S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Irono
Scénariste : Irono
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Fantastique, Dark Fantasy, Drame
Public : Tout public
Contenu : 178 pages
Sortie : 5 janvier 2018
Prix : 7,45€
Statut de la série : Terminée en 6 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

« Tandis que Cyan et ses compagnons enquêtent sur les rumeurs de de fanatiques au sein de la ville de Toreador, la princesse Reinette arrive incognito en quête de son cher ami. Mais un ennemi déjà connu se rapproche dangereusement d’eux : la latio Iris qui ne cesse de piéger des gens désespérés pour en faire des marionnettes et des offrandes pour le Seigneur de la mort. Elle parvient encore à leur échapper de justesse et la traque redouble dans Toreador qui s’emplit soudain de nombreux larvas affamés… Cyan fait front avec ses amis quand il entend soudain la nouvelle : à l’autre bout de la cité, Reinette use de son pouvoir pour sauver les gens, attirant à elle l’instinct du chasseur des serviteurs du Seigneur de la mort ! »

Notre critique

La fine équipe des traqueurs du Seigneur de la mort est presque complète avec l’arrivée des compagnons de longue date de Jade. Mais malgré leur nombre, nos héros vont avoir bien du mal à parvenir à leurs fins, on est même déçus que l’épisode Toreador se termine en fin de ce tome 3 sans une belle victoire.

Chacun mène son enquête à sa manière, Cyan avec Jade et Bright, Aster avec Rosa et Reinette avec son nouveau chevalier servant improvisé, Hélio. Aster et Rosa sont les premiers à démasquer Iris mais leurs efforts sont vains. De même, Cyan et Jade ne peuvent qu’assister, impuissants aux drames qui ne les ont pas attendus pour nourrir la ville et la peupler de larvas. Nos héros ont beau se démener, il y a plus d’un habitant de Toreador prêt à sacrifier toute vie pour obtenir la réalisation de ses souhaits, qu’il s’agisse de richesse, de santé retrouvée ou de revanche sur la vie. Quelles que soient les mises en garde que les traqueurs du Seigneur de la mort, la fatalité leur fait obstacle au moins aussi férocement que les latios, Iris et le mystérieux Blom. Si on connaît un peu Iris grâce au tome précédent, on ne sait rien de Blom, en dehors du fait qu’il semble très intéressé par les descendants directs de Lemuria et prêt à défendre la vie de Reinette contre la folie d’Iris. La raison nous sera sans doute dévoilée plus tard… mais cela en fait un « méchant » plutôt attrayant.

En filigrane aux enquêtes s’imposent deux autres axes narratifs qui sauvent un peu l’action de ce tome 3 au cours duquel nos héros ne rencontrent pas de succès : Bright croit reconnaître son amour perdu, la belle Layla devenue latio et à cause de laquelle il est lui-même devenu larva, et Reinette qui, dans sa quête de Cyan, met sa vie en danger et doit bien malgré elle compter sur lui pour survivre. A peine se retrouvent-ils que la séparation est immédiate, Cyan refusant de courir le risque de s’attaquer à elle à cause des exigences de sa nouvelle nature de mangeur d’âmes. Mais les retrouvailles de Bright et de Layla se confirment en fin de tome et promettent une suite de choix.

Les drames jalonnent une nouvelle fois la suite de ce récit assez bien mené, oscillant entre enquête, drames passés et présents touchant des personnages secondaires comme des héros, désir pour les deux personnages principaux de grandir et de se trouver au-delà de leur destinée et une jolie part d’action lorsque la ville se couvre de larvas affamés.

Si on perd un peu de vue le but véritable de nos héros, faire sortir le Seigneur de la mort de sa cachette pour le tuer, on apprend plusieurs choses intéressantes : le passé de Bright, la force morale de Reinette, la différence de puissance des pouvoirs des descendants de Lemuria qui implique que tout ne sera pas aussi simple que Jade semblait le croire une fois son ennemi face à lui…

Le trait de Irono demeure d’égale qualité depuis le premier tome, un peu trop lisse pour du seinen mais suffisamment bien mis en scène pour mettre en valeur un récit plutôt sombre, aux personnages bien définis par leur chara-design et à l’action joliment séquencée. L’encrage pourrait être plus puissant mais il reste bien dosé en fonction des instants clés, soulignant à la fois les heures de la nuit propices aux larvas et l’atmosphère dramatique qui pousse les âmes damnées au crime… ou à la rédemption.

Notre critique du tome 3 de The Grim Reaper and an Argent Cavalier

Sur les traces de fanatiques, Cyan et ses amis vont rencontrer une princesse Reinette inconsciente des dangers...

Scénario84%
Dessin89%
Edition93%
Originalité88%
Mise en scène94%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Equilibre imaginaire fantastique et seinen
  • Bonne continuité du récit
  • Personnages bien construits
On a moins aimé :
  • Rythme un peu ralenti par les échecs successifs des héros
90%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.