S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Yuri Takayoshi
Scénariste : Yuri Takayoshi
Éditeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Romance
Public : Averti
Contenu : 160 pages
Sortie : 18 mai 2018
Prix : 8,99€
Statut de la série : Terminée en 1 tome

Acheter Site officiel

Résumé

« Chiaki est le type même du citadin qui aime la foule, le luxe, consommer et qui profite allègrement de son statut de petit fils du directeur de l’entreprise qui l’emploie. Se jugeant trop parfait et trop compétent pour démarrer au bas de l’échelle comme un employé lambda, il ne rate jamais une occasion de la faire remarquer à ses collègues et supérieurs. Convoqué par son grand-père, Chiaki lui fait alors part de son orgueilleuse ambition, après tout n’est-il pas le successeur tout désigné qui devrait dès à présent se voir confier des missions qualitatives ? A sa grande satisfaction, son grand-père lui annonce alors qu’il lui confie la gestion d’un grand projet et l’envoie… en pleine campagne, sur l’île d’Hokkaido. Et sa mission si importante sera…de vivre comme un paysan, en travaillant la terre et vivant au rythme de la nature ! Chiaki d’abord outré accepte peu à peu son sort pour gagner son billet de retour à sa vie de citadin. Mais son compagnon de labeur, le renfrogné Sôichirô va peu à peu lui rappeler qu’il y a bien plus important à faire de son existence. »

Notre critique

Dans la vague de certains mangas qui veillent à réhabilité la vie rurale, ses valeurs simples dans un Japon aussi perclus de consommation et des lumières de la vie urbaine, ce oneshot a quelques mérites en dépit de son scénario écrit à l’avance.

Le cliché ambulant que représente Chiaki s’efface devant son impact comique tant on s’amuse de le voir patauger dans la boue, les bouses et autres raffinements naturels de la vie agricole. L’exaspération ressentie par ses collègues nous contamine rapidement car il est orgueilleux, typé enfant gâté et on apprécie de le voir se morfondre face à son sort qui n’est guère si dramatique qu’il se l’imagine. Mais sa force de caractère se réveille puisqu’il se met à sa tâche, ne serait-ce que pour ne pas perdre ses chances de revoir sa chère Tokyo ou pour remercier par sa participation celui qui l’héberge et lui sert de référent dans son malheur, Sôichirô. La sympathie le gagne à voir ce grand gaillard lui prodiguer des attentions, lui apprendre ce qu’il faut et la soutenir silencieusement.

A tel point que lorsque les voisins bien intentionnés viennent le voir pour lui dire de se méfier de Sôichirô parce qu’il est gay, Chiaki prend la défense de son ami, faisant même semblant d’être son amant. Et le début d’une romance s’amorce.

On imagine trop aisément la suite pour qu’un quelconque suspense s’installe et même l’entrée en scène d’un ami d’enfance de Chiaki comme trouble-fête ne suffit pas à insuffler un doute même minime concernant le happy end de cette histoire.

Le récit se faisant du point de vue presque exclusif de Chiaki, on sait peu de choses sur Sôichirô, même si on le devine rapidement amoureux de ce type pourri gâté qui réapprend à vivre simplement à ses côtés. Un rien mutique mais toujours aux petits soins de Chiaki, Sôichirô a une influence très positive sur l’élu de son cœur, à tel point que celui-ci revenu temporairement à Tokyo sera méconnaissable pour tous ceux qui se plaignaient auparavant de lui.

Entre les lignes de cette romance attendrissante mais classique, la revendication d’un mode de vie plus sain et plus simple se fraye un chemin laborieux qui n’échappera pas au lecteur attentif.

Le dessin de Yuri Takayoshi n’a rien d’extraordinaire non plus, il trace un chara-design très (trop) évidemment yaoi avec un Chiaki un rien gravure de mode mais au physique chétif en comparaison avec Sôichirô, la montagne tranquille. L’expressivité est bien travaillée, ce qui apporte beaucoup à la sympathie que l’on peut ressentir pour ces deux protagonistes. Le détail des vêtements et des arrières plans est important pour le propos opposant vie citadine à vie rurale même si des environnements plus nombreux auraient été agréables à retrouver derrières les personnages lors des scènes d’intérieur. La mise en scène fonctionne bien pour souligner l’aventure de Chiaki, alternant humour et romance.

Tokyo Boy Meets Country est un yaoi sympathique à suivre, mais guère original, qui doit beaucoup à sa touche de comédie.

Notre critique de Tokyo Boy Meets Country

Chiaki pensait briller dans l'entreprise familiale mais se retrouve exilé en pleine campagne pour apprendre les vraies valeurs de la vie...et rencontre Sôichirô un jeune homme qui va tout changer.

Scénario81%
Dessin86%
Edition94%
Originalité65%
Mise en scène77%
On a aimé :
  • Des personnages sympathiques
  • Un manga yaoi dans la vague écolo
  • Humour et romance
On a moins aimé :
  • Scénario sans originalité
  • Aucun suspense
81%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.