S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Satoru Sao
Scénariste : Takumi Yanai
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Baston, humour
Public : Public averti
Contenu : 194 pages
Sortie : 18 octobre 2019
Prix : 7,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adapté en animé

Acheter Site officiel

Résumé

Alors que le marquis Casel et Sherry sont enfin parvenus à rejoindre le palais du Martin-Pêcheur, le Japon refuse de leur prêter asile pour éviter tout incident diplomatique. C’est dans ce contexte que les « épureurs » font leur apparition et s’apprêtent à arrêter Sherry…mais c’est sans compter l’intervention d’un certain fonctionnaire japonais au sang chaud, qui va réagir en prenant une décision lourde de conséquences pour tout le monde !

Notre critique

Une fois encore, Itami et son groupe passent au second plan dans ce tome 12.

La situation au cœur de la capitale depuis la tentative de parricide du prince Zorzal ne cesse d’empirer. L’empereur a survécu de justesse et demeure gravement malade, laissant les mains libres à son fils. La princesse Piña est prisonnière mais son corps d’armée reste affecté à la protection des émissaires nippons. Cette Chevalerie de la Rose est composée de femmes officiers et de soldats proches de la retraite. Si le marquis Casel et Sherry y voient leur salut, les « épureurs » Opritchninas qui les poursuivent ne perçoivent qu’un groupe incapable.

Mais l’orgueil est rarement de bon conseil…

Les échos des échauffourées provoquées par les « épureurs » avaient déjà mis la Chevalerie de la Rose en alerte. À peine le marquis de Casel et Sherry sont-ils arrivés que l’instinct dictent à tous une vigilance accrue. Et grand bien leur fasse…car les appels au secours de Sherry résonnent aux oreilles de celui qu’elle s’est imaginé être son fiancé, Sagawara. Fonctionnaire subalterne, il a suivi le groupe ministériel de l’autre côté de la Porte et ses attentions pour Sherry, lors de leurs rares rencontres, sont vite montées à la tête de la très jeune fille. Pour l’heure, il représente son seul espoir de survie.

La ministre hésite à prendre parti, au risque de déclencher officiellement des hostilités avec le nouveau maître de l’Empire, qui n’attend qu’une occasion… La décision semble prise quand, soudain, Sugawara entend Sherry hurler et n’écoute que son cœur. Comment pourrait-il rester de marbre alors que cette si charmante enfant se fait enlever et peut-être massacrer sous ses yeux ?

Une confusion sanglante s’ensuit. La Chevalerie de la Rose fait tout pour respecter la parole donnée de la princesse Piña : défendre la vie des ressortissants japonais. Contre leurs attentes, les « épureurs » font les frais de leur mauvaise évaluation des forces en présence. Les jeunes filles en armure et leurs soldats trop vieux leur mettent la pâtée.

Le spectacle barbare qui s’offre au regard de Sugawara ne laisse aucun doute : la guerre est déclarée avec Zorzal. La ministre ordonne immédiatement d’offrir l’asile à toute personne le demandant et les autorités japonaises restées du côté tokyoïte de la Porte doivent prendre des mesures jusqu’alors refusées en bloc. Les questions se multiplient mais une s’impose : l’effectif armé dont dispose Zorzal est bien supérieur à celui des japonais, dans ce contexte, leur supériorité technologique sera-t-elle suffisant ?

La superbe prestance de la commandante Beefeater explose de page en page durant toute la durée de cet épisode. Entre suspense cruel et combat violent, cette femme au caractère explosif, véritable meneuse d’hommes, ne fait pas de quartier. Sa tactique réduit le groupe des « épureurs » à un tas de cadavres, au point de pousser Zorzal, par l’intermédiaire de Tyuule, à prendre des mesures drastiques avec ses hommes. Pas de doute, Beefeater est un personnage qui nous éblouit et dont la force sera un atout pour la suite des évènements !

Laissant les ravages de cette guerre naissante à la capitale impériale, Itami et ses compagnons de voyage se préparent à soutenir Lelei. La jeune mage en devenir va enfin passer son examen à Londell, épreuve dantesque qui les inquiète apparemment plus que la principale concernée. Ils doivent aussi faire face à la menace du joueur de flûte. La menace plane sur leur petit groupe alors que Lelei se présente pour son examen avec un projet qui pourrait contrarier les érudits en charge de son épreuve…

Vous l’aurez compris, en dehors du bouleversement dans l’équilibre diplomatique installé, le groupe vedette n’avance pas beaucoup dans sa quête. Ce tome 12 enchaîne sur les évènements survenus précédemment, suivant les pas de Sherry.

L’orpheline semble avoir grandi en quelques heures depuis la mort de sa famille. Traquée, elle n’en est pas moins réactive et sera récompensée pour son courage. Sugawara répond à ses espoirs mais enclenche par son choix un processus qui fera de nombreuses victimes. A lire les réactions des uns et des autres, on pourrait être tenté de les juger mais si l’on reprend le récit dans son ensemble, il est aisé de deviner le caractère inévitable de ce conflit avec un Zorzal à la tête de l’Empire !

De nombreux nouveaux personnages, essentiellement féminins, brillent dans ce tome 12. On retrouve Bozes, le bras droit de Piña ; on découvre Beefeater et le courage de ses camarades au joli minois. La force de cette suite réside dans le suspense qui grimpe en flèche pour atteindre le point culminant avec le choix de Sugawara. La charge héroïque de la Chevalerie de la Rose sublime les pages suivantes, affirmant la puissance d’un groupe armé sous-estimé par ses adversaires. Le girl power est souvent à l’honneur dans cette série mais ce passage est très réussi !

Au diapason de cela, le dessin soutient la narration. Mieux que les mots ou les hurlements, les faits d’armes tracés ici valent bien un passage de Berserk ! Pas de quartier dans le traitement des échanges de coups d’épée, de lances, le piétinement des chevaux ou les envolées de carreaux d’arbalètes ! En gros, ça saigne beaucoup et rappelle que nous sommes dans un univers médiéval sans partage. Exit les armes et tactiques contemporaines pour ce tome et place aux sanglants corps à corps. Malgré ça, les notes d’humour ne sont pas oubliées, et encore moins la mise en valeur esthétique de toutes ces guerrières en armure.

Sans surprise, Gate Au-delà de la Porte continue de nous tenir en haleine, de nous surprendre et d’étoffer une histoire à multiples axes que l’on imagine aisément durer encore des dizaines de tomes sans que l’on ne se lasse !

Notre critique du tome 12 de Gate - Au-delà de la Porte
Gate Au-delà de la Porte continue de nous tenir en haleine, de nous surprendre et d’étoffer une histoire à multiples axes!
Scénario90%
Dessin95%
Edition95%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé :
  • Nouveaux personnages géniaux
  • Mélange action, suspense, magie, humour
  • Graphisme superbe
On a moins aimé :
  • Néant
95%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.