S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur: Akihito Higuchi
Scénariste: Gorô Taniguchi
Editeur: Doki-Doki
Collection: Seinen
Genre: Seinen
Public: + 12 ans
Contenu: 192 pages
Sortie: le 6 mars 2019
Prix: 7,5 euros
Statut de la série: Terminée en 6 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

«Après les révélations sur son pouvoir vis à vis de l’Atrail, Iori tente malgré tout de continuer à vivre de la manière la plus normale possible. Cela va se révéler assez difficile entre ceux qui veulent se lier à lui en espérant des faveurs et d’autres qui tentent de lui en soutirer par la force. De plus, l’installation de son frère chez lui continue de bouleverser ses habitudes auxquelles il essaye de s’accrocher tant bien que mal. Certes, l’Atrail est un énorme pouvoir, mais comment Iori peut-il l’utiliser, et, surtout, en a-t-il vraiment envie?»

Critique

Iori, le personnage principal, commence par traverser une phase de doutes liée aux révélations sur l’Atrail. Cependant, son caractère fait qu’il ne semble pas s’y intéresser du tout et les quelques tentatives qui ont lieu sont faites de manière tout à fait incontrôlables, avec souvent des répercussions inattendues. Au fur et à mesure des chapitres, il prend conscience que sa vie plan-plan telle qu’il l’avait voulue est de l’histoire ancienne. Cependant, il éprouve beaucoup de difficultés à se positionner par rapport à tous ces évènements mais il fait des efforts vis à vis des nouveaux arrivants dans sa vie, notamment avec son frère.  C’est d’ailleurs une des scène les plus touchante de ce volume vu la distance que le personnage tend à prendre avec son environnement. Cette distance fait qu’il est difficile de ressentir de l’empathie pour le personnage. L’empathie du lecteur allant plus vite vers Kozué, qu’il considère toujours comme sa mère, malgré les récentes révélations.

L’Atrail occupe une place centrale mais, autant sa description laisse entrevoir son immense et terrible pouvoir, autant les démonstrations présentes dans ce volume sont risibles et frôlent le ridicule. Cette situation est due en grande partie à Iori. à ce stade, l’Atrail ne représente aucune menace et pourrait même passer pour un jouet tant il semble inoffensif. Cette situation laisse perplexe, le lecteur se demandant quand cet objet que l’on décrit comme terrible et puissant, commencera à devenir une réelle menace.

L’histoire n’avance guère, les auteurs s’attardant sur les adaptations du personnage par rapport à son quotidien. Mis à part quelques évènements anecdotiques, il ne se passe rien. Le chapitre qui met en lumière le père de Iori est intéressant mais arrive peut-être un peu tôt.

L’édition est de bonne qualité en ce qui concerne la typographie et la qualité d’impression. Cependant, le rouge dominant de la couverture ne le rend pas attrayant et la composition de la couverture n’aide pas, car il faut un peu de temps pour comprendre dans quel sens tenir le livre.

Notre critique du Tome 2 de Atrail
On s'adapte comme on peut...
Scénario70%
Dessin75%
Edition75%
Originalité75%
Mise en scène70%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • L'évolution de la relation entre les deux frères
On a moins aimé
  • Le rouge de la couverture
70%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.