S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
 Critique Manga, Manga, Neon Sign Amber, Ogeretsu Tanaka, Taifu Comics, Yaoi,

Critique Manga, Manga, Neon Sign Amber, Ogeretsu Tanaka, Taifu Comics, Yaoi,

Dessinateur : Ogeretsu Tanaka
Scénariste : Ogeretsu Tanaka
Éditeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Romance, Tranche de vie, Drame
Public : Averti
Contenu : 176 pages
Prix : 8,99 €
Sortie : 26 octobre 2016
Statut de la série : Terminée en 1 tome

Ogata est habitué aux remarques des clients de la boîte dans laquelle il travaille, il sait bien que son visage est toujours inexpressif, comme s’il ne ressentait jamais rien. Mais il est ainsi, c’est dans sa nature. Aussi son attention est-elle immédiatement attirée par Saya lorsque celui-ci lui fait comprendre qu’il devine ce qu’il pense chaque fois qu’ils se croisent. Grâce à une clé de vestiaire perdue, Oagata saisit l’occasion de passer du temps avec Saya. Et ce temps passant, il tombe amoureux. Mais alors que ses gestes passent de la tendresse à la passion, et bien que Saya l’encourage, Ogata se bloque soudainement, incapable d’accepter que son amour puisse le pousser aussi loin dans une relation avec un autre homme…
Ogeretsu Tanaka n’a pas son pareil pour écrire des romances yaoi malmenées par les préjugés nés de l’éducation comme de nos sociétés.
Saya a déjà été victime de brimades alors qu’il avait osé avouer son amour à un autre garçon, il se cache du regard des autres sous ses faux airs de dragueur de toutes les jolies filles de la boîte ou travaille Ogata et s’est entraîné à décrypter les visages afin de se protéger. Pour sa part, Ogata ignore encore tout alors que ses sentiments pour Saya grandissent. Il ne se pose même pas la question de savoir s’il est attiré par les hommes ou juste par Saya jusqu’au moment de leur première vraie étreinte. Le blocage d’Ogata est à la fois physique et psychologique, lui qui connaît et aime le corps des femmes ne peut ignorer la différence. S’ensuit alors un questionnement qui heurte leurs cœurs à tous deux, du mal-être de Saya rejeté une nouvelle fois aux incertitudes d’Ogata qui ne peut renier ses sentiments pourtant si réels. Mais comment ne pas blesser Saya s’il en peut concrétiser son amour ? Il faudra toute la patience, la générosité et l’amour de ce dernier pour qu’Ogata accepte ce que son cœur sait déjà.
Les affres de l’amour homosexuel se racontent une nouvelle fois, sous une nouvelle forme à travers la plume exercée et délicate d’Ogeretsu Tanaka. Cette délicatesse s’exprime dans chaque planche, à travers le joli traitement de la mise en scène pleine d’émotions qui offrent des images aux non-dits ainsi illustrés. Le chara-design particulièrement expressif traduit tout des sentiments et des tourments des deux héros, impose le caractère des personnages, reflète ce qui les différencie comme ce qui les rapproche et ne rate rien des jolies scènes sensuelles typiques de l’art de la mangaka. Les décors, enfin, enveloppent toutes les situations d’une atmosphère choisie qui nourrit réellement le graphisme général.
Neon Sign Amber est bien une œuvre d’Ogeretsu Tanaka, construite avec un soin réaliste autour de vrais sentiments, de belles émotions et de personnages attachants.

Points forts : 

  • Un récit très complet et bien construit 
  • Histoire réaliste dans la droite lignée de ce que l’on aime de la mangaka 
  • Bonne psychologie des personnages 
  • Personnages sympathiques 
  • Émotions / sentiments + + 
  • Romance + + 
  • Erotisme + + + 
  • Mise en scène au service du récit 
  • Dessin + + 
  • Chara-design expressif 
  • Travail soigné des décors et arrières plans 
  • Édition française réussie 

Points faibles : 

  • Yaoi pour public averti
Verdict : Un très bon tome !!!

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.