S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Shin Yamamoto
Scénariste :
Shin Yamamoto
Éditeur :
Pika Édition
Collection :
Shônen
Genre :
Aventure
Public :
+ 12 ans
Contenu :
206 pages
Sortie :
5 septembre 2018
Prix :
7,50€
Statut de la série :
En cours de publication

AcheterSite officiel

Résumé

« Dans un monde où les démons sèment le chaos et la destruction, l’humanité a perdu tout espoir et vit ses derniers instants. Seul un mystérieux individu ne baisse pas les bras. Son nom : Adu. Rassemblant une équipe d’habiles combattants, il s’est mis en tête d’éliminer un à un les surpuissants douze rois-démons qui règnent sur l’Enfer. Mais ce chevalier n’est pas celui qu’on croit et cache un secret des plus terrifiants… »

Notre critique

Une chose est sure, c’est que ce tome 1 nous plonge directement dans le vif du sujet : on y voit le héros, Adu, en compagnie d’autres guerriers en train de massacrer un roi-démon et ses sbires… et de se faire littéralement massacrer aussi !

Le scénario est assez original, même s’il ne peut éviter les clichés du genre. Commençons par les protagonistes : les personnages ne sortent pas de l’ordinaire, leurs personnalités sont banales et ils semblent sortir tout droit d’un jeu de rôle, type Donjons & Dragons. Mais heureusement ! En dehors du héros, il y a quand même un personnage qui sort du lot : il s’agit de Sire Norton. Ce dernier semble avoir plus de charisme et il a déjà un vécu dans la chasse aux rois-démons. Ce que l’on peut dire, c’est que cela massacre à tout va ! Les personnages secondaires ont une durée de vie vraiment limitée.

Ensuite, l’univers dans lequel évoluent les personnages est très classique, genre fantastico-médiéval avec trolls, démons, anges, guerriers et humains sachant se servir de la magie. Même si le scénario part sur une base manichéenne avec des méchants démons qui veulent asservir la terre des humains et les humains qui se défendent, il y a Adu, et c’est grâce à lui que le scénario prend son envol. Il ne semble s’attacher à aucun humain qu’il rencontre, leur mort tragique le laisse froid et il affiche sur le visage un sourire idiot, seule manifestation d’émotion. Mais il brille surtout par ce qu’il est, c’est-à-dire l’un des 12 rois-démons, et par ce qu’il souhaite : devenir humain. Et pour ce faire, il a fait un pacte avec un ange : tuer tous les rois-démons restants. Il est vrai qu’un démon pactisant avec un ange peut sembler déroutant pour certains lecteurs, mais aucun n’est totalement gentil ou entièrement mauvais, et que parfois leurs buts peuvent se rejoindre. Et c’est dans ce but qu’il rassemble à ses côtés des protagonistes aux capacités parfois différentes.

Comme Adu peut prendre une apparence humaine, il peut se fondre parmi eux. Mais sa rencontre avec Yomi, une jeune guerrière, et un groupe de héros-officiers, risque bien de porter atteinte au manque d’empathie de notre héros.

Enfin, le dessin est assez chargé, surtout lors des scènes de batailles ou de combats, ce qui nuit à la qualité de lecture et rend le dessin brouillon. Par contre, le trait est constant et on reconnait bien les protagonistes, même s’ils vieillissent. Le mangaka a poussé son art jusqu’à créer des démons des surfaces différents à chaque fois, comme l’illustrent bien les croquis avec annotations en fin de volume.

Même s’il peut paraitre classique au premier abord, ce manga a tout ce qu’il faut pour trouver son public. Le fait qu’il y ait déjà 4 tomes au Japon peut nous faire espérer une évolution dans le scénario et dans les personnages, afin de nous tenir en haleine et de sortir des sentiers battus.

Notre critique du tome 1 de Twelve Demon Kings

En résumé, Twelve Demon Kings est un manga plein d’énergie, avec une histoire assez originale, malgré un dessin parfois hésitant. Même si il ne laisse pas une empreinte définitive, il permettra au lecteur de passer un bon moment.

Scénario80%
Dessin70%
Edition80%
Originalité80%
Mise en scène75%
Intérêt sur la durée75%
On a aimé
  • Un scénario classique mais original
  • La constance du trait
On a moins aimé
  • Le dessin parfois trop chargé
77%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.