S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Voici un petit
article didactique et culturel que je tenais à vous présenter pour vous faire
découvrir la fameuse légende du fil rouge dont on entend souvent parler dans les
mangas, dramas, films ou autre … Elle y est souvent citée directement ou
indirectement sans que l’on sache
pleinement de quoi il en retourne. Voilà pourquoi il me paraît utile et même
intéressant de vous en parler.
« Un fil rouge invisible relie ceux qui sont destinés à se rencontrer
et ce, indépendamment du temps, de l’endroit ou des circonstances. Le fil peut
s’étirer ou s’emmêler, mais il ne cassera jamais… »
Le fil rouge du destin est une légende populaire d’Asie
originaire de Chine. Ce fil relie deux être destinés à s’aimer, quelle que soit
la distance ou même les différences de richesses qui les séparent. Bien que
surtout présente en Chine et au Japon, cette légende est très populaire en Asie
de l’est. Dans le folklore japonais, la légende du fil rouge est également très
présente, en particulier dans les shojo mangas et films axés sur la romance. Là
encore les croyances varient : pour certains les êtres destinés à s’aimer
sont liés par le petit doigt alors que d’autres ne précisent pas par quelle
partie du corps les amants sont liés. Comme pour la légende chinoise les êtres
destinés à s’aimer sont liés dès la naissance cependant le vieillard est
absent du mythe.
La légende chinoise découle directement du conte d’origine
intitulé « L’auberge des fiançailles ». Selon les croyances
populaires on ne choisit pas son mari ou sa femme, tout est décidé dès la
naissance. Nommée hong sheng xi zu [littéralement « pieds liés par une corde
rouge »], cette légende raconte qu’un
vieillard lie les époux grâce à un fil rouge invisible
. On raconte qu’il
fabrique des effigies en terre des futurs époux avant de les lier grâce à un
fil rouge.
On retrouve la première trace écrite de cette légende en
Chine sous la dynastie Tang (618-907) dans le recueil de contes Xu You Guailu
de Li Fuyan.
Première version
écrite de la légende, le conte de Li Fuyan (ou L’auberge des fiançailles):
Un beau soir, un jeune voyageur nommé Wei Gu
de passage dans la ville de Songchen descendit dans une auberge pour la nuit.
Devant l’entrée et sous le clair de lune il y rencontra un vieillard.
Le viellard sous la
lune et Wei Gu
Ce vieil homme était appuyé contre un sac en
toile et consultait un livre étrange. Intrigué, Wei Gu l’interrogea, lui
demandant ce qu’il y cherchait. Le vieillard lui répondit que ce livre
contenait toutes les unions matrimoniales du monde. Il ajouta que le sac de
toile contre lequel il était appuyé contenait des fils de soie rouge qui, une
fois attachés aux pieds de deux personnes, les vouent à être époux, et ce
quelle que soit la distance sociale ou géographique qui les sépare
actuellement, même si leur familles sont ennemies jurées. Wei Gu lui demanda
alors qui serait sa femme. Le vieillard lui répondit qu’il s’agissait de la
petite fille de la marchande de légume. Pensant qu’il se moquait de lui, Wei Gu
monta se coucher.
Le lendemain, curieux, Wei Gu allât tout de
même jeter un coup d’œil à l’étal de la vieille marchande de légumes. Il fût
vexé de voir que la jeune fille était assez laide, il la poussa alors qu’elle
passait à côté de lui avant de s’éclipser, énervé et honteux.
Bien des années plus
tard, il épousa une jolie jeune femme et, comme le veut la tradition, il ne
découvrit son visage que le soir du mariage. Elle avait une mouche entre les
deux sourcils, intrigué, Wei Gu lui demanda pourquoi. Elle lui répondit que
lorsqu’elle était petite un voyou l’avait faite tomber sur le front et qu’elle
en avait gardé une cicatrice. Wei Gu réalisa que c’était lui le voyou dont elle
parlait et que le vieil homme avait raison. Il lui confessa son histoire, qui
parvint jusqu’au préfet de Songchen. Celui-ci décida de renommer l’auberge «
l’auberge des fiançailles » et le vieillard sous la lune fut rapidement connu
de tous. Wei Gu et sa femme, comprenant que leur union était prédestinée,
décidèrent de ne jamais se disputer.
Cette histoire
connait de nombreuses variantes, notamment à cause des différentes traductions.
Le vieillard sous la lune est quant à lui considéré comme un dieu, son
anniversaire est célébré le jour de la fête de la mi-automne (ou fête de la
lune), le quinzième jour du huitième mois lunaire.
Bien qu’il soit considéré comme une divinité, on ne peut
généralement lui solliciter qu’une seule alliance. Les offrandes à lui apporter
et remerciements en cas de réussite varient selon les lieux de culte. Afin
d’expliquer les problèmes que peuvent rencontrer certains mariages, on raconte
que le vieillard ne dispose que d’un espace limité pour faire sécher ses
figurines et est donc contraint d’en laisser certaines sécher dehors. Il arrive
alors que la pluie les fasse en partie fondre, ce qui diminue l’entente du
couple.

__________________________________________

Le fil rouge dans les
mangas et dramas :
  • Dans L’attache cœur, synopsis : Chiyako,
    surnommée Chiko par ses camarades a un don. Elle est capable de voir le fil
    rouge du destin, un fil magique et invisible reliant les garçons et les filles
    dont l’union est prédestinée. Elle va donc se servir de ce don pour devenir «
    coach sentimental » de ses camarades, moyennant de l’argent. Elle se fait passer
    pour un membre de la mystérieuse organisation de “Musubiya” censée connaître la
    destinée des gens, mais va se retrouver, par hasard, en présence des véritables
    membres de cette ligue, qui sont en fait des sorciers et magiciens, descendants
    des célèbres “Onmyôji” médiévaux, et du plus grand d’entre eux, Abe no Seimei. Embrigadée malgré elle, Chiko va se retrouver
    en possession d’un pouvoir incroyablement puissant, celui de Shirogane. Mais ce
    pouvoir a un prix et Chako ne va pas tarder à s’en apercevoir…

  • Dans le manga Nana, le fil rouge y est mentionné
    par le personnage de Reira s’adressant à Shin : « Ne lâche jamais cette main que tu serres dans la tienne même si à
    ces doigts tremblants, il n’y a ni fil rouge ni bague de promesse… »

  • Dans le drama Akai Ito : Tiré d’un roman pour
    téléphone portable qui a connu un grand succès en 2007, l’histoire de Akai Ito
    tourne autour du fil rouge du destin reliant les jeunes Mei et Atsushi (tous
    deux nés un 29 février) et des épreuves auxquelles ils font face : situation
    familiale compliquée, histoires d’amour, d’amitié, problèmes de drogue… La série comporte également un film, réalisé
    avec le même staff que le drama et sorti sur les écrans japonais entre les
    épisodes 3 et 4.

2 Réponses

  1. Dakus

    Hormis peut-être dans Bakuman (et encore, l'idée est là mais je ne suis pas sur qu'ils aient fait allusion à un "fil rouge du destin"), je ne pense pas avoir déjà entendu parler de cette légende. Du moins je ne m'en rappelle pas. En tout cas j'adore l'idée du vieil homme et de ses sculptures de terres, ça fait rêver ! Une superbe légende.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.