S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Mengo Yokoyari
Scénariste : Lynn Okamoto
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Seinen, Borderline
Genre : Erotique, comédie, fantastique
Public : Averti, + 16 ans
Contenu : 224 pages
Sortie : 16 mai 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : Terminée en 2 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

Rin Saito est fou amoureux de Subaru Kawana son amie d’enfance, depuis qu’ils se connaissent. Subaru étant une jeune fille de bonne famille, elle est entrée dans école privée prestigieuse et les deux amis se sont perdus de vue. Quelques années plus tard, Rin, bien décidé à entrer dans cette école grâce à une bourse, travaille dur et réussit enfin à être dans la même classe que Subaru. Cependant, cette dernière ne le regarde même pas et elle se met en colère contre lui quand il lui adresse quelques mots. Rin ne comprend pas le pourquoi de ce changement d’attitude mais pour sa part, il est toujours amoureux fou de son amie d’enfance. Alors qu’il est songeur, allongé sur son lit dans le dortoir des garçons, il observe par la fenêtre le dortoir des filles où se trouve Subaru. Il se remémore alors que plus tôt dans la journée, des élèves de sa classe avaient parlé d’une incantation pour invoquer le dieu de la contrepartie qui exauçait les souhaits. Rin récite alors l’invocation et demandant que la porte de sa garde-robe permette de communiquer avec la chambre de Subaru et sans trop y croire, va ouvrir la dite porte. A sa grande surprise, Subaru en sort habillée uniquement d’une serviette. Les deux étudiants ne comprennent pas comment cela est possible quand apparaît le fameux dieu de la contrepartie, qui a pris possession d’un coussin. Il leur explique alors que le charme est lancé et que en dédommagement, Subaru perdra son self-contrôle pendant une heure chaque jour, car c’est de ça que se nourrit ce dieu. Rin ne comprend pas pourquoi c’est la jeune fille qui subit les conséquences de son sort mais le dieu lui révèle qu’il n’est que le deuxième contractant. Rin découvre alors que Subaru avait réalisé le même vœux un peu plus tôt. Les voilà qui doivent maintenant cohabiter et cette fameuse heure de perte de contrôle va permettre à Rin de connaître la raison de l’attitude froide de Subaru envers lui et il découvrira également un côté très pervers de la jeune fille qu’il aura du mal à contenir pour ne pas être physiquement agressé. Rin est alors heureux de cette cohabitation mais quand il apprend que Subaru doit faire un mariage arrangé, le jeune homme est perdu et se demande quels sont les véritables sentiments de son amie de longue date à son égard.

Notre critique

No Control est une série en deux tomes ce qui fait que l’histoire avance assez rapidement dans ce 1er volume. En effet, le contrat avec le dieu de la contrepartie prend fin au milieu du volume et les sentiments de nos héros sont immédiatement révélés. Ce manga était initialement prévu en one shot ce qui explique également ce rythme assez soutenu.

L’histoire part directement dans la comédie avec le fameux pacte avec un dieu qui pour se matérialiser, prend possession d’un coussin. Les pertes d’inhibitions de Subaru sont assez extrêmes et la jeune fille passe du jour à la nuit. Le pauvre Rin dans tout ça doit essayer de se contrôler pour ne pas profiter de Subaru quand elle n’est plus elle-même et ses hormones d’adolescent sont mises à rude épreuve ce qui amène beaucoup d’humour. Cependant, il trouve rapidement un échappatoire pour « en profiter » sans dépasser les limites que Subaru lui a donné, qui est de ne pas coucher avec elle alors que c’est ce qu’elle réclame à cri et à sang quand elle perd son self contrôle.

