S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique Manga, Ikumen After, Manga, Taifu Comics, Yaoi,

Critique Manga, Ikumen After, Manga, Taifu Comics, Yaoi,

Dessinateur : Kazuma Kodaka
Scénariste : Kazuma Kodaka
Éditeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Romance, Tranche de vie, Drame
Public : Public averti
Site officiel : Non
Prix : 8,99€
Sortie : 22 septembre 2016
Statut de la série : Terminée en 2 tomes

Asakura et Kentarô ont passé la première étape : après un baiser fougueux, ils arrivent à se parler comme si de rien n’était, un peu gênés mais heureux sans pour autant s’avouer leurs sentiments respectifs. Leur amitié devient tendancieuse mais aucun des deux ne fait le premier vrai pas. Asakura n’ose pas et Kentarô ne sait pas encore comment interpréter ce baiser d’autant qu’officiellement Asakura n’est pas gay. Mais un évènement dramatique va précipiter leur relation car, du jour au lendemain, Kentarô accepte d’aller vivre chez Asakura avec son fils, prenant ainsi le risque de laisser aller sa passion et surtout de lui dévoiler son tumultueux passé d’avant mariage… Asakura l’acceptera-t-il ?
Dans ce dernier tome du charmant diptyque, Ikumen After se clôt avec réalisme, émotion et intelligence, réussite assez rare dans le genre yaoi.
Suivant la mode thématique de père célibataire, ce manga avait déjà bien commencé en évitant les grands clichés et autres pièges du genre, insistant sur le réalisme des sentiments de chaque protagoniste et pas seulement des adultes. La relation père-fils est aussi importante dans cette mini-série que la relation amoureuse naissante, faisant le lien entre les différents évènements ponctuant l’amitié puis la romance des deux papas.
Sans passer immédiatement et sans réserve à l’étape supérieure du couple en devenir, et oui, un yaoi dans lequel les deux héros ne se jettent pas l’un sur l’autre en quelques pages, ça existe, Kazuma Kodaka fait en sorte que les deux éléments majeurs qui vont précipiter l’évolution de la romance encore tiède entrent en scène avec naturel et réalisme.
D’abord le retour d’une relation passée de Kentarô qui lui rappelle une erreur de jeunesse qu’il ne veut pas reproduire mais dont l’enjeu, monétaire, est séduisant vu qu’il ne gagne pas très bien sa vie et que, comme tout parent seul avec un enfant, les dépenses sont plus difficiles à assumer. Alors qu’il hésite et savoure l’évolution tranquille de sa relation avec Asakura, attendant le moment propice pour se déclarer (ou pas), la force du destin s’emmêle et le voilà privé de toit. Les problèmes d’argent gagnent donc en importance et même si Asakura le soutien et l’héberge sans rien lui demander que son aide à la maison, Kentarô décide de sauter le pas… au risque de perdre l’homme qui hante maintenant son cœur. Sans oublier que, bien sûr, il ne lui parle pas de ses soucis.
Même si les ficelles sont connues, quiproquos malmenant l’amour naissant en tête, la narration de Kazuma Kodaka est bien menée, sans heurt et psychologiquement crédible, assurant le potentiel sympathie de ses personnages et un déroulé agréable de leur love story un peu compliquée.
Le dessin s’allie parfaitement au récit, avec beaucoup de rondeur dans le chara-design, un bel effort dans la traduction des émotions et la mise en scène modérée et accrocheuse.
En seulement deux tomes, Ikumen After nous aura conter une jolie romance, sans excès, avec réalisme et tendresse, une histoire de notre époque qui s’adresse à un large public.

Points forts : 

  • Un yaoi réaliste, touchant et bien écrit 
  • Un yaoi pour un large public 
  • Histoire qui évolue bien, sans excès 
  • Romance crédible et tendre 
  • Personnages attachants, même les enfants 
  • Les enfants jouent un rôle important dans l’évolution de la love story 
  • Dessin adapté au récit 
  • Chara-design expressif et représentatifs du caractère de chacun 
  • Série complète en deux volumes
  • Édition française de qualité 

Points faibles : 

  • Néant 
Verdict : Un Excellent Tome !!! 

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.