S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Suivez toute l'actu de Tanya The Evil sur Nipponzilla, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinémaDessinateur : Chika Tojo
Scénariste : Carlo Zen
Éditeur : Delcourt / Tonkam
Collection : Seinen
Genre : Magie, Action, Combats
Public : + de 12 ans
Contenu : 160 pages
Sortie : 14 mars 2018
Prix : 7,99 €
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

La guerre fait rage dans tout l’empire et la jeune Tanya Degurechaff se retrouve de nouveau en 1ère ligne après avoir expérimenté l’Elenium 95. De nouvelles recrues, tout juste sorties de l’école militaire, rejoignent alors son groupe et Tanya leurs fait découvrir l’enfer de la guerre dans les tranchées. Suite à cela, la jeune caporal Serebryakov devient le binôme de Tanya. Elles partent alors au devant de l’ennemi pour sauver des alliés et le caporal est éblouïe par les exploits de son binôme. Cependant, malgré des faits d’armes inégalables et incontestables, la jeune Tanya ne fait pas l’unanimité auprès de ses supérieurs qui trouvent que sa personnalité ne colle pas à son âge. Cela va d’ailleurs peut-être lui coûter la possibilité de monter en grade et d’ainsi se la couler douce sur les lignes arrières, à l’abris des combats. Serait-ce là encore une manœuvre de la fameuse « entité x« ?

Notre critique

Le 2ème tome de Tanya the Evil nous entraîne un peu plus au cœur de la guerre. La majorité du volume nous conduit sur les 1ère lignes de combats sanglants aux côtés des mages volants dont Tanya fait partie, et de leurs nouvelles recrues. De nouveaux personnages apparaissent dans ce tome et c’est le caporal Serebryakov qui marquera la 1ère partie. Nous pouvons ainsi voir Tanya à travers les yeux de sa subordonnée et voir ce que cette dernière pense de l’héroïne de cette guerre que l’on surnomme « ailes d’argent ». Nous découvrons également la façon dont l’ennemi voit Tanya et cela apporte un plus à l’histoire. L’auteur dédie presque un chapitre entier sur le point de vue du camp adverse qui a, quant à lui, surnommé Tanya « le diable du Rhin ». Il est alors intéressant de voir que notre héroïne effraie aussi bien ses ennemis en combat rapproché, que ceux restés dans leur pays bien au chaud derrière leur bureau. Une troisième version de Tanya nous est alors offerte dans les derniers chapitres, à travers les yeux d’un de ses supérieurs cette fois. Toutes ces informations nous donne alors une vision globale du personnage de Tanya et tous semblent unanimes: elle est forte mais fait peur à tout le monde, et cela apporte une touche d’humour au récit.

Cet humour se retrouve un peu partout dans le récit en mettant par exemple en scène des animaux comme des loups ou des cochons pour représenter les soldats lors d’un plan d’attaque. Il y a également l’opposition constante entre ce que Tanya pense et ce que ses subordonnés perçoivent: de nouveau elle souhaite se retirer au plus vite du front mais ses pairs, à cause des actions de Tanya, pensent qu’elle aime être sur le champ de bataille et qu’elle veut y rester.

Tanya profite également de cet humour pour tourner « Dieu », qu’elle appelle « entité x », en ridicule. En effet, alors qu’elle voue une haine sans nom à ce dieu qui l’a fait renaître dans le corps de cette petite fille, Tanya prie de tout son cœur et fait toute une éloge à Dieu pour le salut de ses victimes. On ressent clairement sa volonté de se moquer de « l’entité x » pour ainsi se venger de lui et le tourner en ridicule. On pourrait alors s’attendre à une intervention de sa part car les divinités sont apparues à plusieurs reprises dans le tome précédent mais il n’en est rien. Il est même totalement absent de ce volume, ne faisait même pas une petite apparition pour se rappeler à notre bon souvenir. Nous pouvons alors rester quelque peu perplexe en ce qui concerne l’intervention de ces divinités dans le volume précédent et il est à espérer que notre lanterne sera éclairée dans les prochains tomes.

Le rythme du récit est bien meilleur dans ce 2ème tome avec une véritable histoire en continue. Il y a un prélude avec l’arrivée des nouvelles recrues, un deuxième chapitre qui commence avec un résumé du début de l’histoire, ce qui est une aide pour la lecture, pour ensuite faire place à une mission sur le front suivie de ses résultats. Un fil conducteur apparaît enfin dans ce 2ème volume avec également des indicateurs de temps comme « 1 an plus tard » ou « 3 ans plus tôt », ce qui rend la lecture beaucoup plus fluide et facile. Un glossaire à la fin de chaque chapitre vient également enrichir le récit avec des définitions qui aident également le lecteur.

Le chara-design est très bien travaillé et l’accent est mis sur les différences entre les membres de l’empire, dont Tanya fait partie, qui sont typés allemands et les membres de la république ennemie, qui eux ressemblent à notre équivalent français. Le côté « allemand » est très détaillé jusqu’au moindre cil ou marque d’angoisse dans le regard. Cependant, il est dommage que le clan ennemi n’ait pas reçu la même attention. Les visages ont l’air d’avoir été rapidement dessinés et leur regard est, à une ou deux exceptions près, totalement noirci ne laissant transparaître aucune émotion.

 

Les dessins de Chika Tojo étant très soignés et précis dans le reste du récit, il est dommage que les « français » n’aient pas eu droit à cette attention. C’est très probablement une volonté du dessinateur pour marquer l’insignifiance de ces personnages mais cela aurait tout de même donné un petit plus à l’histoire.

Les arrière-plans sont tous extrêmement travaillés avec des lignes de vitesse montrant la rapidité de l’escadron des mages volants à passer à l’action ou encore avec des éclairs tout autour de Tanya marquant sa furie avant une attaque. Certaines scènes sont parfois même un peu trop détaillées rendant la case trop chargée. Le lecteur ne sait alors plus où donner de la tête entre les décors en fond, les lignes de vitesse, le texte et les visages en mode « super deformed », il y a parfois un peu trop d’information sur une même case, ce qui rend la lecture moins fluide.

Trailer

Notre critique du tome 2 de Tanya the Evil

En conclusion, l'arrivée de nouveaux personnages vient étoffer un peu plus l'histoire de "Tanya the evil". L'ancien salary men a bien l'intention de prendre sa revanche dans ce nouveau corps mais le décalage entre sa personnalité d'un homme de 40 ans et son apparence de fillette de 11 ans risque de lui jouer de mauvais tours.

Scénario83%
Dessin93%
Édition80%
Originalité80%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée81%
On a aimé
  • Dessins
  • Récit mieux construit
  • Glossaire
On a moins aimé
  • Arrière-plans parfois trop chargés
83%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.