S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Porté disparu depuis sa présentation au dernier Captivate, Lost
Planet 3 revient aujourd’hui à la charge avec ces derniers écrans sous le
coude, l’occasion de nous rafraichir un peu la mémoire au sujet de ce troisième épisode confié à Spark Unlimited, le studio californien à l’origine
de Legendary et Turning Point : Fall of Liberty.
Pour rappel, cette prequel – terme cher à nos amis américains qui désigne un épisode se déroulant chronologiquement avant le jeu original – prend place à une
époque où aucun humain n’a encore parcouru les contrées éloignées et glaciales de
la planète EDN-III. Vous incarnez Jim Peython, l’un des premiers pionniers
chargés de coloniser cet astre enneigé. Malheureusement, pour participer à cette escapade spatiale, cet ouvrier a dû laisser sa
famille sur Terre. Un exil qui s’avère
être des plus périlleux, mais nécessaire pour subvenir aux besoins de ses proches. En effet, la mission qui lui a été confié – installer les fameux Thermal Post découverts
dans les deux premiers opus et
agissant sur les conditions climatiques de la planète – sera loin d’être
de tout repos. Notre homme sera livré à
lui-même face à des monstres gigantesques, tels que les Akrids – la fameuse race insectoïde de la série qu’on dit
encore plus redoutables dans cet épisode – et d’imprévisibles tempêtes de
neige. Toutefois, pour se protéger du froid, Jim aura l’occasion de grimper à
bord du RIG, l’ancêtre des Vital Suits. A noter que le pilotage de ce mecha adoptera
une vue à la première personne dans un souci d’immersion et qu’il sera possible à tout moment de s’extraire du cockpit. Bien entendu,
plusieurs affrontements au corps-à-corps seront de la partie durant les phases à pied avec une multitude d’actions à accomplir comme c’était le cas auparavant. Aussi, lorsque
notre héros sera en difficulté, des QTE lui viendront en aide.
Si on sait que Lost Planet 3 reviendra aux origines de la
série, en revanche, l’approche scénaristique a vraiment changé, tout comme le
gameplay qui introduit désormais des éléments typiques d’un Survival Horror. Visiblement,
les développeurs se sont inspirés de la saga Dead Space – on remarquera plusieurs similitudes en
termes d’ambiances sonores ou de décors – la plus flagrante restant les menus
holographiques clairement pompés sur la licence horrifique de Visceral Games.
Pour terminer, sachez que le soft utilise le moteur Unreal
Engine
3, ce qui explique les magnifiques jeux de lumière, les décors soignés ou encore les animations faciales criantes de réalisme. La sortie est attendue pour l’année prochaine sur PlayStation 3, Xbox
360
et PC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.