S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Kasai Uka
Scénariste : Kasai Uka
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 196 pages
Sortie : 2 septembre 2019
Prix : 7,95€
Statut de la série : One-shot

Acheter Site officiel

Résumé

« Après s’être fait voler son argent par son associé, Kuga se tient sur le toit. Sans trouver le courage de sauter, la faim prend le dessus. Il pense alors à son premier amour et finit par renoncer. Avec l’aide de son ami détective, il part à la recherche de cet homme, Mitsuru. C’est alors qu’il le retrouve… dans un club de strip-tease perdu dans les bas-fonds de la ville ! Un homme naïf, au fond du trou, sans emploi et divorcé, et un ancien beau gosse : l’histoire d’amour de deux quarantenaires ! »

Notre critique

Signé Uka Kasai, le one-shot Ma raison de vivre nous propose une histoire très douce entre deux quarantenaires qui se retrouvent après des années.

Kuga, un homme dans la quarantaine ayant tout perdu après que son associé lui a volé tout son argent et que sa femme ait décidé de divorcer, envisage le suicide. Il pense ne plus avoir aucune raison de rester en vie. Mais alors qu’il fait le point sur sa vie, il se remémore ce qu’il considère comme le moment le plus heureux de son existence : ses années de lycée au cours desquelles il a connu son tout premier amour, un garçon nommé Mitsuru.

N’ayant plus rien à perdre, Kuga décide sur un coup de tête d’essayer de le retrouver, et finit par y parvenir. Il découvre alors que Mitsuru travaille comme gérant d’un club de strip-stease, et il n’a pas l’air très heureux de ces retrouvailles. En effet, les deux hommes ne s’étaient pas quittés en très bon termes au lycée… une embrouille qui va nous être expliquée progressivement par le biais de flashbacks au long du récit.

Dans ce one-shot, on découvre page par page l’histoire de deux hommes adultes, assez blasés par la vie, comme s’ils avaient tous deux perdu espoir et renoncé à l’idée d’être heureux. Kuga, qui va commencer à travailler aux côtés de Mitsuru, apprend à le redécouvrir tel qu’il est devenu à présent, et il va chercher à l’aider à résoudre ses problèmes. Car même si c’était Kuga qui nous était présenté comme au bout du rouleau au début de l’histoire, il se révèle finalement assez optimiste, et c’est finalement Mitsuru qui sera le plus hésitant à aller de l’avant ici.

La romance entre les deux hommes s’installe très doucement ; elle n’est pas tellement ici animée par la passion dévorante, mais plutôt par le souvenir de bons moments passés ensemble dans leur jeunesse et l’envie de construire quelque chose ensemble à nouveau. L’auteure utilisera le contexte du club de strip-tease et des choix de vie douteux de Mitsuru pour construire son intrigue et amener un peu d’action dans l’histoire, mais c’est bel et bien l’évolution de la relation entre les deux personnages qui fera l’intérêt du titre.

Côté dessin, on est dans quelque chose de très correct, avec un certain effort pour égayer un peu les arrière-plan. Les personnages dans la quarantaine changent des innombrables romances lycéennes, ce qui n’est pas plus mal. Dans l’ensemble, c’est un one-shot doux et sympathique à lire.

Notre critique de Ma raison de vivre

Un one-shot plein de douceur mettant en avant des personnages adultes et blasés de la vie, qui apprennent à se redécouvrir après des années d’éloignement.

Scénario75%
Dessin70%
Edition90%
Originalité70%
Mise en scène75%
Intérêt sur la durée60%
On a aimé
  • Romance entre adultes
  • Ancien amour que l'on redécouvre
On a moins aimé
  • Les histoires de mafia étaient un peu en trop
70%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.