S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Kotetsuko Yamamoto
Scénariste : Kotetsuko Yamamoto
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 10 juillet et 18 novembre 2017
Prix : 7,95€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Depuis son plus jeune âge, tout le monde considère Kirara Mayuzumi comme une petite fille très mignonne, et sa mère l’inscrit même à des concours de beauté. Le problème, c’est que Kirara est un garçon… et lui aimerait plutôt être costaud et masculin ! Lorsqu’il fait la rencontre de Ken et Kyôichi Tosayamada, deux garçons un peu bagarreurs qui emménagent près de chez lui, Kirara a une révélation : il veut désormais tout faire pour devenir aussi classe et viril qu’eux.

À présent collégien, Kirara est devenu un véritable petit voyou, mais en apparence il a toujours l’air aussi féminin qu’avant, et tous ses efforts pour se donner l’air d’un délinquant ne font que le rendre de plus en plus beau. Et à côté de cela, il prend conscience qu’il est tombé amoureux de Ken… Malheureusement, celui-ci lui révèle soudainement qu’il déteste les homosexuels. Kirara voit ses espoirs anéantis et décide de garder ses sentiments pour lui.

Mais alors qu’ils commencent le lycée, Ken se met soudain à l’embrasser ! Kirara ne comprend plus rien : Ken cherche-t-il seulement à l’embêter comme il le prétend, ou est-il amoureux de lui, lui aussi ? Une relation bizarre commence ainsi à se développer entre les deux garçons…

Notre critique

Avec Et demain ce sera quoi !, la mangaka Kotetsuko Yamamoto (auteure de Like the Beast et Let’s pray with the priest) nous propose une histoire d’amour compliquée entre deux jeunes garçons tout aussi bornés l’un que l’autre, sur un fond léger et drôle. Le héros, Kirara, est complexé par ses traits trop féminins et fait tout pour être considéré comme un voyou. Bien sûr, il n’a absolument aucune crédibilité dans ce rôle : en plus d’être petit, beau et délicat, il est toujours assidu à l’école et a une personnalité très naïve et innocente. Pas très futé mais toujours souriant, c’est un héros franc, au grand cœur, et qui n’hésite pas à foncer dans le tas même face à plus costaud que lui. Son impulsivité et son incroyable naïveté en font un personnage très amusant à suivre.

Le garçon dont il est amoureux, Ken, est tout l’inverse. Grand, apathique et froid, lui et son frère sont surnommés les « chiens enragés » et sont craints de tout le lycée. Seul Kirara, en sa qualité d’ami d’enfance, ose l’approcher sans problème. Mais dégoûté des homosexuels par son père qui a « abandonné » sa mère pour sortir avec un homme, il se comporte envers Kirara de manière très équivoque. D’abord difficile à cerner pour le héros comme pour le lecteur, il devient très vite évident que lui aussi entretient des sentiments pour Kirara. Mais incapable de les avouer et persuadé qu’ils ne sont pas partagés, son attitude va à l’extrême opposée, ce qui crée une situation très ambigüe entre lui et Kirara.

En vérité, l’un comme l’autre de ces personnages ne sont tout simplement pas doués… et c’est ce qui rend leur histoire incroyablement attachante. Entre Ken, qui se montre constamment jaloux et surprotecteur envers Kirara mais n’arrive pas à lui dire ce qu’il ressent, et Kirara qui ne se rend absolument compte de rien même quand le message est évident, il est clair que leur relation est loin d’être de tout repos !

En cela, Kotetsuko Yamamoto nous montre une fois de plus son talent scénaristique : l’histoire n’est jamais ennuyante et contient de nombreux rebondissements et péripéties qui ne laissent pas le temps au lecteur de souffler. Le premier volume prend le temps de faire grandir les personnages, et le second enchaîne avec leur vie de lycéens et leurs problèmes relationnels. Entre les bagarres avec des voyous, les soucis de Kirara à cause de son apparence féminine et les histoires de famille, nos deux héros aussi ont de quoi s’occuper. L’apparition assez récurrente d’un personnage secondaire, Omaeda, qui déclare aussitôt sa flamme à Kirara, ajoute également du piment (et surtout beaucoup d’humour) à l’histoire : incarnation du cliché du lycéen délinquant classique, il cherche sans cesse à draguer Kirara et les rencontres avec lui sont toujours très mouvementées.

Mais le développement romantique entre Kirara et Ken n’est évidemment pas mis de côté, et constitue tout de même la majeure partie de l’histoire. Les nombreux baisers à la dérobée de Ken – qui sont loin de déplaire à Kirara – parviennent à tenir le lecteur en haleine juste ce qu’il faut, et leur histoire progresse à un bon rythme, ni trop vite, ni trop lentement. L’auteure glisse également parfois quelques scènes flash-back sur leur enfance, dans lesquelles les sentiments naissants des deux personnages, encore innocents, deviennent bien plus évidents pour le lecteur.

Au niveau des dessins, Kotetsuko Yamamoto nous régale avec un trait très soigné, une mise en page dynamique et des arrière-plans qui sont rarement laissés vierges. Contrairement à Kirara qui a un visage très expressif, Ken se montre bien moins ouvert, mais l’auteure parvient tout de même à communiquer ses émotions au lecteur de manière très réussie.

Un autre point très intéressant est la transformation physique de Kirara au fil du récit. Il va effectivement, de manière très progressive, modifier de plus en plus son apparence : d’abord ses cheveux, puis ses sourcils, etc. Ironiquement, cela ne fait que le rendre plus beau et plus féminin à chaque fois, même s’il ne s’en rend absolument pas compte et qu’il visait plutôt l’effet inverse. Cette évolution physique du personnage apporte une dimension particulière à l’histoire et s’inscrit plutôt bien dans le scénario.

Notre critique du tome 1 et 2 de Et demain ce sera quoi !

Une fois de plus, Kotetsuko Yamamoto nous fait découvrir une histoire à la fois tendre et amusante entre deux lycéens plutôt spéciaux. La romance très complexe entre les deux personnages avance avec juste la bonne dose d’intensité et les nombreuses péripéties de l’histoire, souvent hilarantes, ne laissent jamais le temps aux lecteurs de s’ennuyer.

Scénario93%
Dessin90%
Edition85%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé
  • L'originalité des personnages
  • Le rythme ni trop rapide ni trop lent
  • Bon mélange entre humour et tension scénaristique
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.