S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Akira Ishida
Scénariste : Yuichiro Higashide
Éditeur : Ototo
Collection : Shonen
Genre : Baston, Fantastique, Humour
Public : Tout public
Contenu : 192 pages
Sortie : 8 décembre 2017
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Tous les servants Noirs sont apparus pour servir les dessins de la famille Yggdmillennia. Mais au moment des présentation, Gordes Musik Yggdmillennia refuse de laisser son servant révéler sa véritable identité, au risque de contrarier tous ses alliés. Seul Darnik, leur chef, sera informé du fait que son servant, le Saber des Noirs, est en réalité la réincarnation de Siegfried, le légendaire héros nordique dont le point faible est connu de tous ceux qui connaissent son histoire. Voilà qui doit demeurer secret à tout prix ! Pourtant, un combat s’enclenche immédiatement entre ce Saber des Noirs et le Lancer des Rouges. Et le vrai nom de ce dernier n’est pas sans évoquer une risible réalité : il est Karna, héros maudit du récit héroïque dit le Mahabharata et tous deux se sont déjà affrontés… Face au spectacle ravageur de ce duel sanglant, Ruler alias Jeanne D’Arc est témoin volontaire, décidée à remplir sa mission quel qu’en soit le prix ! »

Notre critique

Pour un second tome, on va de surprise en surprise au rythme des combats qui célèbrent une fois de plus la puissance des servants dans le monde de Fate.

A peine fait-on de nouveau connaissance avec la faction Noire et ses servants qu’une bataille commence, sous les auspices les plus passionnants : les deux servants semblent se reconnaître et le Lancer des Rouges menace ouvertement Ruler/Jeanne D’Arc. L’étonnement de Gordes va de pair avec celui du lecteur qui peine à comprendre la position morale du Lancer Rouge comme celle de Ruler. Pourquoi cette volonté de la tuer ? Aussitôt effacée par le défi que lui lance le Saber des Noirs ? L’explication se trouve sans doute dans la véritable identité du héros Karna dont l’histoire est celle d’un être qui a traversé nombre de trahisons et de chagrins et ne peut sans doute plus voir les choses et les êtres que comme des ennemis dès lors qu’ls ne sont pas ouvertement dans son camp. Mais rien ne vient troubler une autre détermination, celle d’une Ruler qui ne craint rien de ces deux monstres du combat, qui ne recule pas et affirme haut et fort à Gordes qu’elle tiendra son rôle coûte que coûte dans cette guerre !

L’affrontement est féroce, bien mené par le scénario qui y mêle des souvenirs furtifs, des impressions qui habitent les deux adversaires au fil des coups échangés, insistant sur le caractère héroïque de ces incarnations. Associés à des bonus qui débutent chaque chapitre, ces éléments du scénario permettent de découvrir deux grands noms des légendes les plus célèbres de l’histoire humaine, celles de Siegfried et de Karna.

La seconde partie de ce tome 2 nous permet de retrouver le Saber des Rouges et son étrange maître le nécromancien Shishigo qui a également démasqué son servant. Il sait qu’il s’agit de Mordred, le traître à la cour du roi Arthur. Tous deux semblent faits pour ‘entendre car ils partagent des ambitions très similaires dès lors que le Graal leur appartiendra. Une attaque les surprend en pleine nuit et chacun doit déployer ses talents pour en sortir victorieux. Mais la prochaine vague de violence pourrait venir d’un autre servant, plus terrifiant que les autres, plus renommé aussi…un certain Vlad l’Empaleur, dit Comte Dracula. A moins que le danger ne surgisse où personne ne l’attend, d’un être demeuré prisonnier des expériences des Yggdmillennia ?

Le dessin sert à merveille la narration qui se déroule avec une belle fluidité jusque dans l’action. Par des substitutions de visages ou d’allures, des jeux de trames et une bonne mise en cases, on suit à la fois les coups portés et les réflexions qui perturbent chaque protagoniste au cours du premier duel de la série. De même, la force utilisée par le Saber des Rouges se passe de tout dialogue, laissant place à des planches qui se suffisent à elles-mêmes. On peut regretter néanmoins une maigre présence des arrières-plans tant l’action reste la vedette du tome. De même, le côté fan service du chara-design de Ruler est un peu trop flagrant…

Ce 2e tome nous invite dans le premier grand duel de la nouvelle guerre sainte, baston au rendez-vous avec un soupçon de stratégie.

Notre critique du tome 2 de Fate/Apocrypha

Voici que le premier duel commence sous le regard attentif de Ruler que rien ne perturbe, pas même le fracas des coups…

Scénario93%
Dessin92%
Edition95%
Originalité93%
Mise en scène93%
Intérêt sur la durée93%
On a aimé :
  • Révélations sur les identités héroïques
  • Action à 200%
  • Bonus qui permettent de mieux connaître les récits originels des héros
On a moins aimé :
  • Peu de soin aux décors
  • Chara-design trop fan-service
93%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.