S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur: Naoki Serizawa
Scénario: Naoki Serizawa
Editeur: Pika
Collection: Seinen
Genre: Aventure, Suspens
Public: 15+
Contenu: 216 pages
Sortie: 17 avril 2019
Prix: 8,20 euros
Statut: Série terminée en 4 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

« Suite à l’étrange suicide de son père, Mirai, lycéen intelligent et téméraire, hérite d’une carte et d’un compte lié à un mystérieux organisme: la « Psycho Bank ». Moyennant finance, il lui est alors permis de choisir un pouvoir parmi huit différents, dont celui de voyance, que le jeune homme compte bien utiliser pour faire toute la lumière sur la mort de son père. Chaque utilisation de ce pouvoir a cependant un prix et lorsque le compte est vide, c’est sa propre vie que l’emprunteur met en jeu. Posant trop de questions embarrassantes, Mirai est devenu une gêne pour l’organisation qui envoie à ses trousses d’autres propriétaires de Psycho Cards aux facultés bien plus dangereuses qui vont tout faire pour l’éliminer. »

Notre critique

Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans l’action. Le personnage principal, Mirai voit mourir coup sur coup son père et son meilleur ami, chaque fois dans des circonstances tragiques qui défient l’imagination. Dès le début du récit, l’organisation est présente, d’abord de manière ténue jusqu’à prendre de plus en plus de place et à occuper le devant de la scène avec le héro. Car il ne s’agit que de ça: la lutte entre le héro et cette fameuse organisation: la ‘Psycho Bank’.

Le récit est haletant mais comporte quelques incohérences: comment un jeune homme peut hériter d’une somme d’argent aussi importante? d’où vient-elle? Comment son père s’est retrouvé, avant lui, au contact de cette organisation? Ces questions ne trouvent pas de réponses, du moins dans ce volume. Maintenant, cela a l’air d’être ‘naturel’ et joue sur l’atmosphère de l’histoire. Car l’atmosphère est glauque, pesante et noire. Il n’y a rien de lumineux, de doux. De suite, on a l’impression d’être plongé dans une espèce de mélasse malsaine.

Le personnage principal est assez énervant au premier abord. il fait certes preuve d’une maturité assez spectaculaire pour certaines choses au vu de son jeune âge mais il paraît surtout, au début, beaucoup trop sûr de lui et arrogant, n’hésitant pas à utiliser ses amis pour obtenir les renseignements qu’il veut obtenir. Par la suite, il se révèlera être d’une intelligence très aiguisée, tout en gardant la tête froide. Néanmoins, cette intelligence fait que l’on a du mal à s’attacher à lui. Tous les autres personnages sont liés de près ou de loin à l’organisation. Certains apparaissent sur seulement quelques cases alors que d’autres sont déjà en action dès ce premier volume. Ils ont l’air aussi glauques et dérangés que l’organisation qu’ils servent faisant presque passer le héro pour quelqu’un d’étonnamment sain d’esprit au milieu d’eux.

Le récit est mis en scène avec un dessin fouillé et les nombreux ombrages, réalisés avec des trames ou à l’encre desservent bien le récit. De plus, les actions se déroulant exclusivement en milieu urbain, au niveau du sol et entouré d’immeubles ne font que renforcer l’ambiance sordide de cet univers au final pas si éloigné du nôtre. L’utilisation de la perspective est bien maîtrisée et donne encore plus l’impression d’écraser les personnages.

L’absence de personnages secondaires extérieurs à l’organisation font très vite comprendre que le récit, qui sera étalé sur quatre volumes ne sera qu’un combat entre Mirai et l’organisation de la Psycho Bank. Il reste dans les rails du genre et ce premier volume n’amène rien de vraiment sensationnel. Le point fort de cette série est le dessin fin et détaillé. A réserver aux amateurs de récits de « death game ».

Notre critique du Tome 1 de Psycho Bank
La traque commence...
Scénario70%
Dessin90%
Edition80%
Originalité70%
Mise en scène70%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • L'ambiance glauque bien rendue.
  • Le héros peut choisir son pouvoir.
On a moins aimé
  • le récit trop conventionnel
75%Note Finale

A propos de l'auteur

Geekette assumée et grande fan de manga depuis Dragon Ball. J'ai une fâcheuse manie de lire tout ce qui me tombe sous la main, ce qui permet de faire les meilleures découvertes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.