S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Yurikawa
Scénariste : Yurikawa
Éditeur : Kana
Collection : Dark Kana
Genre : Seinen, Suspense, Policier
Public : + 16 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 7 décembre 2018 et 1 février 2019
Prix : 7,45€
Statut : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Tous les assassins de la planète semblent s’être donné rendez-vous à Tokyo ! L’Inspecteur Hatori et le légendaire (ex-)assassin Kuro ont pour mission de protéger la vie de Mana, 14 ans, prise pour cible par tous les sbires de la terre. Mais au moment où Kuro parvient de justesse à arrêter les tueurs une première fois, Hatori est exposé à un poison mortel ! La situation est extrêmement tendue : que va-t-il advenir de l’inspecteur Hatori… ?! »

Notre critique

« Un flic, un assassin, une meute de tueurs » : ces mots qui ornent la quatrième de couverture de chaque tome de Dog End résument bien la série. Ce qui est un peu dommage, c’est qu’ils la résument un peu trop bien, puisque tout le manga tourne un peu autour de cela, et rien de plus.

Le duo peu commun qui nous était présenté dans le premier volume (pour rappel : Hatori, l’inspecteur de police hyper sérieux, et Kuro, l’ex-tueur insouciant) va ainsi se retrouver, chapitre après chapitre, confronté à toute une floppée d’assassins au style différent. Et c’est à peu près tout. L’histoire de fond est pourtant assez intéressante, avec cette jeune fille ciblée par les membres d’une famille influente qu’elle connaît à peine et qui veulent tous sa mort depuis que leur défunt père lui a tout légué. On découvre dans ces deux nouveaux tomes les différents frères et sœurs impitoyables qui sont bien décidés à se battre pour la place vacante de chef de famille, et chacun va employer des assassins redoutables à son service.

Malgré tout, en dehors de quelques scènes plutôt sympathiques entre Kuro et la jeune Hana, les relations entre les personnages principaux n’évoluent pour l’instant pas beaucoup. Hatori et Kuro reproduisent sans cesse les mêmes schémas chacun de leur côté et n’interagissent pas beaucoup entre eux, ce qui est extrêmement dommage car leurs personnalités opposées donnaient un potentiel comique à ce duo qui n’est pratiquement pas exploité. On a d’ailleurs un peu de mal à s’attacher à Hatori, qui a très peu de moments de gloire et dont on ne sait encore rien. Son côté mystérieux, trop peu mis en avant, le rend donc finalement assez plat comme personnage.

Les combats contre les assassins, qui constituent le gros du manga, sont pour leur part plutôt intéressants. Chacun utilise des techniques et des stratégies uniques, et ils sont assez charismatiques… du moins, pour les hommes. En dehors de Hana, les femmes de l’histoire ont jusqu’à présent toutes plus ou moins la même personnalité et ne semblent presque être là que pour s’exhiber dans des tenues très légères ou bien montrer leur petite culotte en donnant des coups de pieds à foison.

Dans les points positifs, Kuro est tout de même un personnage plutôt « cool » dont le passé est révélé au compte-goutte à la fin de chaque tome et qui, derrière son attitude insouciante au possible, cache une grande part d’obscurité. Il semble lié d’une certaine façon à Hana, et leur relation pourrait évoluer de manière assez intéressante. Mais une fois de plus, dommage que Hatori ne s’intègre pas encore énormément au groupe.

Enfin, un petit détail qui « fâche » avec l’édition française : en trois tomes, nous avons eu droit à trois couvertures de textures différentes. La différence entre les deux premiers n’étaient pas très marquée, mais celle du volume 3 est bien plus « plastique » que les deux premiers. Ces changements d’un tome à l’autre de la même série sont peut-être volontaires, mais il faut admettre que le choix est assez discutable… et ne rend pas très bien dans l’étagère.

Notre critique du tome 2 et 3 de Dog End

Dog End est une histoire sombre et sérieuse centrée sur les affrontements entre des personnages aux capacités physiques hors du commun, mais dont le potentiel n’est malheureusement pas assez bien exploité. Malgré quelques éléments intéressants, les personnages et les relations entre eux n’évoluant pratiquement pas, on peine encore beaucoup trop à s’y attacher et à trouver la lecture intéressante.

Scénario50%
Dessin55%
Edition80%
Originalité70%
Mise en scène65%
Intérêt sur la durée50%
On a aimé
  • Les scènes entre Kuro et Hana
  • Les assassins originaux
  • Le passé de Kuro
On a moins aimé
  • Les liens inexistants entre les personnages
  • Le rythme assez monotone
  • Les femmes juste là pour s'exhiber
55%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.