S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Yumi Unita
Scénariste : Yumi Unita
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Seinen
Type: Josei
Genre : Tranche-de-vie, Comédie

Public : + 14 ans
Contenu : 128 pages
Sortie : 27 février 2019
Prix : 9,35€
Statut de la série : Terminée en 5 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

Chiharu est mère au foyer. Elle s’occupe de ses deux petits monstres Yuri et Kotarô mais elle a souvent l’impression d’en avoir trois en comptant son mari Tarô. Son quotidien est varié, ne sachant jamais ce qui l’attend le lendemain. Les enfants sont en bas âge et ils ont une grande énergie et une imagination débordante que Chiharu leur envie. Ils sont en pleine découverte de la vie, de la famille, de l’amitié, … et c’est une sacrée aventure pour les parents aussi, qui tentent de répondre aux mieux à leurs questions. La petite Yuri, du haut de ses 4 ans, veut montrer qu’elle est grande maintenant puisqu’elle est devenue une grande sœur et l’aînée des enfants de la famille agrandie puisque sa cousine est encore toute petite. La jeune fille luttera contre l’envie de faire la sieste ou elle aidera sa maman comme elle peut, en allant par exemple relaver la fourchette de son petit frère tombée par terre. Kotarô quand à lui est le petit garçon type qui vit sa vie avec insouciance. Le quotidien d’une petite famille classique, de leur ami et leurs parents sur un fond humoristique.

Notre critique

Après Un drôle de père, Yumi Unita revient avec Une drôle de famille. Cette ressemblance dans les titres est amusante et donne une certaine continuité dans les œuvres de l’auteure. Dans ce 1ère tome de Une drôle de famille, nous pouvons ainsi suivre les aventures de Chiharu et sa petite troupe en courts chapitres qui ne comptent que quelques pages chaque fois. Toutes ces petites histoires sont comme un carnet de bord ou plutôt un journal intime. Nous avons l’impression que Chiharu couche ses pensées dans ce 1er tome comme si elle racontait dans son journal intime, son quotidien avec ses enfants et son mari qui est resté jeune dans sa tête. On a le sentiment de partager la vie de cette femme au foyer, ses bonheurs ainsi que ses doutes. Ce 1er volume de Une drôle de Famille fait dès lors penser à une biographie, plutôt qu’à un récit, où chaque chapitre serait un évènement important pour Chiharu. Voir ces histoires à travers les yeux de la jeune maman est vraiment très intéressant. Cependant, de ce fait, nous n’avons pas beaucoup d’informations sur Tarô, le papa, à part peut-être qu’il adore les insectes. Il serait chouette de voir de temps à autre ce que lui pense de leur vie de famille.

Le thème de la famille est un thème redondant dans les œuvres de Yumi Unita et à travers lui, ce sont les relations humaines en général qui sont traitées. On pourra ainsi voir Yuri, la jeune fille de 4 ans, découvrir que la famille, c’est aussi de l’amitié car sa cousine est son amie. Et dans le sens inverse, un ami de longue date de son père sera considéré et accueilli comme un membre de la famille. Il y a ensuite les liens fraternels qui sont développés avec Yuri qui fait tout pour montrer que c’est une grande sœur attentive et attentionnée ou encore lorsque Chiharu et son frère Naoto évoquent leurs souvenirs d’enfance. Et enfin le questionnement des enfants sur leurs ressemblances avec leurs parents en découvrant une photo de Tarô à qui son fils ressemble comme deux gouttes d’eau au même âge. Ce thème de la famille est donc abordé sous toutes ses formes, ce qui rend le sujet très fort et qui touchera un large panel de lecteur qui se retrouveront dans l’une ou l’autre des situations.

L’humour est omniprésent dans le tome. Les chapitres sont basés sur la légèreté dans le but de passer un bon moment aux côtés de la petite famille. On ressent la joie des enfants à travers cet humour avec un papa qui semble avoir leur âge et une maman, même si elle garde un œil protecteur sur eux, qui s’amuse avec eux tout en restant à l’écoute de leurs questionnements. Les expressions très naturelles de Tarô qui dit ce qu’il pense, sans filtre, sont très amusantes et on rit ou au moins on a le sourire à chaque fin de chapitre. Une petite boutade apparait régulièrement dans les dernières cases du chapitre accentuant le côté humoristique de l’histoire.

Les personnages en eux-mêmes viendront agrémenter cet humour par leur physique. Le petit Kotarô est l’archétype du petit garçon, un peu sauvage sur les bords. Comme le dit sa mère, il a toujours les pieds sales, il a plein de bosses avec régulièrement un peu de bave qui coule de sa bouche ou encore de la morve qui lui sort du nez. Ce personnage est très drôle juste par son chara-design car on voit qu’il a bon de vivre et on passe un excellent moment à le regarder s’amuser.

Le trait des personnages est assez simple mais leurs expressions sont exagérées sur leur visage pour faire ressortir leurs émotions. Cela est assez drôle à voir et en plus c’est une véritable aide à la lecture, nous donnant le ton sur lequel les personnages parlent. Le chara-design est ressemblant avec celui d’un Drôle de père et on fait facilement le lien entre les deux mangas. Cependant, on ne peut y voir que le coup de crayon de la mangaka car chaque personnages a son identité propre et n’a rien d’une copie avec son œuvre sœur.

Les arrière-plans ne sont que peu variés puisque l’histoire se passe principalement au domicile familial. Mais même si les décors sont assez simples, les vêtements des personnages sont très variés et détaillés. Ces fond épurés sont donc très agréables puisque les personnages sont très travaillés. Ainsi notre regard n’est pas submergé d’informations. De nombreuses lignes d’expression comme pour traduire un haussement de voix sont utilisées ainsi que des onomatopées. Toutes ces notations sonores nous donnent de précieuses indications pour se mettre dans l’ambiance d’une scène.

Notre critique du tome 1 de Une Drôle de Famille

En conclusion, ce 1er tome de Une drôle de famille remplit toutes les conditions annoncées dans le titre: avec un thème familial fort et de l'humour à toutes les pages. On n'a qu'une seule envie, c'est continuer à en savoir plus sur le quotidien de Chiharu et sa drôle de famille.

Scénario90%
Dessin85%
Édition90%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé
  • Humour
  • Famille
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.