S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Satoru Sao
Scénariste : Takumi Yanai
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Baston, humour
Public : Public averti
Contenu : N/C
Sortie : 14 juin 2019
Prix : 7,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adapté en animé

Acheter Site officiel

Résumé

La menace tant redoutée prend forme.

Le prince Zorzal fait voter une nouvelle loi, donnant quasiment les pleins pouvoirs aux Opritchinas, un « Conseil chargé du respect et du rétablissement de l’Empereur »… Une purge sans précédent débute visant les partisans des négociations avec le Japon.

Notre critique

Après s’être beaucoup concentré sur Itami et son petit groupe, point de vue logique au vu de leur statut héroïque, on apprécie la tournure bien sévère que prend ce nouveau tome.

Le prince Zorzal passe à la seconde phase de son coup d’Etat en instaurant une terreur qui touche toutes les couches de la société, depuis les hybrides aux plus grands nobles de l’Empire. Epaulé par un groupe inquiétant aux méthodes d’une rare violence, les Opritchinas, Zorzal met en place une sorte de chasse aux sorcières. Le but ? Eliminer toute velléité de rébellion, imposer son règne par la terreur, tactique discutable mais toujours payante…pendant un temps.

Les envoyés diplomatiques japonais se retrouvent bien entendu en première ligne de la répression. Les hautes autorités militaires informées des évènements ne savent comment réagir sans mettre plus en danger leurs compatriotes. Leur seul recours semble résider en une action éclair tout en ayant conscience des éventuelles répercussions pour le Japon.

Tandis que les unités armées connaissant déjà le terrain sont rejointes par des renforts venus par la porte via Tokyo, les choses tournent mal pour les rares nobles rebelles au nouveau pouvoir. La famille de la candide Sherry, qui cache le marquis Casel, partisan d’une alliance avec le Japon, voit son domaine brutalement investi par les Opritchinas ! La lutte est féroce et seule Sherry parvient à leur échapper avec Casel. Obligés de fuir, de se cacher, ils errent dans la capitale, ne sachant à qui se fier. Dans cette obscurité tragique, Sherry entrevoit un espoir : retrouver Sugawara.

Loin de ces tragiques bouleversements, toujours pourchassés, Itami et sa petite troupe demeurent les proies d’assassins. Il en faut plus pour abattre Rory, Tuka ou Yao. Ils en apprennent même le surnom de celui qui les poursuit ainsi que la vérité sur son étrange pouvoir. Une stratégie doit être élaborée…

Un autre fait est sur le point de les freiner considérablement dans leur mission d’exploration : les communications vont bon train depuis la capitale et si la situation tourmentée n’est pas encore venue à leurs oreilles, un autre problème se pose. La réputation de héros ayant défait le dragon géant responsable de tant de massacres se répand. D’un coup, toute la population croisée est d’une grande déférence envers eux, craignant et révérant chaque individu du groupe. Ils ne sont plus aussi libres de leurs mouvements.

Devenus maîtres dans l’art de croiser les situations, d’établir des parallèles au sein de leur univers, Satoru Sao et Takumi Yanai associent les risques, alternent humour, suspense, rebondissements et drames. Les considérations politiques aux accents médiévaux se superposent aux enjeux contemporains avec logique et aisance narrative. En bref, le lecteur n’est jamais perdu. Il apprécie de retrouver, tour à tour, différents des personnages secondaires et ses héros.

Ce sont justement ces personnages de second plan que l’on découvre un peu plus chaque fois. Même si leur présence est de courte durée, la force de leurs actions les transforme, pour quelques pages, en héros.

Les enjeux se multiplient à tel point que l’on imagine mal comment cette série pourrait un jour prendre fin tant elle s’enrichit sans cesse.

Le dessin est en parfaite alliance avec le texte parfois dense. Il assure une coordination qui soutient le récit et allège le poids des nombreuses bulles, des explications politiques et tactiques. La mise en scène et en cases accompagne les moments forts comme les rares instants de calme avant la tempête. Les émotions ne manquent pas de se lire sur les visages selon un chara-design qui varie autant que le rythme général. Notons ici le tour de force que relève Satoru Sao de parvenir à créer une telle quantité de visuels permettant d’identifier sans faute chaque protagoniste.

Avec son bonus amusant en fin de tome, ce volume 11 de Gate Au-delà de la Porte enclenche un nouveau tournant dans un récit déjà très riche. La guerre entre le régicide et les représentants du Japon est déclarée mais quel en sera le prix ?

Notre critique du tome 11 de Gate au-delà de la Porte
Le prince Zorzal durcit sa politique et s'attaque désormais à tous les alliés du Japon. Une répression sans pitié commence...
Scénario90%
Dessin95%
Edition90%
Originalité95%
Mise en scène95%
Intérêt sur la durée96%
On a aimé :
  • Evolution du sénario
  • Action non-stop
  • Mélange aventure, terreur, suspense, humour
On a moins aimé :
  • Néant
95%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.