S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Rihito Takarai
Scénariste : Rihito Takarai
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : SF, Aventure
Public : Tout public
Sortie : 18 janvier 2019
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Dans un monde régit par la toute-puissance des Graineliers puisque les graines sont les seules monnaies d’échange acceptables, il arrive que des humains fusionnent avec des végétaux. Ils sont alors irrémédiablement déclarés ennemis à abattre. Lucas vit dans un village de campagne. A la mort de sa mère qu’il n’a quasiment jamais connue, son père se lance à corps perdu dans des expériences mystérieuses… Des années plus tard, lorsque la garde de l’Organisme de recherche des Graineliers fait irruption chez eux pour arrêter son père, ce dernier confie alors à Lucas une poignée de graines avec ces mots : « Laisse-moi au moins te protéger, toi. ». Interloqué, paniqué, Lucas fait la seule chose qu’il pense bien dans sa fuite : il les avale avant de perdre connaissance pendant deux ans…

Notre critique

En ce lançant dans le genre shonen, Rihito Takarai surprend ses fans. Si les codes sont respectés et les habitudes de la mangaka bien ancrées, ce premier tome nous laisse perplexes.

Sous ses dehors aux accents yaoi avec sa population exclusivement masculine, exception faite d’une fugace apparition en introduction et de l’entrée en scène tardive d’une petite fille qui pourrait bien devenir un protagoniste de premier plan, Graineliers a tout du shonen studieux. On y retrouve ainsi un univers fantastique un rien médiéval avec une magie proscrite (ou réservée à une élite) par une autorité qui régule tout à commencer par la seule monnaie d’échange : les graines végétales. Dans ce contexte, un jeune homme dont le père a visiblement bien des choses à cacher et dont la raison semble s’égarer, s’arrange pour survivre à la limite de la légalité. Ces petits trafics apparemment sans grande importance seront bientôt du passé s’il parvient à réaliser l’ambition qu’il partage avec son ami d’enfance Abel, devenir Graineliers. Mais voilà que le destin se met en marche lorsque son père le désigne à la fois héritier et menace absolue en lui donnant à avaler des graines étranges avant de le pousser à la fuite ! Devenu mi-homme mi-végétal, il ne pourra plus compter que sur son ami d’enfance pour survivre et garder l’anonymat.

Les bases sont plutôt convenues pour un récit shonen initiatique. La subtilité qui a déjà fait la renommée et le succès de la mangaka rattrape néanmoins la banalité de cette base narrative. Les mystères s’invitent dès l’évocation de la figure féminine qui semble hanter l’esprit de Lucas pour mieux s’installer durablement à travers l’étrange comportement paternel et les conséquences imposées à son fils. L’avenir auquel il aspirait aux côtés de son ami d’enfance paraît ruiné…pour mieux lui revenir de plein fouet à la faveur des soupçons (justifiés) nourris par l’Organisme de recherche des Graineliers. C’est un acte faussement innocent, motivé par la simple bonté de Lucas et Abel envers le souhait d’une enfant, qui ravive la curiosité policière des Graineliers pour un Lucas qu’ils pensaient disparu depuis l’arrestation de son père. Pris au piège avec Abel, quel sera son sort ?

Pourquoi cette perplexité en fin de lecture ? Sans doute l’ensemble manque-t-il de conviction, de cette particularité flamboyante habituellement inhérente aux autres œuvres de Rihito Takarai.

Le trait est en revanche totalement identifiable comme celui de la mangaka. Des personnages masculins très beaux à regarder, au chara-design fin et élégant, aux expressions étudiées pour accompagner le récit, une mise en scène qui colle tout autant au scénario bien cadré, de même que le travail sur les détails, les costumes et l’environnement participent à l’immersion du lecteur dans un univers défini.

Si ce premier tome montre que Rihito Takarai peut s’inviter dans d’autres genres que le yaoi, ses accents très conventionnels manquent de l’attrait attendu par les fans.

Notre critique du tome 1 de Graineliers
Lucas rêvait de devenir Grainelier mais son père, un homme tourmenté, le transforme en ennemi public n°1 traqué par ces derniers…
Scénario80%
Dessin90%
Édition90%
Originalité80%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • Des personnages attachants
  • Un univers bien défini
  • Quelques mystères
On a moins aimé
  • Le tout manque de conviction
  • Rihito Takarai surprend moins que dans ses autres oeuvres
80%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.