S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Miyuki Abe
Scénariste : Miyuki Abe
Editeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Yaoi, romance
Public : Public averti
Contenu : 178 pages
Sortie : 27 juin 2019
Prix : 8,99
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adapté en animé

Acheter Site officiel

Résumé

« Haru est à l’hôpital depuis une semaine après être tombé dans les escaliers. Ses frères se rendent compte qu’il a perdu la mémoire et croit avoir dix-sept ans. Il n’a plus aucun souvenir de Ren et va devoir se faire à l’idée que ce garçon impertinent et désagréable est son nouveau petit frère. Cependant, Ren le prévient qu’il n’est pas « qu’un simple petit frère » et demande à Haru de l’embrasser… »

Notre critique

Décidément l’histoire d’amour entre Ren et Haru ne connaît pas de paix ! Alors que Ren laissait Haru face à une sorte d’ultimatum sentimental et surtout sexuel, voici que ce dernier fait une chute qui le laisse sans aucun souvenir de ces dernières années depuis sa rencontre avec Ren…

Loin de décourager Ren, cette situation le met en colère et son sale caractère revient au galop, compliquant de nouveau sa relation avec Haru, d’autant plus que ce dernier n’a aucune idée de ce que Ren représente pour son lui-même de 25 ans… Les jumeaux font de leur mieux pour gérer la situation et Ren décide que c’est à son tour de prendre soin de Haru, qu’importe si leur relation doit repartir de zéro. Mais les choses ne sont pas si simples, Haru ne cherche pas à comprendre le garçon, il fait un minimum d’efforts pour retrouver la mémoire, redevenant celui qu’il était effectivement à 17 ans. Il refuse surtout l’idée d’être attiré par un garçon, qui plus est son propre petit frère, et semble faire un blocage.

Pourtant, les rares fois où Ren laisse échapper les paroles significatives de son propre malaise face au rejet dont il est victime de la part de son frère amnésique, Haru perçoit une confusion, des sentiments contradictoires et une certaine tristesse. Les jours passent, Ren provoque Haru, Haru l’ignore ou pousse plus loin la provocation avant de renoncer. Refusant de le blesser plus avant, Ren décide de s’éloigner de lui pour un temps et va vivre chez leur ami commun, Ikuyoshi. Haru n’en est que plus confus et les paroles de ses proches concernant sa relation avec Ren ne l’aident guère : il « appartiendrait à Ren » et Ren lui aurait « déjà tout cédé » ?

Dans cette quête des souvenirs perdus, une seule explication est avancée par le médecin : la source du problème est psychologique. Mais pour quelle raison Haru aurait tout oublié de Ren et non de ses autres frères, proches et amis ? Cette question l’intrigue plus que tout et il décide d’y mettre un terme en allant de lui-même trouver Ren qui, lorsque Haru surgit face à lui, avoue qu’il est toujours décidé à le faire sien…

L’asociabilité de Ren ne posait pas de problème à Haru jusqu’à présent, leur différence d’âge non plus. A cause de l’amnésie, les rôles sont inversés alors même qu’Haru ne répondait pas à la demande physique de l’amour de Ren. Dépouillé de ses années avec lui, revenu au stade adolescent de sa vie, Haru pourrait bien donner à Ren ce qu’il hésitait à lui céder. A moins qu’un invité surprise ne vienne bouleverser la donne, une fois de plus…ou que son apparente absence de sentiment amoureux ne peine trop Ren.

Les méandres amoureux de cette complexe relation ne sont pas près de disparaître. Miyuki Abe aime malmener ses personnages, et donc ses lecteurs, avec autant de savoir-faire qu’un bon auteur de shojo. Rarement aussi travaillée dans le genre du yaoi, cette histoire d’amour réserve encore bien des surprises. La valse des sentiments, la confusion des émotions mêlée aux difficultés caractérielles nourrissent parfaitement un scénario qui se plaît à complexifier chaque étape de la relation Ren-Haru.

Comme dans les tomes précédents, la patte graphique de Miyuki Abe surprend par sa grande qualité. Le chara-design magnifie l’expression des émotions qui troublent tant les protagonistes, insiste sur la différence d’âge des héros et parvient à associer un soupçon de comédie aux dramatiques échanges verbaux et physiques qui font le cœur de ce tome. La mise en scène sert la narration avec merveille et l’ensemble des décors insuffle une atmosphère variable en accord avec les différentes situations.

Ce tome 11 de Super Lovers envenime le suspense quant à la relation vedette qui unit Ren et Haru, impose un changement qui voit Ren plus décidé que jamais à obtenir la seule chose qu’il ait jamais désirée et ce quoi qu’il arrive… !

Notre critique du tome 11 de Super Lovers
Haru est amnésique après une chute. Il a tout oublié de Ren. La relation entre les deux "frères" se complique plus que jamais...
Scénario85%
Dessin95%
Edition90%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Complexité des personnages
  • Mise en scène de qualité
  • Graphisme superbe
On a moins aimé :
  • Néant
90%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.