S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Izumi Kirihara
Scénariste : Yoru Sumino
Éditeur : Pika Édition
Collection : Seinen
Genre : Tranche-de-vie, Drame
Public : + 14 ans
Contenu : 212 pages
Sortie : 8 janvier 2020
Prix : 7,50€
Statut de la série : Terminée en 2 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

Sakura est hospitalisée. Ses derniers examens ne sont pas bons, sa maladie évolue. Pendant le temps qu’elle passe, enfermée dans sa chambre d’hôpital, lui, vient lui rendre visite tous les jours. Enfin, la sortie approche et Sakura peut quitter l’hôpital. Hélas, la mort la rattrape…

Notre critique

Aux yeux des camarades de Sakura, « Monsieur Mufle » est un harceleur, toujours à suivre la jeune fille et à la déranger. Personne ne voit que lui et Sakura sont amis et que leur relation est plus profonde qu’une simple camaraderie. Et lors du séjour de Sakura à l’hôpital, Kyoko, son amie, accuse le jeune homme de ne pas la laisser tranquille, de ne pas respecter son état… alors qu’elle ignore tout de la maladie qui tue petit à petit la jeune patiente. Pourtant, ces visites tant décriées par Kyoko sont une bulle d’oxygène pour la malade. Et grâce à Sakura, à sa joie de vivre et à sa relation qu’elle a avec sa fin prochaine, « Monsieur Maussade » évolue lentement et s’ouvre sur le monde. Mais comme on le sait déjà, Sakura va mourir… Lui refusera de se rendre à ses funérailles, trop abattu par cette perte, pourtant prévue. Il finit quand même par se rendre chez son amie, afin de lire le journal que la jeune fille lui a laissé.

Cette histoire aborde la mort, la maladie et la perte d’un être cher avec douceur et retenue, avec tendresse et respect. Le héros s’ouvre au monde et aux autres, grâce à la joie de vivre de Sakura, dont les jours sont comptés. Cette dernière vit à 100 à l’heure et refuse de se laisser abattre. Et elle n’hésite pas à sortir « Monsieur Maussade » de ses retranchements pour qu’il vive une vie plus ouverte sur le monde et envers les autres.

Faire le deuil de quelqu’un qui nous est proche est difficile et cela prend du temps. L’absence est là et il faut du temps pour vivre avec cette perte. Il faut se reconstruire et ce tome aborde en partie cette reconstruction. Autre thème abordé : une vision de la vie qui change en fonction des rencontres que l’on fait et des choix que l’on décide de faire, ainsi que du moment où on les fait.

Kirihara Izumi a un trait fin, agréable et tout en douceur, en adéquation avec la sensibilité du scénario. Les personnages sont au centre du dessin, il y a très peu de décors, mais lorsqu’il y en a, surtout en fin de volume, ils sont assez détaillés. D’ailleurs, les dernières pages sont « illuminées » par des rayons de soleil, annonciateurs d’une nouvelle vie pour notre héros.

Notre critique du tome 2 de Je veux manger ton pancréas

En résumé, un volume chargé en émotions et en tendresse mais aussi en vibrations positives, malgré la présence constante de la mort. Préparez vos mouchoirs et découvrez nos lycéens unis par un secret et une vision du monde en pleine évolution.

Scénario95%
Dessin90%
Édition89%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé
  • On découvre le prénom de « Monsieur Maussade »
  • Le message positif, malgré le sujet
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.