S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Tomonori Inoue
Scénariste : Tomonori Inoue
Éditeur : Édition Casterman
Collection : Seinen
Genre : Action, Suspense
Public : + 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 27 mars 2019 (T1) et 21 août 2019 (T2)
Prix : 8,45€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Raizô Hiraga est policier à la retraite. Il reprend rapidement le chemin du travail dans une supérette mais ce n’est pas facile de recommencer un nouveau métier à son âge. Cependant, il n’en a pas vraiment le choix car son petit-fils Shôta est atteint d’une maladie presque incurable et les frais d’hospitalisation coûtent très cher. Une opportunité s’offre alors à lui, qui n’a rien perdu de ses réflexes de policier, avec une offre d’emploi de l’Agence SS. Le vieux Raizô se retrouve alors dans une petite librairie où l’agence à son bureau. Il y rencontre Miharu Suzukaze, une jeune fille de 11 ans et Kinume, la patronne de l’agence SS. La jeune femme met les compétences de policier de Raizô en avant et lui propose une mission comme formation. Arrivé à l’adresse indiquée, en habits d’homme de ménage, le vieil homme se pose des questions quant à sa tâche à effectuer et tout se complique quand il trouve un mort dans la chambre « à nettoyer ». Et sa surprise est d’autant plus grande quand Miharu sort de la salle de bain, lui annonce qu’elle a tué cet homme car elle est tueuse à gage et que son rôle à lui c’est de nettoyer la scène de crime. Quand la police est dans l’impasse avec des criminels, le gouvernement fait appel à des hors-la-loi pour régler le problème. Voilà ce qu’est l’agence SS. Un drôle de duo entre le vieux policier et la gamine tueuse à gage se met alors en place pour réaliser les missions les plus périlleuses. Après avoir abattu plusieurs cibles qui avaient des postes stratégiques au sein du gouvernement, Raizô découvre rapidement la véritable cible de l’agence: Saburô Musô, le grand manitou du syndicat patronal des entreprises. Mais en pleine mission la santé de Shôta se dégrade et Raizô doit choisir entre protéger Miharu, dont il s’est pris d’affection et aller au chevet de son petit-fils.

Notre critique

D’un côté une petite fille de 11 ans qui aime les sucreries, de l’autre un vieux policier de 65 ans à la retraite toujours une cigarette au bec, voilà le duo plus qu’improbable que nous présente ces 2 premiers tomes de Candy & Cigarettes. Une étrange combinaison dans un monde de tueurs à gage et contrairement à ce à quoi on peut s’attendre, c’est Miharu, la jeune fille, qui appuie sur la gâchette. La relation un peu décalée de cette équipe est très drôle car on nous présente Miharu comme une tueuse à sang froid, très souvent couverte d’hémoglobine et Raîzo, un vétéran de la police, effrayé par sa 1ère scène de crime pour l’agence SS. Le vieil homme se ressaisira rapidement mais son appréhension face à son nouveau travail nous apportera des scènes humoristiques qui sont très agréables.

Les petites touches de légèreté sont les bienvenues car le thème principal de l’œuvre est le meutre. Il y a dès lors beaucoup de cadavres, de sang et des scènes très sombres qui plongent le lecteur dans une ambiance pesante et oppressante. Nous pouvons tout aussi bein sentir la tension du tueur qui se prépare à passer à l’acte que celle de la victime quand elle fait face à son bourreau. Les expressions du visage de Miharu ou encore celles de Magrit, un autre tueur à gage, peuvent glacer le sang. On ne perçoit aucune émotion chez eux au moment de l’assassinat, avec des yeux vides, comme si ils étaient dans un état de trance. Ces deux personnages traduisent ainsi un peu plus le côté sombre et dangereux de certaines scènes. On est totalement emporté dans cet univers de l’ombre.

L’agence SS reçoit de nombreuses missions d’élimination de membres du gouvernement qu’ils soient haut-placés ou non. Cela traduit du niveau de corruption du gouvernement, un thème qui apparait régulièrement dans ce type d’histoire. « Tous des pourris » pourrions-nous dire et il est intéressant de voir que le gouvernement, impuissant, face appel à des hors-la-loi pour « faire la sale besogne ». Il y a dans cette histoire, un côté un peu agent secret qui nous a tous fait un jour rêver, ce qui rend le récit captivant.

Les personnages, aux traits assez simples, donnent une impression vieillotte. On pourrait croire que l’on voit un vieux James Bond dans les années 50 avec des méchants qui portent leurs méfaits sur leur visage de manière exagérée, des tueurs à gage en costume et nœud papillon très chic et une gamine en courte culotte. On ne voit plus très souvent ce genre de stéréotypes, ce qui donne un côté désuet à l’histoire accentué par un aspect rétro sur et sous la jaquette.

Les expressions des personnages sont exagérées rendant parfois la scène peu naturelle. Les tueurs à gage ont reçu une attention plus particulière dans leur chara-design puisqu’en un regard, ils nous emmènent dans leur univers effrayant. Contrairement aux autres personnages qui ont pour la plupart un faciès assez commun, Raizô, l’ex-policier a été quant à lui beaucoup plus détaillé. Le poids des années est marqué sur son visage ainsi que ses soucis pour l’état de santé de son petit-fils. C’est un personnage qui ne ressemble à aucun autre lui conférant, peut-être, un plus grand intérêt aux yeux du lecteur. Il est en quelque sorte le côté humain de ce duo improbable et nous comprenons sa peine pour Shôta. Il agit également un peu comme un grand-père avec Miharu, elle qui semble avoir perdu toutes émotions humaines. Sa rencontre avec le vieil homme va certainement bouleverser la vision de la vie de la jeune fille et qui sait, elle retrouvera peut-être le chemin de la lumière à ses côtés.

Les arrière-plans sont pour la plupart très sombres ce qui met tout de suite dans l’ambiance. D’un côté on a souvent des décors très précis en plus des personnes et des bulles de dialogues ce qui rend parfois les cases très chargées. D’un autre côté, il y a aussi des scènes d’actions avec un simple fond noir ou des lignes de vitesse mettant le personnage en avant.

Notre critique du tome 1 et 2 de Candy & Cigarettes

En conclusion, ce petit duo improbable de Candy & Cigarettes vous entraine dans la noirceur des hommes et la corruption. Le remède? C'est eux! Mais entre sa famille et Miharu la petite tueuse à gage, Raizô va devoir faire un choix qui pourrait bien lui coûter.

Scénario75%
Dessin75%
Édition90%
Originalité75%
Mise en scène75%
Intérêt sur la durée60%
On a aimé
  • Duo improbable
On a moins aimé
  • Dessins vieillot
75%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.