S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Hana Hasumi
Scénariste : Hana Hasumi
Editeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Fantastique, romance
Public : Public averti
Contenu : 164 pages
Sortie : 29 janvier 2020
Prix : 8,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Tout comme sa jeune sœur Bella, Dahto est un oméga orphelin. De fait, leur destin est d’être mariés dès leurs premières chaleurs. Alors qu’il se prostitue pour tenter de se sortir de la misère et pour s’assurer de ne pas être séparé de la seule famille qui lui reste, il découvre que le directeur de son orphelinat vend ses camarades au lieu de les marier. Lorsque Bella entre brusquement en chaleur, les choses tournent mal et le seul espoir du jeune homme n’est autre que Judas, un Homme-Loup Alpha.

Notre critique

On avait apprécié Pendulum – jujin omegaverse par son contexte assez original et son esthétisme soigné. Hana Hasumi a compris le message et renouvelle l’expérience avec ce Remnant – jujin omegaverse.

Ce cross-over se penche sur l’histoire du couple le plus colérique de l’univers, Dahto et Judas. On découvre comment ces deux-là se sont retrouvés liés et les tourments du passé de Dahto expliquent bien des choses.

Oméga orphelin vivant dans un foyer, Dahto a très vite compris sa seule valeur dans ce monde. Il a donc choisi de se prostituer très tôt dans sa vie dans le seul but d’amasser suffisamment d’argent. A la clé, se libérer, lui et sa sœur Bella, de cette condition qui ne leur promettait qu’une existence d’objet destiné à la reproduction.

Mais le temps va lui manquer : Bella entre dans sa première période de chaleurs et risque donc d’être vendue d’un jour à l’autre par le directeur de leur orphelinat. Dahto doit trouver plus d’argent et très vite ! Embarqué dans une sombre arnaque, il se retrouve pris au piège par les Bestials.

Judas, leur chef, travaille à démanteler certains réseaux et tombe sur Dahto. Acariâtre, il n’en croit pas ses sens : Dahto exerce sur lui une attirance qui ne veut dire qu’une chose, ils sont unis par le fameux lien spirituel !

Au mépris de toutes les règles, Judas lui saute dessus et le mord, faisant de lui son partenaire exclusif. Dahto ne comprend rien à ce qui lui arrive. Plus tard, rejeté par Bella, il se laisse emmener chez Judas. Ce dernier refusait tant l’idée même d’être lié à un oméga, qu’il envisage que Dahto se soit joué de lui. Une fois dans le quartier des Bestials, ce dernier rencontre Eluard. Judas s’emporte et refuse de croire que Dahto se trouvait par hasard sur son chemin. Mais Eluard lui met le marché en mains : ils sont liés et Judas doit l’assumer.

Entre l’obsession de Dahto de sauver sa sœur et le caractère possessif mais faussement indifférent de Judas, leur relation va de disputes en incompréhensions, agrémentées d’unions physiques passionnées à la limite de la violence. Le jeu du chat et de la souris tourne autour de cette incapacité de l’un comme de l’autre à se comprendre et surtout à exprimer ce qu’ils ressentent réellement l’un pour l’autre.

Bien que Judas fasse des efforts en fin de ce tome 1, il leur restera bien du chemin à parcourir avant d’être vraiment compatibles !

Le trait de Hana Hasumi nous avait déjà séduit dans son premier opus publié par Taifu. Sans fausse note, on apprécie de revoir la finesse de son travail, tant dans le chara-design avec un Dahto plus jeune et plus fragile, une attention aux détails qui subliment les scènes érotiques comme les tourments des deux protagonistes principaux. Le soin apporté au décor n’est pas en reste. La mise en scène se plie aux exigences du scénario et place les nombreux environnements.

Ce premier tome de Remnant – jujin omegaverse permet de mieux saisir la complexe relation Dahto-Judas. Laquelle en viendrait à supplanter le couple vedette de Pendulum – jujin omegaverse !

Notre critique du tome 1 de Remnant – Jujin Omegaverse
Bienvenue au coeur des tourments qui façonnent la relation Dhato-Judas !
Scénario85%
Dessin95%
Edition90%
Originalité80%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Personnages attachants et complexes
  • Univers bien défini
  • Dessin 200% au service du récit
On a moins aimé :
  • La thélatique du bestial, des alphas trop à la mode dans ce genre
90%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.