S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Segawa Hajime
Scénariste : Segawa Hajime
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Shonen
Genre : Aventure, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 10 avril 2019
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Raise est lycéen, et vu son peu de moyens, il doit travailler après les cours pour subvenir à ses besoins. Il fait la connaissance de Kamika, qui lui rentre dedans après une bagarre, et il se retrouve avec une main sur son opulente poitrine. Il n’en faut pas plus pour que la demoiselle voie en lui un pervers. Le lendemain, la jeune fille débarque dans sa classe… Raise n’a pas le temps de lever le malentendu, qu’il est projeté dans une autre dimension, en compagnie de Kamika. Entre dieux et bastons, une nouvelle vie commence pour nos jeunes amis!

Notre critique

Raise, personnage central de cette histoire, est un lycéen banal, que la vie pousse à travailler pour subvenir à ses besoins. Il ne se fait plus beaucoup d’illusion sur sa vie et veut à tout prix éviter de devenir comme son père : un homme infidèle et coureur de jupons. Il semble vite dépassé par les évènements, et une fois acculé, sa force et sa puissance se révèlent au grand jour. Il veut surtout lever le malentendu qui s’est glissé entre lui et Kamika : non, il n’est pas un pervers. Mais sa maladresse faisant le reste, il se retrouve vite dans des situations plutôt gênantes… Kamika, sous des apparences douces, sait se défendre et a un appétit d’ogre. Elle a également une forte personnalité. Son rêve : devenir mangaka. Et pour ce faire, tout est bon comme source d’inspiration. Ce qui fait qu’elle se retrouve à Takamagahara avec calepin et crayon, afin de prendre des notes pour un manga. Aux côtés de nos jeunes lycéens, on retrouve Takahaya, leur professeur, Suseri, et Ise, des autres lycéennes, et la deuxième n’est pas insensible au charme de Raise. Tous ces personnages, nos jeunes héros compris, sont en fait des réincarnations de dieux.

Grâce à la « manifestation cérémonielle », Raise, Kamika et les autres peuvent voyager dans la dimension des dieux et se parer de leurs vrais attributs. Là où Raise bénéficie d’une armure de samouraï complète, Kamika se retrouve avec une tenue sexy, au décolleté plongeant et des talons… Leur professeur, lui, ressemble plus à un grand démon à cornes, bien musclé et vêtu d’un kimono, quant à sa fille, elle reste fluette, est pas très habillée… Ce que l’on peut dire, concernant, l’apparence des héros, c’est que le mangaka s’en est donnée à coeur joie pour habiller ses héroïnes! Celles-ci sont souvent peu vêtues, sexy et parfois dans des situations assez lourdes dévoilant encore plus leurs charmes.

 

A part cela, le trait est agréable, les scènes d’action et de combat sont très bien faites et cohérentes. Les onomatopées sont en VO et traduites et cela ne « mange » pas la case et nous immerge assez bien dans les combats de nos héros.

L’univers d’où sont originaires nos héros, Takamagahara, est le monde où vivent les dieux. Ce monde est régit par certaines règles, dont une des principales est : que les dieux ne peuvent pas se servir de leur pouvoir divins dans un autre territoire céleste… L’arrivée de Loki, Dieu du feu du royaume d’Asgard, venu réclamer sa fiancée, Kamika, va faire désordre. Ce monde a l’air assez sombre, mais c’est certainement dû à la présence d’Aramitama, un « déchet » issus du cycle de réincarnation des âmes. Les habitations ressemblent aux palais du Japon de l’époque médiévale. Il y a même une sorte de mascotte : Inaba, un lapin blanc avec une cicatrice au visage, et qui est le fidèle serviteur de notre héros, tout au long de ses morts et de ses réincarnations. La jaquette de couverture est dans les tons de mauve, noir, bleu et blanc. Sombre et claire à la fois. Avec une mise en avant de Kamika dans une tenue de Takamagahara et armée jusqu’aux dents. Cette jaquette résume bien le scénario : baston et filles sexy dans un univers sombre… Sous la jaquette, on trouve une petite histoire d’Inaba, le lapin blanc, qui explique très vite sa vie et l’origine de sa tenue.

Notre critique du tome 1 de Raisekamika

En bref, une série qui démarre assez vite, on rentre bien dans l'histoire, et le dessin est assez agréable, même si parfois il est un peu sombre. Il faut juste faire abstraction de la lourdeur du scénario qui met nos héroïnes dans des situations parfois scabreuses... . Ce qui me ferait plus pencher vers une tranche d’âge supérieure : 14 ans au lieu de 12 ans…

Scénario75%
Dessin80%
Édition85%
Originalité80%
Mise en scène70%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • Le côté pêchu du scénario
  • Le royaume de Takamagahara, entre fantastique et médiéval japonais
On a moins aimé
  • Les quiproquos malheureux pour des situations coquines
70%Note Finale

A propos de l'auteur

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.