S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Taiyô Matsumoto
Scénariste : Taiyô Matsumoto
Éditeur : Kana
Collection : Made In
Genre : Seinen
Public : + 14 ans
Contenu : 88 pages
Sortie : 18 janvier 2019
Prix : 18,00€
Statut de la série : One-shot

Acheter Site officiel

Résumé

« Dans un futur où notre civilisation a disparu, au cœur des montagnes, vit un peuple profondément lié à la nature. Au sein de ce peuple, deux familles jouent un rôle important. La famille des « danseurs », chargée d’exécuter des danses sacrées afin d’obtenir la bénédiction des esprits de la nature. Étroitement liée à eux, une famille de « sculpteurs », chargée de sculpter les masques portés par les danseurs, servant à accueillir les esprits de la nature parmi les hommes durant les cérémonies. »

Notre critique

Les éditions Kana nous auront décidément bien gâtés en ce qui concerne les publications d’œuvres de Taiyô Matsumoto en ce début d’année 2019. Et cette fois, il ne s’agit pas d’une réédition, mais bien d’un manga publié pour la toute première fois en France, et dans un format qui fera forcément des heureux.

Paru en 2002 au Japon, Éveil était à l’origine un scénario dessiné pour la pièce de théâtre japonaise Hana (ou la « Fleur ») avant d’être retravaillé et publié en format relié. Pour l’édition française, Kana a mis le paquet en proposant un format A4 cartonné, agrémenté d’une couverture assez épaisse. La qualité du papier est fantastique, les pages sont très douces au toucher et l’impression rend tout à fait honneur à l’œuvre. L’illustration de la couverture, en outre, a été réalisée par Taiyô Matsumoto exclusivement pour cette édition française !

Notons toutefois que les pages ont été retournées (en accord avec l’auteur) afin de proposer ce manga dans le sens de lecture français, mais le travail d’édition a été correctement fait de manière à ce que cela ne pose pas de problème particulier à la lecture.

On découvre dans ce one-shot au trait original la vie d’une tribu en harmonie avec les esprits, et plus particulièrement celle de Yûri, un jeune fabriquant de masque. Le travail de sa famille est d’une grande importance, puisque ce sont ces masques qui, une fois portés par un danseur, permettent la communion avec les esprits afin de garantir de bonnes récoltes pour la tribu, par exemple. Mais alors que Yûri est adulé par tout le village pour la qualité de ses masques, c’est son frère cadet Tsubaki que leur père veut choisir comme successeur.

À travers les pages sombres et emplies de poésies du manga, on comprend peu à peu la décision de ce père qui aimerait que son aîné, qui reste cloîtré en toutes circonstances, terrifié par le monde extérieur, sorte et découvre les merveilles du monde. Une fois de plus, on retrouve le thème de la relation père-fils, très présent dans l’œuvre du mangaka. Mais au-delà de ça, c’est bien l’histoire d’un éveil qui nous attend ici, l’histoire d’une ouverture au monde, d’un voyage initiatique…

C’est un style assez différent de celui habituel de l’auteur que l’on découvre dans ce one-shot, avec des pages extrêmement sombres et un trait plus brut, plus appuyé. Le rendu en grand format est véritablement sublime, et on peut ainsi pleinement profiter des illustrations de forêt sombre ou de pièces obscures, dans lesquelles s’invitent toute sorte d’esprits à l’apparence impressionnante, mais que seul le jeune Yûri semble capable de voir.

En bref, il s’agit d’une très belle œuvre que nous proposent les éditions Kana ici, et ceux qui sont familiers avec les mangas de Taiyô Matsumoto trouveront leur bonheur dans cette sublime édition. Les autres, en revanche, risqueraient sans doute d’être troublés par le style assez unique du mangaka. Il s’agit d’une histoire assez particulière, très poétique et poussant à la réflexion, ce qui peut la rendre assez troublante. Pour les lecteurs découvrant seulement le mangaka, on conseillera de se tourner d’abord vers des titres plus faciles à approcher, comme Ping Pong (Delcourt / Tonkam) ou Le rêve de mon père (Kana), afin de se familiariser avec le style de l’auteur.

Notre critique de Éveil

Éveil est déjà en soi un manga très original et poétique, bien qu’assez court, mais l’édition grand format de qualité qui permet d’apprécier pleinement les dessins le rend encore plus bouleversant. Il est plutôt à conseiller à ceux qui connaissent déjà l’auteur et qui découvriront ici un titre réellement unique et différent de ses autres mangas, mais avec toujours la même intensité.

Scénario75%
Dessin90%
Edition100%
Originalité95%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée75%
On a aimé
  • Edition vraiment sublime
  • L'originalité du titre
  • L'ambiance lyrique
On a moins aimé
  • Très court
  • Assez déroutant
85%Note Finale

A propos de l'auteur

Fan de mangas, de RPG et d'animation, elle a vu beaucoup trop d'anime dans sa vie pour se souvenir de tous. Ce qui ne l'empêche pas de continuer de regarder tout ce qui a l'air intéressant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.