S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,Dessinateur : Ryoichi Ikegami

Scénariste : Kazuo Koike
Éditeur : Kabuto
Genre : Seinen, Combats, Action, Romance
Public : Plus de 14 ans
Site officiel : Aucun
Prix : 6,95€
Lancement : 1er janvier 1987
Adaptation : Série de 6 OAV
Statut de la série : Terminée en 10 tomes
Tokyo. Le soir de son 29e anniversaire, Emu Hino, jeune artiste
peintre vivant seule depuis des années dans une très vaste demeure, se remémore
l’assassinat dont elle a récemment été témoin.

Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Alors qu’elle peignait en extérieur, deux hommes se sont
fait abattre devant elle par un troisième. Terrifiée, Emu est parvenue à garder
son sang froid face aux larmes explicables versées par le tueur.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Ce dernier l’a bien sûr vue et s’est présenté sous le nom de
Yô avant de disparaître. Emu est fascinée par cet homme qui ne cesse de revenir
dans ses pensées. Les jours passent et Emu revoit Yô lors d’une fusillade en
plein centre ville. Il a beau porter un masque, elle le reconnaît immédiatement
à ses larmes. Mais tandis qu’il fuit, Emu est assaillie par la police : on se
doute de ce qu’elle sait, on la harcèle de questions mais Emu tient bon.
L’étrange sentiment né de sa rencontre avec Yô la pousse à taire son identité.
Ni la police ni les mafieux qui cherchent à venger leur patron tué par Yô ne
parviennent à la faire changer d‘avis. Mais Yô n’est pas dupe et celui qui le
suit dans toutes ses expéditions assassine non plus. Emu doit mourir, elle en
sait trop.

Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Refusant l’aide de la police, Emu rentre enfin chez elle
après des heures d’interrogatoire… et se retrouve seule face à Yô, arme au
poing, prêt semble t-il à l’exécuter ; Mais Emu a vaincu sa peur. Elle est
fatiguée de vivre seule, fatiguée de tout et accepte son sort. Yô en est
surpris mais Emu lui fait comprendre combien le poids de sa solitude lui est
devenu intolérable, pour elle qui n’a plus connu la joie d’une vie de famille
et jamais l’amour d’un homme. Mais cet amour dont elle rêvait, elle le ressent
enfin pour Yô et est heureuse de mourir de sa main, pour lui, pour le protéger.
Séduit, attendri, Yô enlace cette femme qui se donne à lui et ensemble ils
scellent leur destin.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,
Désormais, et même lorsque Yô aura conté à Emu son histoire
et la manière dont il fut forcé de devenir le Freeman, le tueur de la triade
chinoise des 108 dragons, rien ni personne ne pourra les séparer sans y laisser
la vie. Mais le monde la mafia est tentaculaire… Les talents du Freeman
éveillés par la violence seront-ils suffisants ?
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,
Must de la série à tendance « gangster » dans le manga, «
Crying Freeman » est d’une qualité qui n’est pas démodée même si son graphisme
date des années 1987/1988. On retrouve un genre qui était alors courant dans
les mangas de type policier surtout ceux de Tsukasa Honjo. Cependant, ici, tout
est sérieux, dramatique, le suspense est omniprésent et le propos est à la fois
romanesque et réaliste en restant hors du temps. Explications…
Le monde de la mafia est dépeint avec force détails (armes,
tatouages, codes, clans, pays, types de trafics, liens entre les adversaires et
les alliés) ce qui rend la série à la fois réaliste et en même temps décalée
car le scénario comme les dessins s’attachent à présenter la mafia comme un
monde à part, une sorte de chimère baignée de violence au cœur de laquelle les
deux héros tentent de vivre leur passion.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Pour toute personne lambda qui ne connaît rien aux rouages
réels de ce milieu, cette série est d’une qualité prenante sans jamais être
pesante. Pour ceux qui savent… je ne sais pas. Car qui peut désigner ce qui
relève du roman et ce qui est adapté de la réalité ? Et la surprise est là : «
Crying Freeman » ne célèbre pas la violence pour la violence, bien que la série
regorge de scènes de tueries, de violence, de sang versé, de viols, de sexe.

On a une histoire dont le fil conducteur est mis en place
dès le premier tome et demeure : la survie d’un couple qui devient maudit.
Là-dessus se greffent une galerie de personnages hauts en couleurs et variés
qui ont tous une bonne raison de se trouver à un moment ou un autre sur le
chemin des héros. Ainsi, on croise à la fois ceux qui ont formés le Freeman (à
la dure mais sont devenus sa famille), ses patrons (devenus ennemis ?), ses
complices, un policier qui se laisse corrompre pour réussir à coincer le
Freeman, les membres de clans adverses venus de différents pays et donc
représentant différents intérêts et avec eux leurs propres exécuteurs…
Emu qui est une femme soumise au début, acceptant son sort
en apparence, souhaitant la mort à une vie sans but, progresse vite, grandit en
force pour protéger celui qui devient son univers entier. Pour lui, elle change,
apprend à se défendre, à se battre s’il le faut car Yô ne saurait faire d’elle
un point faible.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Si ce scénario se déroule aussi bien qu’un bon film
Hong-Kongais de John Woo sur la mafia (« Le Tueur », « Le syndicat du crime »),
le graphisme est encore une fois propre à l’école la plus populaire du genre
seinen des années 80 mais surtout très soigné. Les décors sont détaillés au
millimètre, la palette de gris et le tramage mettent une ambiance idéale, les
personnages sont bien distincts et ont « de la face de pet », quels qu’ils
soient.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Les corps, puisqu’il y a pas mal de scène de nudité, le
Freeman et ses adversaires tueurs se battant souvent nus ou presque, sorte de
tradition martiale, leurs mouvements, leur séduction sont un travail
remarquable. Évidemment, Yô et Emu sont les plus beaux mais cette beauté est
partout dans « Crying Freeman », jusque dans la violence la plus repoussante.
Crying Freeman, Critique Manga, Manga, Kabuto, Ryoichi Ikegami, Kazuo Koike,

Après une première édition des deux premiers tomes seulement
qui forment un premier arc depuis la rencontre de Yô et Emu jusqu’à leur fuite
ensemble (repris dans l’adaptation filmée de Christophe Gans) chez Glénat en
1995, l’éditeur Kabuto a repris le travail depuis le début et sorti
l’intégralité de la série. Si le travail d’édition est sans faute, les tomes
sont difficiles à trouver à présent sauf en occasion puisque Kabuto a fermé ses
portes…

(Fiche réalisée par Clem18)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.