S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Izumi Kirihara
Scénariste : Yoru Sumino
Éditeur : Pika Édition
Collection : Seinen
Genre : Tranche-de-vie, Drame
Public : + 14 ans
Contenu : 212 pages
Sortie : 6 novembre 2019
Prix : 7,50€
Statut de la série : Terminée en 2 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

Lui est solitaire et plutôt transparent. Lors d’une visite à l’hôpital, il trouve un journal intime sur un banc. Lecteur assidu, il ne peut s’empêcher d’en commencer la lecture. C’est celui de Sakura, une camarade de classe. Cette jeune fille est tout le contraire de lui : elle est entourée d’amis. Mais elle cache un secret à tout le monde : elle est malade et sa fin approche. Ce secret va unir les deux adolescents qui ne se fréquentaient pas et que leurs personnalités opposent.

Notre critique

Sous un titre accrocheur et, surtout, à tendance cannibale, se cache un manga émouvant. Sakura, une jeune lycéenne, est pleine de vie et a pleins d’amis. Elle est souvent au centre de l’attention, tout le contraire de lui, plutôt solitaire et assez pessimiste. Lui, l’autre protagoniste n’a pas de nom dans ce tome. Il est surnommé Monsieur Transparent ou Monsieur Maussade, ce qui en dit long sur les relations qu’il a avec les autres. Sakura est malade et va bientôt mourir. Nul ne le sait, sauf sa famille, qui a tendance à la couver et satisfaire ses volontés. Mais avant que la mort ne la prenne dans son pays, elle désire vivre un maximum : voyager, avoir un petit ami, aller au restaurant, etc. Elle veut vivre toute une vie en quelques mois. Et pour ce faire, elle a jeté son dévolu sur lui, seul au courant de sa triste réalité, puisque le curieux a lu son journal intime. Ce dernier est donc entraîné dans un maelstrom qui le dépasse un peu : sa vie est bousculée, sa calme routine est bouleversée. Car même si il est courant de sa fin assez proche, la joie de vivre de Sakura, ne lui fait pas prendre conscience de la réalité. Il lui faudra tomber sur des médicaments pour qu’il prenne conscience de toute cette terrible vérité.  Car sous ces airs joyeux, Sakura cache une grande tristesse et on la ressent lorsqu’elle fait des blagues ou des remarques de mauvais gout quant à sa fin prochaine. Pourtant, ensemble, ils vont tisser des liens, se pousser l’un l’autre à se dépasser, s’apprivoiser et rendre les quelques mois qu’il reste à Sakura inoubliables. Dès le début, on connait la triste fin de cette histoire, mais l’histoire qui nous est racontée est tellement belle et émouvante, qu’on ne peut qu’apprécier ce titre. Le tout sans tomber dans le mélodrame de bas étage, sans mièvreries ni larmes inutiles.

Ce manga est basé sur un roman, publié en ligne sous forme de websérie en 2014, et qui a été adapté en animé en 2018. Le titre accrocheur vient d’un échange entre Sakura et Monsieur Transparent : Sakura a vu un documentaire, où il était de question qu’en cas de maladie d’une partie du corps, dans le passé, on mangeait l’organe équivalent d’un autre animal. Et bien entendu, taquine comme elle l’est, elle n’a pu s’empêcher de le proposer à son ami et lui sort dans la bibliothèque : « Je veux manger ton pancréas !».

Le trait est classique, rond et fin. Les personnages sont mis en avant, on voit peu de décors. La jaquette nous présente les deux protagonistes, un ouvrage à la main, sous des cerisiers en fleurs. Rien qu’en les regardant, on peut en déduire leur personnalités : Sakura, souriante, rêve au loin, et lui, plus renfermé, est plongé dans sa lecture. Sous cette jaquette, une couverture rose, où l’on peut voir l’envol de pétale de cerisiers.

Notre critique du tome 1 de Je veux manger ton pancréas

En résumé, un manga qui traite de la maladie et de la mort, ainsi que de l’amitié, mais sans dramatiser à outrance. Une agréable découverte, malgré un sujet assez douloureux !

Scénario95%
Dessin90%
Édition90%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé
  • Très émouvant
  • Un certain regard sur la maladie et la mort
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

A propos de l'auteur

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.