S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Harukawa 35
Scénariste : Kafka Asagiri
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Science-Fiction
Public : Averti
Contenu : 192 pages
Sortie : 22 février 2019
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« La confrontation entre les Détectives armés, la Mafia et la Guilde est terminée et chacun reprend ses activités. Le status quo entre les Détectives et la Mafia demeure bien qu’il soit fragile. Un accident de la route peut-être suspect va pourtant venir bouleverser un Atsushi à peine plus confiant qu’avant : la victime n’est autre que le bourreau de son enfance, le directeur de l’orphelinat qui l’a chassé après lui avoir fait enduré des années de mauvais traitements… »

Notre critique

Ne vous fiez pas au résumé, ce tome 10 est avant tout une succession de chapitres sans autre lien que nos héros préférés.

Néanmoins, chacun nous permet d’en apprendre un peu plus sur eux, de découvrir un pan de leur passé ou un aspect de leur caractère que l’on méconnaissait.

Dans le premier chapitre, la lumière est mise sur Atsushi, qui demeure le favori de la fine équipe de détectives. Incrédule, il découvre que sa nouvelle mission le ramène à un passé qu’il s’efforce de fuir. Une fois est de coutume, c’est Akutagawa qui lui soumet l’inévitable vérité : cet homme qu’Atsushi hait tant est bel et bien mort. Mais que faisait-il dans cette ville, loin de l’orphelinat ? Pourquoi a-t-il été renversé ? Est-ce vraiment un accident ? Atsushi est incapable de mener cette enquête avec discernement, il détestait tant cet homme. A travers des flash-backs, on découvre l’ampleur des sévices qui lui furent infligés dans son enfance. Jusqu’à present, on ne pouvait que deviner que sa vie avait été rude et malheureuse mais on était bien loin de se douter d’un tel traumatisme. La conclusion proposée est, quelque part très nippone, un rien schizophrène aussi, mais on l’accepte car elle se fond bien à l’univers de Bungô Stray Dogs.

Les deux chapitres suivants mettent en lumière Kunikida et la façon dont Danzai se plaît à le taquiner puis Katai, un « nouveau » détective qui ne vient jamais à l’agence car il ne peut user de son pouvoir que chez lui . S’il est vrai que Danzai aime titiller tout son petit monde, il est particulièrement attentif dès que cela concerne Kunikida, son sérieux étant aux antipodes du flegme paisible de Danzai. Très drôle, ce chapitre illustre néanmoins tout le respect que le maître du suicide raté voue à son compagnon détective. Un zest de suspense vient s’ajouter au ton comique qui prédomine dans ce tome. Sur le même registre, nous faisons ensuite connaissance avec Katai, un détective agoraphobe qui refuse de travailler suite à un chagrin d’amour. Kunikida et Atsushi décident de l’aider à retrouver celle qui a volé son cœur et toute une suite de péripéties et de quiproquos aboutissent à un chassé-croisé avec des agents de la Mafia ! Sans heurts, chacun retourne à ses affaires mais le dernier chapitre de ce volume promet une nouvelle ère de conflits.

La Mafia a fait prisonnier le meneur d’un groupe de bandits, nommé Dostoïevski, et entend l’interroger fermement car il ne fait aucun doute qu’il a joué un rôle dans la chute de la Guilde. Les menaces ne donnant rien sur cet individu qui semble se moquer de la mort, Ace, un des chefs de la Mafia accepte un pari qui devrait lui permettre de profiter des pouvoirs du prisonnier à son seul avantage. Mais le petit jeu tourne mal… On ne saura pas véritablement quel est le pouvoir de Dostoïeski dans ce tome mais on savoure l’affrontement que se livrent les deux hommes, Ace étant un vrai horrible personnage. Pour autant, Dostoïeski promet une guerre sans pitié à la Mafia et aux Détectives Armés…

La paix est relativement revenue mais le rythme ne retombe pas : l’action est au rendez-vous et si la baston n’est pas très présente, l’humour prend parfaitement le relais. On découvre de nouveaux personnages étonnants, de même que certaines faces cachées de nos héros, bref ce tome 10 est une très bonne suite qui débouche sur un nouvel arc musclé.

La patte graphique ne se départit pas de sa belle facture, tout est là pour un bon manga : chara-design vivant, mise en mouvements dynamique, mise en scène efficace, soin aux décors, atmosphère changeante et adaptée.

Notre critique du tome 10 de Bungô Stray Dogs

Une nouvelle enquête confronte Atsushi à son passé : le bourreau de son orphelinat serait mort...

Scénario80%
Dessin80%
Edition85%
Originalité86%
Mise en scène84%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé :
  • Apprendre à mieux connaître les personnages aimés
  • Suspense, humour, péripéties, émotions
  • Dessin dynamique
On a moins aimé :
  • Néant
85%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.