur, puisque le contexte avait déjà été livré dans la série Tokko. Toutefois, l’auteur décide ici de faire une importante parenthèse en nous confiant le passé de Hayato, une pause bienvenue puisqu’elle permet au lecteur, même néophyte, de mieux appréhender le fil rouge de l’histoire et de saisir les enjeux du récit à leur juste valeur. Pour autant, ce retour dans le passé ne casse pas le rythme de l’histoire : loin d’un long monologue larmoyant sur la mort de ses proches, Hayato nous replonge ici directement au cœur de l’histoire, et les évènements arrivés 40 ans auparavant étant forts similaires à ceux auxquels sont confrontés nos héros dans le présent, cela permet de garder une certaine continuité dans la dynamique du récit. Bien que Fujisawa ne s’occupe ici plus du dessin (contrairement à Tokko, où il avait la charge du scénario ainsi que du dessin), on s’habitue avec ce tome de plus en plus aux traits de Yukai Asada qui s’apprêtent parfaitement bien à l’ambiance globalement sombre de l’histoire. Par ailleurs, on ne manque pas de retrouver l’un ou l’autre clin d’œil de la part de l’auteur, puisque ce dernier ne manque pas de dévoiler l’un des personnages principaux en tenue plutôt légère. Mais compte tenu des œuvres de Fujisawa en général, cela compte plus comme un petit clin d’œil que comme du fan-service.

Notre critique du tome 2 de Tokko Zero

Arrivée à mi-chemin, Tokko Zero arrive avec ce deuxième opus à un bel équilibre entre les informations déjà dévoilées, et celles toujours dans l’ombre. Certes, au vu du nombre de morceaux de la boîte de Druj encore dans la nature, il semble curieux que Hayato puisse tous les récupérer d’ici la fin de l’histoire, prévue dans deux tomes. Mais c’est sans compter sur le fait qu’il n’est à présent plus seul pour se battre, et peut compter sur des personnages comme Ryoko ou Iruma qui ont déjà pu faire preuve de leur utilité dans le récit. Rendez-vous donc au tome pour voir ce que nos héros nous réservent.

Scénario82%
Dessin74%
Édition76%
Originalité80%
Mise en scène83%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé :
  • On découvre une nouvelle facette de l’œuvre de Fujisawa
  • Zero vient compléter la série Tokko, qui ne compte que 3 tomes. Pour autant, l’histoire ne tire pas en longueur puisque seuls 4 tomes sont prévus
  • On redécouvre certains personnages centraux dans Tokko, avec plus de détails
On a moins aimé :
  • Bien que les dessins de Fujisawa et Asada soient semblables, ils ne sont pas non plus identiques. On ne retrouve donc pas tout à fait le dessin caractéristique des autres œuvres de Fujisawa
  • Petites erreurs de traduction qui peuvent parfois nuire à la bonne cohérence du récit
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.