S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Nom : FullMetal Alchemist Brotherhood

Année : 2009/2010 
Type : Anime
Genre : Action, Aventure, Fantastique
Durée : 64 épisodes d’environ 25 minutes
Studio : BONES
Éditeur : Dybex

L’Alchimie est la science qui permet de comprendre, de décomposer et de recomposer la matière. Bien que puissante, l’alchimie a des limites : il est impossible de créer à partir de rien. On ne peut qu’utiliser des matériaux déjà présents à la base. 
Ainsi, si l’on veut, par exemple, créer une arbalète en bois, avec des flèches à pointes métalliques, il faut transmuter du bois et du métal. En alchimie, c’est la loi fondamentale de l’échange équivalent. Et la transmutation humaine est un tabou absolu. Nul ne doit enfreindre cet interdit.

Dans le pays d’Amestris, pays où l’alchimie est élevée au rang de science universelle, deux frères, Edward et Alphonse Elric, parcourent le monde à la recherche de la légendaire pierre philosophale. Leur père les ayant quittés eux et leur mère il y a de cela des années, Trisha Elric, meurt quelques années plus tard d’une maladie, laissant ses deux jeunes enfants derrière elle. 
Quelque temps plus tard, les deux frères tentent de la faire revenir grâce à l’alchimie, bravant la loi qui interdit formellement la transmutation humaine. Ils en payeront le prix fort. Edward, l’aîné, perdra sa jambe gauche, son petit frère son corps tout entier. Ed sacrifiera son bras droit en scellant l’âme de son petit frère Alphonse dans une armure. Edward décide de s’engager dans l’armée à l’âge de 12 ans en tant qu’alchimiste d’État, réussit l’examen haut la main et obtient son nom d’alchimiste, le FullMetal. 
Avec les avantages d’alchimiste d’État et leurs recherches, les deux frères chercheront au risque de leur vie la pierre qui leur rendra ce qu’ils ont perdu, mais le secret de la pierre philosophale est bien gardé…
Les symboliques dans FullMetal Alchemist :

Comme on peut s’en douter rien qu’à la vue du nom de la série, l’auteur a prit pour thème l’alchimie, qui fait partie des mythes qui existent vraiment, et dont certains éléments sont reprit, comme la légende de la pierre philosophale par exemple. Dés le premier épisode, l’auteur nous met directement au jus concernant ce qui régit le système de l’alchimie : le système d’échange équivalent. Pour obtenir quelque chose, il faut sacrifier quelque chose de même valeur. Ainsi, il est possible de modeler toutes sortes d’objets ou de matières à sa guise, de réparer des objets, …
Cependant il y a également quelques interdits. Notamment, il est hors de question de changer une matière en or, ou autres matières précieuses. Mais aussi, et là de toute façon si cette règle ce voit transgressée elle sera lourde de conséquences, il est interdit de tenter de ramener un être humain à la vie. Ce genre de pratiques est appelé une transmutation-humaine. Des transmutations sur les animaux sont également pratiquées, mais tolérées, les créatures qui en sont ainsi le résultat son appelés des chimères. 
Pour réaliser une transmutation, un alchimiste doit tout d’abord tracer un cercle de transmutation, puis il dépose l’objet qu’il veut transmuter au milieu du cercle, il impose alors ses mains sur le cercle et, par la force de la pensée, transmute l’objet. Cependant, la transmutation dépend du pentacle dessiné. Ainsi, selon le résultat que l’alchimiste veut obtenir, il doit tracer un cercle différent. Un alchimiste doit donc faire beaucoup de recherche avant d’apprendre une transmutation et comme un savant, il peut en découvrir de nouvelles.
Enfin bref, pas mal d’éléments qui font que l’alchimie pratiquée dans FMA, s’éloigne de plus en plus de l’image qu’a l’alchimie dans nos différents mythes et légendes, il n’a jamais été question de pouvoirs capables de produire des déflagrations, réparation, guérison, métamorphoses de l’environnement, …

Mon avis :

Tout d’abord pour ceux qui débarqueraient d’une autre planète, Fullmetal Alchemist est une série nous narrant les aventures d’Alphonse et Edward, deux frères qui ont perdu plusieurs parties de leurs corps, voir même l’intégralité dans le cas d’Alphonse (voir le résumé ci-dessus). En tant que Shonen, on a le droit à bon nombre de combats tout au long de l’animé, mais pas seulement, le tout est agréablement bien rythmé avec très souvent pas mal d’humour, l’entrée en scène de nouveaux personnages toujours plus classes et/ou attachants les uns que les autres, …
Puis pour ceux qui auraient déjà vu la première série FMA et qui n’auraient pas accrochés, ou bien qui n’auraient pas envie de se mettre à Brotherhood en pensant qu’à peu chose près, c’est la même chose, voici quelque-chose qui devrait vous rassurer (si vous n’êtes pas déjà au courant) ! 
Déjà, si vous jetez un coup d’œil au premier épisode, vous vous rendrez rapidement compte que la série ne débute pas de la même façon. Dans FMA, on commençait directement par un affrontement contre un vieux prêtre possédant d’immenses pouvoirs renfermés dans la pierre précieuse d’une pierre philosophale se trouvant à son doigt. Il pouvait non-seulement faire des transmutations sans cercles, mais également créer des chimères, … dans Brotherhood, ça débute par l’attaque de Centrale par un Alchimiste aux pouvoirs de glace, ce n’est qu’une sorte d’introduction différente de l’animé, mais quoi qu’il en soit, déjà le début est différent. 
Ainsi, à partir du second épisode il sera en effet possible de trouver des similitudes. En fait la première série FMA suivait le manga jusqu’à l’épisode 10 ou 11 (de FMA B), ensuite, c’est devenu une sorte d’histoire parallèle. La ressemblance entre les premiers épisodes des deux séries seront donc énorme, mais en seulement une dizaine d’épisode, on aura atteint le stade ou était arrivé la premier saison de Fullmetal Alchemist à environ sa moitié, autrement dit, Brotherhood ira nettement plus vite que son ainé.
Au niveau des différences, je ne vais pas trop en dévoilés pour ne pas trop spoiler, mais déjà si les homocullus vous avaient déçu dans la première série, vous serez content car à part le premier trio bien connu constitué de Lust, Gloutony, et Evy (ainsi qu’un quatrième dont je ne dévoilerais pas l’identité), tout les autres sont inédits, et nettement plus classes. Donc pas de sosie de la mère d’Edward et Alphonse comme homocullus par exemple. Énormément de personnages secondaires n’étant jamais apparu dans la première série feront également leurs apparitions, mais je n’en dirais pas plus.
Donc au final, on passe d’une série avec un début sympa, mais qui part rapidement en vrille avec une fin et un grand méchant minable et sans charismes car la version papier n’avançait pas assez vite et que soit ils devaient faire une pause et attendre plusieurs mois/années avant de reprendre, soit faire une fin différente de celle qu’aura le manga… à Brotherhood, qui lui suit le déroulement du manga du début à la fin, saute quelques détails mais bon, ce n’est pas grave, et nous propose ainsi un animé enfin digne de la qualité de la version papier. Certains pouvaient déjà dire que FMA était une série Culte, Brotherhood enfonce le clou. Donc à ne pas rater sous aucuns prétextes !

A propos de l'auteur

Fondateur de Nipponzilla. Cet amateur de mangas, de japanimation et de jeux vidéo japonais n'a peur de rien, et surtout pas de s'intéresser aux œuvres les plus méconnues... au risque de tomber régulièrement sur de belles bouses.

Articles similaires

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.