S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Hiroki Endô
Scénariste : Hiroki Endô
Éditeur : Casterman
Collection : Seinen
Genre : Aventure, Chimie, Vampire
Public : + 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 13 février 2019 (T1)
15 mai 2019 (T2)
Prix : 8,45 €
Statut de la série : Terminée en 6 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

 Miika Itsuki vient de fêter ses 16 ans et sa journée commence mal puisqu’elle percute un jeune homme sur le chemin de l’école. Ce dernier se révèle vite être un pervers car il lui propose de lui faire des bébés tout en soulevant sa jupe. Mais Miika n’est pas une fille fragile et elle met rapidement son assaillant K.O. Arrivée au lycée, un nouvel élève intègre la classe, Alan Jr. Nasube , qui n’est autre que celui qui a agressé Miika un peu plus tôt. Il se précipite directement sur elle pour la demander en mariage mais leur échange n’est que de courte durée puisque des PODS, de petits drones, de l’ordre public se mettent à tirer dans la classe faisant un vrai massacre, avec Alan en 1ère victime de 2 balles dans la tête. Miika, qui semble être la seule survivante, ne comprend pas ce qu’il s’est passé et les PODS la prennent maintenant pour cible. Alors qu’elle pense son heure arrivée, Alan, la tête à moitié arrachée, se relève et détruit les drones. Le jeune homme, dont le corps se reconstitue petit à petit, se révèle en fait être un vampire. Il annonce à Miika qu’elle serait capable de maîtriser l’argent et que pour cela Suzerain, qui manipule les PODS, souhaite sa mort. Par chance le Global Dhampir Foundation, ou GDF, une organisation regroupant des vampires, et dont Alan fait partie, lui vient en aide pour la protéger. La guerre est déclenchée et toutes les créatures surnaturelles, que Miika pensait jusque là n’exister que dans les histoires d’horreurs, sont maintenant à ses trousses. Et les plus à craindre sont Keira Machida et Benzo Omigawa, deux vampires à la solde de Suzerain, prêts à tout pour tuer Miika avant que son pouvoir ne s’éveille.

Notre critique

Après Eden et All Rounder Meguru, Hiroki Endô revient avec Soft Metal Vampire. Les histoires de vampires et de créatures surnaturelles, on en a déjà vues et revues. C’est la grande mode pour le moment et on ne peut pas dire que ce soit un thème qui n’ait pas déjà été abordé de long en large. Cependant, Hiroki Endô trouve le moyen de rendre cette histoire complètement inédite puisque les vampires de son récit sont capables de manipuler certains éléments du tableau périodique, comme le cuivre, le carbone, l’hydrogène, … Des armes assez surprenantes puisque tout ce qui entoure les personnages peut être détourné pour devenir un véritable arsenal.

Les éléments du tableau périodique sont au centre de l’histoire. On en parle partout dans le récit et on a parfois même l’impression qu’on ne parle que de ça. Les férus de chimie trouveront dès lors ces deux premiers tomes passionnants mais pour les néophytes, cela complique la compréhension du récit. Les dialogues paraissent alors lourds et on se demande parfois vers où va l’histoire.

Beaucoup de protagonistes sont présentés comme Suzerain ou encore le GDF mais nous n’avons que peu voire pas d’informations à leur sujet dans le 1er tome qui met pourtant le décor en place. On ne sait rien de Suzerain qui nous est annoncé comme l’ennemi. Est-ce une personne? Une organisation? Quel est leur but? Et le GDF qui regroupe des vampires et des Dhampirs, des êtres mi-vampire mi-humain: comment, pourquoi et par qui a-t-il été créé? Le 1er volume supposé donner les bases sur le récit ne nous fournit que peu d’informations et cela rend parfois difficile la compréhension du scénario. Si on ne connait pas les protagonistes, difficile de s’immerger dans l’histoire.

Le récit est sanglant avec des scènes parfois même gores. Le travail minutieux sur les personnages avec des corps déchiquetés ou encore avec le crâne à moitié broyé, peuvent donner la nausée tellement ils sont bien détaillés. Il faut avoir le cœur bien accroché pour certaines scènes et on ne peut que souffrir pour Alan que l’on voit se faire massacrer à de nombreuses reprises. Les personnages sont vraiment très bien travaillés mais on peut cependant regretter un faciès similaire entre les protagonistes, ce qui ne nous permet pas toujours de savoir au 1er regard si on est face à un homme ou une femme.

Un certain côté obscène ressort également à de nombreuses reprises et ce, dès le début du 1er tome. Alan et plus qu’un pervers invétéré en souhaitant s’accoupler sans cesse avec Miika et se baladant parfois avec une érection. Mais ce n’est pas le seul à avoir des mœurs légères puisque Keira se retrouvera très souvent à se balader nue avec ses attributs féminins particulièrement bien détaillés.

Les armes, les drones ou encore les vêtements sont minutieusement soignés et de ce fait certains arrière-plans sont très épurés mais cela n’est en rien dérangeant. Les scènes de combats sont très travaillées avec des lignes de vitesse, des onomatopées et des explosions.

Notre critique du tome 1 et 2 de Soft Metal Vampire

En conclusion, ce récit plaira aux passionnés de chimie et pour les autres il faut avoir le cœur bien accroché.

Scénario60%
Dessin80%
Édition85%
Originalité70%
Mise en scène60%
Intérêt sur la durée50%
On a aimé
  • Dessins
On a moins aimé
  • Très gore
  • Manque de détails niveau scénario
  • Trop de chimie
65%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.