Toujours dans le côté pervers et humoristique, Subaru se masturbe à tout bout de champ dès qu’elle voit, croise le regard ou touche Rin. Ce qui est drôle c’est que le jeune fille fait mine de rien et puis quelques secondes après on la voit en train de sucer le caleçon que Rin lui avait prêté quand elle s’est retrouvée nue dans sa chambre après le pacte. Elle joue les filles pures et impassibles mais en fait elle n’a qu’une seule idée en tête toute la journée, c’est de se masturber et de vouloir que Rin lui fasse l’amour. Innocemment, elle demande au jeune homme de lui masser les épaules après leur séance d’étude et pendant qu’il fait cela elle se masturbe pensant qu’il ne voit rien mais Rin n’est pas dupe et connaissant maintenant son côté pervers il sait très bien ce qu’elle fait sous sa jupe.

Ce côté pervers est également présenté comme si cela était une deuxième personnalité de Subaru. Ayant été mise sous pression depuis toujours par son père pour être une petite fille modèle, Subaru a commencé à se masturber pour relâcher la tension. Alors quand son père lui a annoncé qu’elle devrait faire un mariage arrangé et qu’elle a fait un pacte avec lui comme quoi si elle était première de classe ses 3 années, elle pourrait épouser l’homme qu’elle aime, à savoir Rin, les masturbations se sont amplifiées afin de cacher sa frustration et lui permettant ainsi de retenir ses larmes. La perte de contrôle nous dévoile le côté pervers de Subaru mais il l’aide aussi à pouvoir dire ce qu’elle a sur le cœur. C’est ainsi que Rin comprendra pourquoi la jeune fille était si froide avec lui quand il est arrivé à l’école et Subaru grâce à cette perte d’inhibition pourra dire enfin tout ce qu’elle pense à son père, tout ce qu’elle n’a jamais eu le courage de lui dire et surtout lui parler de ses peurs et de ce qu’elle souhaite réellement. Le prix à payer pour le contrat avec le dieu de la contrepartie, même si dérangeant au début, se révélera être une bonne chose pour Subaru qui pourra alors avoir une vie plus heureuse.

Les personnages sont très attachants et même si on peut être un peu choqué de la rapidité à laquelle la jeune fille se dénue dès qu’elle perd le contrôle, on réalise qu’il y a une véritable histoire de fond qui raconte la difficulté d’un amour interdit entre deux classes sociales et la difficulté pour une fille de bonne famille de désobéir à ses parents qui ont tout planifié de sa vie pour elle. Que les adeptes de fan-service se rassurent ils seront tout de même comblés, Subaru terminant nue à chaque perte de contrôle, exposant fièrement ses seins.

Le chara-design est très détaillé de la tête au pied même si la partie de l’entre jambe est discrètement camouflée pour donner un effet naturel, mais c’est bien la seule partie « cachée ». De nombreux gros plans nous sont offerts sur les seins ou encore la culotte de Subaru mais également sur les visages érotiques de nos protagonistes qui sont extrêmement bien travaillés nous faisant presque ressentir leur chaleur.

Les arrière-plans sont peu travaillés car l’attention est reportée à tout moment sur les personnages et plus particulièrement sur Subaru qui est constamment en extase ou qui pense à aller se masturber. Les personnages prenant beaucoup de place, il en reste peu pour pouvoir insérer un décor ou une trame. Cependant, quand l’espace le permet, de somptueux arrière-plans sont présentés comme lorsque Rin va espionner Subaru lors de son rendez-vous arrangé dans un hôtel, où le jeune garçon se retrouve dans un magnifique parc qui a été très détaillé pour le plaisir des yeux du lecteur.

Notre critique du tome 1 de No control !

En conclusion, ce 1er volume de No Control! pourrait se conclure ainsi car nous avons une fin qui ne demande pas de suite. Sachant qu'il existe un deuxième volume, nous ne pouvons qu'être curieux de savoir de quoi il s'agit. Espérons simplement que ce ne soit pas redondant avec le 1er tome, à savoir ne voir que le côté pervers de Subaru. Maintenant que la jeune fille est en couple avec Rin, il serait intéressant d'en voir un peu plus de leur relation, ne restant pas focalisé que sur les sports en chambre.

Scénario86%
Dessins87%
Édition79%
Originalité87%
Mise en scène89%
Intérêt sur la durée77%
On a aimé
  • Humour
  • Dessins
On a moins aimé
  • Fan-service
84%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.