S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Billy Balibally
Scénariste : Billy Balibally
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 176 pages
Sortie : 17 janvier 2019
Prix : 7,95€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Mitya, taciturne métisse russo-japonais, n’ouvre son cœur à personne… excepté Asahiko, un jeune homme mystérieux et fidèle à ses désirs. Dès leur rencontre, les deux garçons sont tombés éperdument amoureux l’un de l’autre. Bien qu’ils ne vivent que pour eux, s’idolâtrant presque, il reste certaines blessures qu’ils sont toujours incapables de se confier. C’est alors que Mika, ancienne fréquentation douteuse d’Asahiko, vient se mêler à leur relation… Suivez la sulfureuse et dangereuse relation de ces deux jeunes hommes profondément meurtris. Mais attention, l’excès et la dépendance peuvent nuire en tout, même en amour… »

Notre critique

Le manga Asa et Mitya nous est présenté comme l’histoire de deux jeunes garçons torturés par leur passé qui trouvent du réconfort dans l’amour intense qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Ce genre de synopsis peut très bien fonctionner et devenir même très intéressant si le développement émotionnel des personnages est réalisé correctement. Malheureusement, dans ce manga, ce n’est pas vraiment le cas.

Suite directe du premier volume où on nous présentait un couple déjà établi de lycéens émotionnellement fragiles, sans vraiment s’attarder sur leur rencontre ou toutes les étapes qui les ont fait tomber amoureux, ce deuxième tome se contente d’enchaîner les événements sans réellement combler les lacunes du premier. Et pourtant, elles sont nombreuses… Les personnages d’Asa et Mitya sont entièrement définis par les problèmes qu’ils ont vécu dans leur enfance, principalement l’abandon (volontaire ou non) par leurs parents. Ils n’ont de cesse de le répéter dans ce tome : ils se détestent et pensent qu’ils ne méritent pas d’être en vie. En dehors de cela, ils n’ont pas d’autre trait de caractère.

Imposer à ses personnages un passé tragique et les placer dans des situations dramatiques est une technique que l’on retrouve assez souvent dans les histoires d’auteures et auteurs inexpérimentés, qui cherchent à compenser la faiblesse de leur scénario et de leurs personnages en provoquant le plus d’empathie possible chez le lecteur. C’est tout à fait le cas dans ce tome 2 d’Asa et Mitya où, en l’espace de moins d’une semaine dans le récit, on assiste à trois événements majeurs : l’altercation avec l’ex sadique d’Asa, la confrontation avec son oncle qui l’a délaissé, et la rencontre avec le petit frère de Mitya. Ces trois événements se suivent sans transition et sont tous réglés de la même manière, par une tirade enflammée de l’un ou l’autre des héros pour défendre son amoureux de tous ces méchants qui l’embêtent sans raison.

Alors que les problèmes étaient présentés comme assez forts pour que le concerné ait envie de mettre fin à ses jours pour y échapper, ils sont donc réglés en quelques mots et laissent aussitôt place à un autre problème sans aucun rapport. Ainsi, l’ex obsessionnel d’Asa qui semblait dire qu’il ne le lâcherait jamais décide d’un coup de tourner la page sans aucune réelle explication. À la fin de chaque nouvel événement, Asa et Mitya ont droit à une scène seul à seul où ils se répètent combien ils s’aiment à la folie, et on passe à la suite, sans qu’aucun des deux n’ait l’air d’avoir mûri. D’ailleurs, ils n’ont pas besoin d’apprendre à faire face à leurs démons, puisque c’est systématiquement Asa qui résout les problèmes de Mitya et Mitya qui résout les problèmes d’Asa.

Ni les dessins ni la mise en scène ne rattrapent le coup ici ; on ne voit pratiquement que le visage des personnages sur toutes les cases et, s’ils sont dessinés en entier, c’est toujours dans des positions très standard et statiques. Les arrière-plans sont quasiment inexistants et limités à quelques traits pour délimiter la pièce. L’encrage est extrêmement léger de surcoût, ce qui rend les pages incroyablement vides et blanches… La mise en scène est quant à elle très confuse ; on ne se rend pas vraiment compte du temps qui passe entre deux scènes et il arrive même qu’on se retrouve complètement largués.

En conclusion, Asa et Mitya est un manga qui ne saura certainement pas satisfaire les lecteurs exigeants de par les nombreuses lacunes dans ses dessins, son scénario et le développement de ses personnages. Les lecteurs qui avaient apprécié le premier volume trouveront ici la même chose dans des situations différentes, mais ceux qui avaient déjà trouvé le début de l’histoire assez fade feraient sans doute mieux d’en rester là…

Notre critique du tome 2 de Asa et Mitya

Asa et Mitya est une série qui cherche à jouer sur l’empathie des lecteurs en plaçant deux personnages dépressifs dans des situations dramatiques qui s’enchaînent et se terminent abruptement. Le tome 2 n’offrant rien de plus que le premier, il est à réserver aux lecteurs qui n’avaient pas eu leur dose de scènes larmoyantes entre Asa et Mitya.

Scénario30%
Dessin35%
Edition90%
Originalité45%
Mise en scène40%
Intérêt sur la durée35%
On a aimé
  • Néant
On a moins aimé
  • Développement des personnages inexistant
  • Les problèmes réglés trop facilement
  • Trop de pages quasiment vides
35%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.