S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Oh! Great
Scénariste : NisiOisin/Nishio Ishin
Chara-designer: VOFAN
Éditeur : Pika Édition
Collection : Shonen
Genre : Aventures, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 184 pages
Sortie : 3 juillet 2019
Prix : 7,20€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Après avoir accepté de récupérer ses souvenirs douloureux, Hitagi est libérée de la malédiction du dieu crabe. Sortie changée de cette expérience, la jeune fille souhaite remercier comme il se doit Koyomi, qu’elle considère maintenant comme un ami. Pour cela, elle ne quitte plus le lycéen d’une semelle, n’hésitant pas à mettre ses atouts féminins en avant. Koyomi ne sait pas comment réagir à ces provocations tentatrices, ne sachant plus où se mettre. Mais alors qu’ils trainent ensemble sur un banc du parc à la recherche d’un vœu qu’Hitagi pourrait réaliser pour Koyomi, le jeune homme rencontre une étrange fillette qui déclare tout net qu’elle le déteste. Voyant qu’elle est perdue, le lycéen veut tout de même l’aider pensant qu’il pourrait demander son assistance à Hitagi comme remerciement. Mais jeune Mayoi Hachikuji ne veut pas de l’aide du jeune homme et elle va même jusqu’à se battre avec lui mais la force et les réflexes de vampire de Koyomi sont incomparables et Mayoi ne fait bien évidemment pas le poids. Le lycéen l’emmène alors à l’adresse qu’elle souhaite même si la fillette rechigne à y aller avec lui. L’attitude de la jeune fille rappelle des souvenirs à Koyomi qui se remémore alors ce qui lui est arrivé le jour où il a cessé d’être « un humain ordinaire ». Mayoi se révèle rapidement ne pas être une enfant comme les autres et Koyomi et Hitagi comprennent qu’elle est une « anomalie » car leur petit trio n’arrive jamais à atteindre sa destination. Mayoi est possédée par l’esprit de l’escargot perdu et de ce fait, elle ne peut jamais trouver son chemin. Hitagi part alors seule chercher Oshino qui est le seul à même de venir en aide à la jeune fille comme il l’a fait pour les lycéens. Pendant ce temps Koyomi discute avec Mayoi qui change brusquement d’attitude et le mord jusqu’à l’os. Serait-ce sa chimère qui la fait réagir de la sorte?

Notre critique

C’est la jeune Mayoi qui est présente sur la couverture de ce 2ème tome de Bakemonogatari. Une jolie jaquette réversible qui nous offre deux possibilités de voir la jeune fille accompagnée du petit escargot représentant sa malédiction. Mayoi est le personnage central de ce 2ème tome à l’instar d’Hitagi qui faisait la couverture du 1er volume. C’est un personnage qui est encore assez mystérieux mais autour duquel le récit va tourner puisque, on ne sait trop pourquoi, mais Koyomi, notre héro, semble irrémédiablement attiré par les filles « à problèmes » surnaturel. Après Tsubasa et son esprit chat, ainsi qu’Hitagi et son dieu crabe, c’est au tour de Mayoi et sa malédiction de l’escargot de faire son entrée en scène.

Le choix des esprits qui possède les jeunes filles est très drôle car inattendu. Possédée par un escargot, on ne voit pas ça tous les jours dans les mangas fantastiques. Ce choix insolite nous donne d’autant plus envie de connaitre la suite des aventures de Koyomi, se demandant sur quel type d’animal il va tomber lors d’une prochaine possession. Mais l’humour dans le récit ne s’arrête pas à ça puisque la relation entre les personnages ne va que de quiproquos en malentendus, nous offrant des scènes des plus amusantes. C’est ainsi que l’on découvrira d’ailleurs le côté perverse d’Hitagi qui propose de rendre service à Koyomi en s’offrant à lui de manière très équivoque avec parfois des supplices très surprenants qui dénoncent la perversion de l’esprit de la jeune fille comme s’agenouiller nue au milieu de la rue pendant que le jeune homme lui écrirait des obscénités sur le corps au feutre indélébile.

Le jeune lycée, encore puceau, sera fort déstabilisé par toutes les idées de la jeune fille rendant les scènes d’autant plus hilarantes. Quelques petites références à la culture manga, comme Dragon Ball, font leur apparition ci et là dans des scènes comiques et cela est très amusant à voir.

Nous en découvrons un peu plus sur Koyomi dans ce 2ème tome. Tout d’abord, nous faisons la connaissance de ses deux sœurs qui semblent lui mener la vie dure. La relation avec ses parents ne parait pas très bonne mais rien ne nous est révélé à ce sujet à part qu’il préfère passer la fête des mères dans un parc. Le sujet des parents reviendra souvent dans ce 2ème tome puisqu’il sera également question de la relation de Hitagi avec sa mère qui l’a conduite à être possédée par le dieu crabe, et la jeune Mayoi qui cherche désespérément à rejoindre sa mère mais en vain à cause de sa malédiction. C’est apparemment ce mal-être avec sa famille qui a mené Koyomi à sortir de chez lui le jour où il a rencontré Kiss-Shot et où sa vie a radicalement changé. Nous découvrons une partie de cette rencontre et l’enfer qui s’en suivi pour Koyomi. Cependant l’existence même de la petite Shigure à qui Koyomi laisse boire son sang et qui serait en fait un vestige du vampire qui a transformé Koyomi à tout jamais, reste un vrai mystère. Comment Kiss-Shot est-elle devenue cette petite fille? Comment Oshino a-t-il pu exorciser Koyomi pour lui rendre un semblant de vie humaine? Toutes ces questions trouveront peut-être leur réponse dans les prochains tomes qu’on ne peut qu’attendre avec impatience.

Les personnages sont toujours aussi bien travaillés dans ce 2ème volume. Une multitude de détails rendent les héros plus vivants, plus réels, nous donnant l’impression de voir de vrais lycéens. La petite Mayoi, quant à elle, a des traits plus simples qui traduisent très bien son jeune âge. Les visages sont très expressifs avec parfois des expressions exagérées comme quand le côté pervers de Koyomi ressort. Il y a de nombreux gros plans sur les protagonistes nous permettant de voir le travail minutieux de Oh! Great avec des héros aux yeux très expressifs qui traduisent à merveille leurs sentiments et leurs peurs.

Les arrière-plans sont bien détaillés avec une action principale qui se passe dans un parc ou dans la rue. Les scènes de combats mettent les personnages en avant avec des lignes de vitesse et des onomatopées en version originale et traduite qui nous permet de vivre pleinement l’action. Tout a été minutieusement travaillé, même les vêtements des protagonistes ou encore la représentation d’une malédiction.

Notre critique du tome 2 de Bakemonogatari

En conclusion, pas grand-chose à redire sur ce 2ème tome de Bakemonogatari si ce n'est un peu de redondance avec une nouvelle rencontre et donc une autre malédiction à affronter. Un dessin tout simplement sublime, de l'humour, des possessions par des esprits variés et inattendus, … On ne peut qu'avoir hâte que le prochain tome soit en librairie.

Scénario95%
Dessin95%
Édition95%
Originalité95%
Mise en scène95%
Intérêt sur la durée100%
On a aimé
  • Humour
  • Dessins ++
  • Variété des esprits
On a moins aimé
  • Néant
95%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.