S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Yukai Asada
Scénariste : Tôru Fujisawa
Éditeur : Pika Edition
Collection : Shonen
Genre : Action
Public : Tout public
Contenu : 192 pages
Sortie : 13 décembre 2017
Prix : 7,20€
Statut de la série : Terminée en 4 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

« Afin de s’emparer de la pièce maîtresse détenue par Hayato, Amon envoie à leurs trousses un nouvel assassin prénommé Silent Monk. Ce dernier attaque Hayato et les siens en se servant d’un brouillard et de spectres. Malgré l’aide de Dog Hound, leur ancien ennemi qui se bat désormais à leurs côtés, la petite équipe est en difficulté face à ce déferlement de puissance… Heureusement, l’ingéniosité de Ryôko ne connaît pas de limite… »

Notre résumé

Après que Hayato se soit confié sur son passé, Iruma et Hikaru décident de se joindre à Ryoko pour aider le jeune homme à récupérer toutes les pièces de la boîte de Druj. Pendant ce temps, Amon rappelle Nezu à l’ordre, et le somme d’organiser également mieux ses troupes ; après la défaite de Doll Dealer et Dog hound, c’est donc Silent monk et Mitsume qui sont chargés de traquer et tuer Hayato. Afin d’affronter leurs ennemis, Iruma suggère d’en apprendre plus sur eux grâce à Dog Hound – Kôji Aoki de son vrai nom – qui a survécu à son combat contre Hayato et est actuellement hospitalisé. Conscient que sans ses pouvoirs, il n’a plus aucune valeur aux yeux d’Amon, Kôji décide de coopérer avec les policiers et livre de précieuses informations sur Mauvais œil, notamment sur la façon d’opérer de Silent Monk afin de vaincre ses ennemis. Il apprend également à Ryoko et les autres que la boîte de Druj est en réalité un portail entre le monde des ténèbres et celui des humains, et que l’organisation Mauvais œil cherche à reconstituer la boîte afin d’ouvrir ce portail. Hayato est abasourdi d’apprendre que le meurtrier de ses parents est toujours en vie, alors qu’il pensait l’avoir vaincu 40 ans auparavant. Mais avant qu’il n’ait pu s’attarder plus longtemps sur ce problème, Silent monk, guidé par le 3ème œil de Mitsume, parvient à retrouver sa trace et s’infiltrer au sein de l’hôpital. S’engage alors un combat entre Nezu et Silent Monk d’un côté, et Hayato et Kôji de l’autre. Malgré sa force combinée à celle de kôji à qui il a confié des pièces, Hayato réalise que leurs attaques n’ont aucun effet sur les spectres de Silent Monk. Mais c’est sans compter sur la ruse de Ryoko qui, se souvenant des précieuses informations livrées par Koji, met au point un stratagèmes afin de venir à bout de ces revenants. Néanmoins, l’issue de la bataille reste incertaine, puisqu’une fois dos au mur, Nezu n’a plus d’autres choix que de révéler lui aussi ses pouvoirs…

Ce troisième opus amorce un tournant dans la série, puisque la dynamique des affrontements commence également à changer. Après avoir affronté Hayato aux côtés de Doll Dealer durant les deux premiers tomes, Kôji – aka Dog Hound – change son fusil d’épaule et rejoint le camp du fugitif. Bien que cette décision soit tout d’abord motivée par la perte de ses pouvoirs  (et donc de sa valeur aux yeux de Mauvais œil) , le fait que Hayato lui confie des pièces de la boîte de Druj pour lui permettre de récupérer ses capacités et de combattre ne modifie en rien sa motivation, et il se révèle d’ailleurs un atout précieux pour les policiers. Toutefois, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur la rapidité de ce retournement de situation, et le fait qu’aucun des protagonistes ne semble se poser de question sur la sincérité de ses motivations. Au contraire, Hayato n’hésite pas à se séparer de certaines de ses propres pièces pour les confier à Kôji, ce qui paraît au premier abord un peu naïf de sa part. De même, la soudaine complicité entre les deux combattants a de quoi surprendre, quand on pense au fait que Kôji cherchait il y a encore peu à tuer Hayato, et n’a pas hésité à décimer des foules pour parvenir à son but ; assez surprenant donc que des policiers comme Iruma ou Ryoko aient pu si facilement passer l’éponge sur ses agissements puisque Kôji, au contraire de Hayato, est bien coupable des crimes dont il est accusé. Il est également dommage que l’introduction de Kôji se fasse au dépend de Hikaru, la collègue de Ryoko. En effet, après avoir été sauvée de la prise d’otage orchestrée par Doll Dealer, la jeune femme semblait résolue à en apprendre plus sur l’affaire, et prêter main-forte à Hayato. Pourtant, nulle trace de la policière dans ce 3ème tome au point où elle ne figure même pas dans la présentation des personnages principaux au début du livre… Toutefois, les personnages féminins ne sont pas en reste puisque Ryoko confirme son importance dans le récit, une importance d’ailleurs reconnue par les autres protagonistes puisqu’elle se voit confier la mission de comprendre comment marche le pouvoir de Nezu afin de trouver un moyen de le contrer. L’introduction du personnage de Mitsume représente également une belle opportunité, si tant est qu’elle joue encore un rôle actif dans le dernier tome et que sa présence ne soit pas uniquement justifiée pour pallier à l’absence de Dog hound et de son flair incroyable dans les rangs de Mauvais œil.

Notre critique du tome 3 de Tokko Zero

En définitive, si certains rôles sont encore incertains, le tome 4 s’annonce d’ores et déjà comme le combat décisif entre Amon et Hayato, précédé d’un affrontement déjà bien intéressant entre Ryoko et Nezu. Le tome 4 verra-t-il le portail des ténèbres s’ouvrir ? Quel sort attend la boîte de Druj, et qu’en sera-t-il de l’avenir de Hayato ? Affaire à suivre…

Scénario82%
Dessin74%
Édition76%
Originalité80%
Mise en scène70%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé :
  • Récapitulatif des personnages principaux au début du tome, utile à ce stade de l’histoire
  • Touche d’humour un peu plus présente que dans les autres tomes
  • Zero vient compléter la série Tokko, qui ne compte que 3 tomes, et l’histoire ne tire pas pour autant en longueur puisque seuls 4 tomes sont prévus
On a moins aimé :
  • Les rires des antagonistes son systématiquement traduits par ‘hin hin hin’ou 'nyark nyark', ce qui est un peu caricatural
  • Bien que les dessins d Fujisawa et Asada soient semblables, ils ne sont pas non plus identiques. On ne retrouve donc pas tout à fait le dessin caractéristique des autres œuvres de Fujisawa
  • Petites erreurs de traduction qui peuvent parfois nuire à la bonne cohérence du récit
78%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.