S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Ponjea
Scénariste : Ponjea
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Genre : Action, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 176 pages
Sortie : 2 mars 2018
Prix : 5,45€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Dans une petite ville, la rumeur se répand qu’il existerait un dieu capable de remonter le cours du temps pour permettre aux gens de changer le passé. Une jeune fille qui ne se remet pas de la mort de son frère décide d’essayer mais tombe au lieu de ça sur deux étranges personnages : Victor et Kiri, des « Chronos Rulers » qui lui révèlent que ce qu’elle recherche n’est pas un dieu mais un démon qui dévore le temps des gens. Tous deux combattent ces monstres nommés « Horas » à l’aide d’un pouvoir qui leur permet de contrôler le temps, mais ils cachent un autre secret. En réalité, Victor est le père de Kiri mais, mordu par un Hora, il s’est fait voler son temps et a désormais l’apparence et la personnalité d’un jeune homme de 15 ans.

Notre critique

Sous sa jolie couverture au synopsis intrigant, ce manhua de Ponjea, un auteur qui nous vient de Taiwan, commence comme un shônen ordinaire. Deux mystérieux héros combattant des démons invisibles dans un monde qui ressemble fortement au nôtre, le tout du point de vue d’une jeune fille à priori sans importance – un début assez commun pour ce genre de scénario qui va permettre aux personnages principaux de se présenter et d’expliquer indirectement au lecteur tout ce qu’il a besoin de savoir. La première moitié du tome 1 est donc consacrée à cette introduction qui se veut forte en émotion et en révélations sur le passé quelque peu dramatique de nos héros. Difficile malheureusement de s’emballer sur ce début vu et revu par trop de shônens avant lui, rendant chaque scène et chaque retournement assez prévisible…

On poursuit néanmoins la lecture et le récit se concentre cette fois davantage sur l’histoire et la relation particulière entre les deux héros, ce qui s’annonce déjà comme le point le plus intéressant du manhua. En effet, Victor, sous ses allures de jeune homme intrépide et insouciant au possible, est en réalité le père de Kiri. Mordu par un « Hora », un des démons que nos deux héros affrontent, son temps s’est vu aspiré petit à petit et pour chaque jour qui s’écoule il rajeunit de la même durée, perdant au passage tous les souvenirs associés au temps qu’il a perdu. Aidé par un journal dans lequel il répertorie tout, il est cependant réellement redevenu un adolescent au comportement parfois immature et qui n’éprouve que peu d’affection pour Kiri, ce fils plus âgé que lui dont il n’a au final aucun souvenir.

L’intrigue est donc centrée sur cette sorte de malédiction dont est affublé Victor et qui les amène à voyager à la recherche du Hora qui lui a volé son temps, puisque l’éliminer est le seul moyen pour qu’il retrouve son véritable âge et ses souvenirs. Alors que Victor lui-même semble peu affecté par cette situation, prenant même les combats assez à la légère, Kiri montre un sérieux sans faille. Ponctuel, calme et ordonné, il se dévoile très vite comme l’archétype de l’enfant qui s’est senti obligé de devenir responsable à la place de son père. Leurs deux personnalités à l’opposé donnent ainsi naissance à de nombreux dialogues comiques entre père et fils qui ne sont pas pour nous déplaire et donnent un ton humoristique au manhua. On sent cependant assez vite la détresse de ces deux héros qu’ils tentent tant bien que mal de camoufler, et l’empathie qu’ils nous inspirent en fait des personnages auxquels on s’attache facilement.

Il faut dire aussi qu’il serait difficile de ne pas les apprécier : en plus de leur chara design accrocheur, le trait soigné de l’auteur parvient à merveille à retranscrire leurs émotions ou à les mettre en valeur dans des scènes de combat dynamiques. Ces combats sont d’ailleurs assez réfléchis puisqu’il sera toujours question d’utiliser le temps à leur avantage, comme en figeant un objet pour l’immobiliser ou au contraire l’accélérer pour le projeter à pleine puissance sur l’adversaire. Une mécanique brillamment utilisée ici et qui révèle petit à petit son potentiel à travers ce volume ; les stratégies utilisées par les personnages sont à la fois bien pensées et simples à comprendre, chose assez rare avec ce genre de pouvoir en lien avec le temps, qui aurait tendance à devenir vite confus voire incompréhensible.

Trailer

Notre critique du tome 1 de Chronos Ruler

Ce premier tome de Chronos Ruler nous dévoile un shônen plein de potentiel, aussi bien au niveau des combats que du développement des personnages et de leur relation père-fils assez unique. Bien dosé entre action, humour et tragédie, sa mécanique de combat intrigante et ses dessins superbes le placent au-dessus d’autres mangas du même genre, bien qu’il ait un peu de mal à s’en distinguer. Le scénario quant à lui peine encore à nous captiver réellement, mais il ne s’agit que du début de l’histoire et il n’est pas impossible que l’auteur nous réserve quelques surprises pour la suite.

Scénario75%
Dessin95%
Edition90%
Originalité75%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé
  • Le dessin soigné
  • La relation père-fils peu banale
  • La mécanique des combats
On a moins aimé
  • Un début trop classique
  • Le scénario manque encore d'éléments accrocheurs
83%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.