S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Toutarou Minami
Scénariste : Toutarou Minami
Éditeur : Doki-Doki
Collection : Seinen
Genre : Suspense, Survie
Public : + 14 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 2 mai et 4 juillet 2018
Prix : 7,50€
Statut de la série : Terminée en 4 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

« Un beau jour, six lycéens se rendent dans un parc d’attractions désaffecté pour enquêter sur la disparition d’une camarade volatilisée sans laisser de traces. Mais à peine ont-ils mis les pieds dans ce mystérieux “château de la cage aux oiseaux” qu’ils perdent connaissance. À leur réveil, les lycéens sont enchaînés deux par deux… Parviendront-ils à sortir vivants de ce château truffé de dispositifs maléfiques disséminés çà et là par une inquiétante main invisible ? »

Notre critique

L’histoire de Birdcage Castle commence sur un mystère : la disparition d’une jeune fille. C’est en essayant de la retrouver qu’un petit groupe de lycéens se retrouve piégé dans un « château » de parc d’attraction désaffecté… Va alors commencer un survival game (jeu de survie) avec un seul objectif : trouver le maître du jeu pour pouvoir s’échapper. Et, bien sûr, rester en vie jusque-là…

Comme c’est souvent le cas avec ce genre de scénario, on se retrouve très vite dans l’ambiance de ce jeu mortel. La tension est palpable à peine a-t-il débuté, autant pour les personnages pris dans cette « cage à oiseaux » que pour le lecteur, qui commence déjà à se demander combien survivront à cette épreuve malsaine. Le principe du jeu est simple, et plutôt intéressant : tous les participants se retrouvent enchaînés deux par deux par des chaînes détachables, et ils doivent constamment rester par paires, sans quoi la mort les attend au bout de quelques minutes. De plus, ils ne sont pas autorisés à revenir sur leurs choix durant leur exploration du château.

Ces deux contraintes vont vite devenir bien plus difficiles à respecter que l’on pourrait s’y attendre, car toutes les pièces qu’ils visitent vont exiger qu’ils fassent des choix, et impossible après de revenir en arrière ! Cela va bien sûr rapidement semer la discorde entre les membres du groupe, et à plusieurs occasions la panique menace de les diviser… En plus de cela, la règle nécessitant d’être toujours par paire rajoute un stress supplémentaire, puisque si l’un des membres d’une paire vient à mourir, l’autre se retrouvera seul.

Les protagonistes de l’histoire, on s’en doute, ne tardent pas à révéler leurs vraies couleurs face à cette situation de vie ou de mort. Le héros, Gin, est probablement le personnage le plus intrigant et intéressant de l’histoire : assez discret et effacé, il passe son temps à marmonner dans son coin et semble bien incapable de prendre une décision sans tergiverser pendant des heures. Mais derrière son attitude réservée, il cache de grandes capacités de réflexion et va devenir un atout de taille pour leur équipe ! Sa personnalité va également se montrer complémentaire avec celle de Yuki, une jeune fille mystérieuse qui se présente au groupe comme la sœur de la fille disparue, et qui va ajouter une dynamique importante à l’équipe grâce à son attitude franche et décidée. Pourvue d’un grand sens moral, elle refuse de laisser qui que ce soit mourir et va par conséquent toujours tenter de sauver ses compagnons.

Se rajouteront à ce duo attachant plusieurs autres personnages, dont certains apparaissant plus tard dans l’histoire. Chaque protagoniste a une personnalité bien marquée, ce qui donne une grande diversité et rend le scénario encore plus captivant. L’auteur joue d’ailleurs beaucoup avec le thème des oiseaux, notamment en donnant à chaque personnage un patronyme en lien avec des noms d’oiseaux, qui vont également coller à leur caractère respectif.

Le style de dessin est assez simpliste, et l’auteur va souvent avoir recours à des exagérations pour compenser quelques faiblesses et pour insister sur l’angoisse ou le choc des personnages : grands yeux écarquillés, visages assombris, etc. Il emploie également parfois un style plus parodique qui ajoute une petite touche d’humour pour détendre l’atmosphère lorsque le moment s’y prête. Les décors sont plutôt pauvres, mais le contexte de l’histoire (personnages enfermés dans un lieu clos) n’exige pas une grande diversité, et on s’en passe finalement assez bien. Dans l’ensemble, le résultat n’est pas trop mal mais on passera tout de même les pages plutôt vite pour découvrir la suite de l’histoire sans trop s’attarder sur le dessin.

Côté scénario d’ailleurs, la trame avance à bon rythme dans ces deux premiers tomes, qui constituent la moitié du manga (4 volumes au total). Toutarou Minami parvient à chaque nouveau chapitre à nous surprendre sans tomber dans la répétition ou la banalité, et chaque salle du château apporte son lot d’énigmes et de tension. De plus, le mystère autour de Yuki et sa sœur disparue ne fait que s’épaissir de plus en plus au fil des pages, de même que leur possible lien avec ce jeu de survie… Notons pour finir que si Birdcage Castle est décidément un manga plein de suspense où la mort peut attendre à chaque tournant, il ne cherche pas pour autant à choquer avec des scènes excessivement violentes ou horribles, comme c’est parfois le cas dans les histoires de survival game.

Trailer

Notre critique du tome 1 et 2 de Birdcage Castle

Birdcage Castle nous plonge dans un survival game comme on les aime, qui privilégie le mystère et les dilemmes moraux plutôt que l’horreur ou la violence gratuite. Les personnages se révèlent vite attachants et le suspense nous tient à la gorge tout au long de la lecture. Difficile de résister à l’envie de lire la suite !

Scénario95%
Dessin75%
Edition90%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé
  • Beaucoup de suspense et de tension
  • L'originalité du héros
  • Captivant sans être choquant
On a moins aimé
  • Les dessins un peu simplistes
  • Assez peu de décors
87%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.