S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Hugin Mayama / Chara-design : So-Bin
Scénariste : Satoshi Oshio d’après le récit de Kugane Maruyama
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantastique, baston, humour
Public : Public averti
Contenu : 160 pages
Sortie : 21 juin 2019
Prix : 7,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adaptée en anime, original en LN

Acheter Site officiel

Résumé

Sebas passe à l’attaque envers et contre les ordres de Ainz Ooal Gown !

Sebas est à présent acculé : il sait qu’il doit gagner du temps face aux menaces des Huit Doigts. Son premier objectif est de retourner dans l’établissement suspect d’où vient sa protégée. Sur son chemin, il croise un groupe agressant un passant. Fidèle à lui-même, Sebas intervient et attire sur lui l’attention de Climb puis d’Unglaus. Tous deux intrigués par sa puissance, ils requièrent son enseignement au combat. En quelques instants, Sebas se fait deux alliés de poids alors même qu’une bande d’assassins le suit dans les ruelles de la capitale…

Notre critique

Sebas occupe une fois encore le devant de la scène dans ce nouveau tome d’Overlord. Mais il n’est pas le seul car, très vite, il est rejoint par deux personnages de prime abord présentés comme faire-valoir, Climb et Unglaus.

C’est avec plaisir que l’on voit Climb progresser. Il est le type même du personnage entamant une aventure initiatique : jeune, débutant dans l’art du combat, ressentant un grand besoin de faire ses preuves tant aux yeux des puissants que de sa belle, la princesse Renner, il n’a cependant aucun orgueil mal placé.

Suite à son précédent entraînement avec Stronoff, Climb a compris et accepté qu’il lui faudra redoubler d’efforts pour atteindre le niveau de compétence d’autres grands épéistes. Il saisit donc l’occasion d’apprendre même de la part d’un inconnu quelque peu inquiétant tel que Sebas. Il identifie immédiatement Sebas comme un combattant de haute valeur, unique en ville et capable de lui apprendre beaucoup. Sans pudeur, il le suit avant de lui demander son aide.

A l’inverse, Unglaus passe de l’ombre à la lumière puisque l’on avait pris l’habitude de le voir sous un jour négatif. Adversaire malchanceux de la terrible Shalltear, autre serviteur fidèle de Ainz Ooal Gown, victime du choc de sa défaite et surtout de la terreur qu’elle a instillée en lui, Unglaus paraissait voué à disparaître du récit sous les traits d’un perdant transformé en alcoolique errant.

Mais son sauvetage par Stronoff, ancien camarade de l’époque où Unglaus ne pensait pas qu’à amasser des richesses mais se battait encore pour un idéal, semble avoir réveillé le bonhomme. Revenu à de meilleures perspectives futures, Unglaus prend donc lui aussi le frais dans les rues lorsqu’il assiste aux performances stupéfiantes de Sebas.

Mieux, il reconnaît dans la démonstration de puissance de ce dernier face à un Climb avide d’apprendre la même force destructrice que celle qui l’a paralysé face à Shalltear. Souhaitant comprendre, avancer et passer outre son traumatisme, Unglaus fait alors le premier pas vers une nouvelle vie.

Contre toute attente, et en totale contradiction avec les ordres de son maître, Sebas ne repousse aucun des deux curieux. Acceptant leurs requêtes, il en vient même à s’en faire des alliés dans son plan d’attaque du repère mafieux d’où vient sa protégée.

Si cette présentation d’une alliance hors catégorie ne propose rien de très original en dehors de la ferme intention de Sebas de passer outre ses directives, les pages suivantes sont plus riches en action. Deux groupes se forment et chacun attaque une entrée de la fameuse maison close déguisée en bar. Sebas étant le plus fort, ses coups n’occupent que quelques cases tandis que l’accent est mis sur le duo Climb-Unglaus. Climb est décidé à trouver des preuves contre les Huit Doigts, moyen idéal d’aider la princesse Renner dans sa lutte. De son côté, Unglaus a quelque chose à se prouver.

Lorsqu’ils font face à deux des têtes de l’organisation maudite, leurs efforts combinés garantissent le succès de l’opération. Classiquement, Climb fait preuve de courage, de détermination mais manque l’échec de peu quand Unglaus arrive en renfort. La réputation d’épéiste d’Unglaus est connue de ses adversaires qui cherchent à le soudoyer mais Unglaus a compris au contact de Climb qu’il avait fait fausse route depuis longtemps.

Grâce au jeune homme, il revient à ses premiers idéaux et décide de se battre désormais non plus pour l’argent ou le pouvoir mais pour défendre ceux qui en ont besoin.

Gavé de bonnes intentions, ce tome 10 est très shonen avec son lot de belles paroles, de protagonistes qui souhaitent atteindre les sommets pour le bien d’autrui ou se racheter une conduite. De son côté, Sebas est satisfait d’avoir fragilisé les Huit Doigts afin de mettre sa protégée à l’abri mais, à son retour chez lui n’annonce rien de bon : Ainz Ooal Gown est venu à sa rencontre… Les foudres de son maître vont-elles s’abattre sur lui ?

Pour finir, un voile se lève sur l’autre visage de la princesse Renner : elle s’empresse de féliciter « son » Climb, de planifier une autre attaque de l’organisation mafieuse avec le concours de ses alliés mais sitôt Climb reparti, son masque affiche une froide cruauté, une ombre dans son esprit, une explication aux avertissements de son frère face à l’adoration aveugle de Climb.

Sous ses dehors très codés et son esthétisme sans faille, ce tome 10 fait avancer la petite histoire de Sebas en rythme avec celle des complots qui hantent la capitale de Re-Estive. Quelle sera la prochaine étape des plans de Ainz Ooal Gown ? La suite nous le dira et ce sera plaisant de retrouver notre anti-héros préféré, trop absent depuis deux tomes !

Notre critique du tome 10 de Overlord
Sebas a décidé d'attaquer les Huit Doigts et va pouvoir compter sur l'aide de nouveaux alliés...
Scénario85%
Dessin90%
Edition90%
Originalité75%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Personnages secondaires sur le devant de la scène
  • Action non-stop
  • Evolution des personnages
On a moins aimé :
  • On quitte le seinen pour du shonen
  • Le grand héros trop absent
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.