S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Oh! Great
Scénariste : NisiOisin/Nishio Ishin
Chara-designer: VOFAN
Éditeur :  Pika Édition
Collection : Shonen
Genre : Aventures, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 184 pages
Sortie : 9 mai 2019
Prix : 7,20€ (10,50€ édition limitée)
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Koyomi Araragi est un lycéen banal, du moins c’est ce qu’il veut faire croire. Un soir, il fait la rencontre d’un vampire qui lui transmettra ses pouvoirs. Sauvé par « Mémé Oshino« , il lui est redevable depuis ce jour.  Dans son lycée, alors qu’il vient en aide à Hitagi Senjôgahara, il découvre le secret de cette dernière: elle ne pèse pas un gramme. Hitagi, fâchée que Koyomi ait découvert cela, menace le jeune homme avec ses fournitures de bureau. Pour être sûre de son silence et pour le mettre en garde, elle lui agrafe l’intérieur de la joue. Koyomi pense alors pouvoir venir en aide à la jeune fille et pour prouver sa bonne foi, il lui révèle son secret en lui montrant que sa joue agrafée est déjà guérie. Hitagi lui raconte alors que c’est un crabe géant qui lui a pris son poids et Koyomi décide de l’emmener voir Oshino qui est un spécialiste dans les « anomalies ». C’est un homme étrange, qu’Hitagi prend limite pour un sans-abri, qui se présente alors à la jeune fille. Après avoir écouté son récit, Oshino comprend que c’est un Omoshi-kami, une entité chimérique du folklore qui a la forme d’un crabe qui crée des misères à Hitagi. Cependant, ces créatures ne s’en prennent pas aux humains, il faut que ce soit l’humain qui se soit adressé à elles et c’est donc à Hitagi de résoudre son problème. Avec l’aide de Koyomi et Oshino, la jeune fille va devoir procéder à un rituel qui devrait la libérer de ce monstre et de sa malédiction. Mais est-ce vraiment une créature qui s’en prend à Hitagi?

Notre critique

Bakemonogatari est l’adaptation en manga du Light Novel du même nom. Les personnages de Nishio Ishin prennent vie grâce à Oh! Great, que l’on connait pour Air Gear. Le chara-design nous est également familier puisque c’est VOFAN qui s’en occupe comme pour les illustrations des Light Novels. A l’occasion de la sortie du 1er tome, une édition limitée a été publiée offrant de nombreux cadeaux aux lecteurs: une jaquette réversible, un ex-libris et 20 cartes postales illustrées par de célèbres mangaka comme Hiro Mashima (Fairy Tail), Atsushi Ohkubo (Soul Eater) et Yosûke Kaneda (Romio Vs Juliet) marquant la popularité de la série.

Mais il n’y a pas que les mangakas qui seront conquis par Bakemonogatari. Bien que le sujet principal soit la possession par les êtres surnaturels et de ce fait un thème sensible puisque les victimes souffrent de leur malédiction, ce 1er tome regorge d’humour. Le personnage d’Hitagi est vraiment très drôle car on nous présente la jeune fille comme étant de bonne famille mais cette dernière n’a en fait aucune retenue et se montre facilement nue en face de Koyomi. De plus, ses armes sont peu communes puisque ce sont des fournitures de bureau: compas, équerre, bic, ciseaux, … Ce type d’armes est déjà en soit très drôle mais quand on voit la centaine de matériel qu’elle cache dans sa courte jupe pour se défendre, c’est à mourir de rire. Ce côté un peu décalé est d’ailleurs déjà présent sur la couverture de l’édition limitée avec une Hitagi qui tient une paire de ciseaux démesurée, qui est aussi grande qu’elle. Le ton est donné avant même d’ouvrir le tome.

Le fond de l’histoire reste tout de même la possession et les créatures surnaturelles. Même si on a l’habitude d’entendre parler dans ce genre de thème de vampires ou d’esprits chat, comme c’est le cas pour Koyomi et son amie Tsubasa, l’auteur nous surprend avec un être peu commun: le crabe. Le folklore japonais regorge de créatures et de divinités qui prennent toute sorte de formes et ce très souvent dans le domaine animal: renard, tanuki ou encore le chat mais il est très rare de voir un dieu crabe dans les mangas. Non seulement cela change de l’ordinaire, ce qui est vraiment agréable mais en plus cela renforce le côté humoristique du récit.

Nous n’en savons pas encore grand-chose sur les possessions de Koyomi et Tsubasa ni sur comment Oshino a pu les aider. Tout cela reste pour le moment mystérieux et on ne peut qu’espérer en savoir plus par la suite. Un autre personnage est très intriguant et c’est Shigure. On ne sait pas vraiment qui elle est ni son rôle dans l’histoire. Elle aurait un lien avec Koyomi et son attaque de vampire mais ce n’est pas encore très clair. Tout ce qu’on sait c’est qu’elle a des crocs de vampire puisqu’on la voit se nourrir sur le bras de Koyomi, et qu’elle aide Oshino dans ses enquêtes. Une double page à la fin d’un chapitre nous la présente accompagnée de 3 autres jeunes filles. Qui sont-elles? Cela reste un mystère qui sera très certainement développé dans les prochains tomes mais de cette manière l’auteur a réussi à capté l’attention du lecteur qui se pose beaucoup de questions au sujet de ces 4 filles.

Les personnages sont très détaillés et ce de la tête aux pieds, puisqu’un peu de fan-service nous dévoilera notamment le corps entier d’Hitagi. Le visage des héros reflètent à merveille leur personnalité et leurs émotions comme lors d’une double page où on voit Hitagi, en gros plan, déclaré sa souffrance, les yeux remplis de larmes.

Les arrière-plans sont bien travaillés avec des décors soignés. Toutes les fournitures de bureaux, qu’Hitagi cache sur elle, sont méticuleusement détaillées, qu’elles soient 10 ou 100, rien n’est laissé au hasard ni fait à la va vite. C’est vraiment un travail de précision qui nous est dévoilé. Les décors extérieurs, le lieu de cérémonie, les vêtements, la chaussure dont Hitagi s’est servie contre son agresseur, … tout est détaillé donnant un côté authentique et plus vivant aux dessins.

Trailer

Bakemonogatari est également adapté en anime depuis 2009 et compte 15 épisodes.

Notre critique du tome 1 de Bakemonogatari

En conclusion, ce 1er tome de Bakemonogatari nous emmène dans le fantastique avec la présence de créatures du folklore, le tout sur un fond d'humour. Des intrigues sont mises en place dans ce 1er tome et on n'a qu'une seule envie: bien vite connaitre la suite.

Scénario90%
Dessin95%
Édition95%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé
  • Dessin ++
  • Humour
  • Folklore
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

Une réponse

  1. Tonytrip

    Sasuga Oh Great!-sensei…

    Dès l’annonce du projet j’avais hâte, mais alors au moment où les premières planches se sont pointées sur la toile… Aya ! <3

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.