S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Hirohiko Araki
Scénariste : Hirohiko Araki
Éditeur : Delcourt / Tonkam
Collection : Shônen
Genre : Baston
Public : + 12 ans
Contenu : 224 pages
Sortie : 13 mars 2019
Prix : 6,99 €
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Le célèbre mangaka Rohan Kishibe habite la ville de Morio. Curieux et avide de réalisme dans ses créations, il parcourt les quatre coins du monde pour se documenter. Au cours de ses périples, il vit lui-même des histoires à donner froid dans le dos… En réalité, il utilise son Stand sur des gens pour lire dans leur esprit puis s’inspirer de leur vie pour écrire ses œuvres. »

Notre critique

Ce deuxième tome de Rohan Kishibe, réalisé par Hirohiko Araki, s’inscrit directement dans la lignée de la série Jojo’s Bizarre Adventure, en étant un spin-off inédit des aventures du mangaka Rohan Kishibe. Dans cet opus, Rohan n’est pas spécialement le personnage principal des différents récits. Cette fois, nous voyons Rohan Kishibe comme simple spectateur, car il ne provoque aucun impact direct sur les scénarios.

Pour ce qui est des différentes nouvelles, elles démontrent bien le style d’histoires atypiques de l’auteur, celles-ci mélangeant horreurs, ambiances pesantes et mystères.

Dans La lune d’automne des Mochizuki, on retrouve Rohan Kishibe comme narrateur, puis il disparait pour laisser la place à la famille Mochizuki. Cette famille s’apprête à vivre un soir de pleine lune, qui sera décisive pour chacun des membres de la famille. Dès les premières pages, cette petite histoire vous immergera dans une ambiance pesante.

Comme deuxième conte horrifique, nous avons Lundi, il pleut. Là, Rohan Kishibe a droit au rôle principal : lorsqu’il se rend à la gare pour aller rencontrer ses éditeurs, il se sent victime de petites coïncidences. C’est en tout cas ce qu’il pense. Cette histoire met en avant la thématique actuelle sur la dépendance des gens à leurs téléphones portables. Et oui, même dans ce genre de ‘petites nouvelles’, on retrouve ce genre de thèmes liés à notre quotidien. Pour moi, ce scénario est le plus extravagant, mais c’est aussi celui qui retranscrit le mieux le genre sombre de l’auteur.

L’histoire qui suit, L’ADN, nous permet de retrouver des visages connus de la partie 4 de Jojo’s Bizarre Adventure, à commencer par la sublime, mais néanmoins indomptable, Yukako, manieuse de stand de son état. Elle recherche l’aide de Rohan Kishibe afin d’aider la fille d’une proche de sa famille. Cette jeune fille présente des attraits bien particuliers. Pour ceux qui ont lu la partie 4 de Jojo’s Bizarre Adventure, il se sentiront un peu nostalgiques en retrouvant des personnages et le concept de stand.

Enfin, dans The Run, la quatrième et dernière histoire, je dirai que le scénario met un certain moment avant de se mettre en route. Mais sa fin vous surprendra, car elle justifie amplement cette lenteur. Dans ce dernier conte, un personnage se construit sous nos yeux et on découvre le côté sombre caché au fond de ce personnage.

Notre critique du tome 2 de JoJo's Bizarre Adventure - Rohan Kishibe

Pour conclure, je dirais que les petites histoires proposées par Rohan Kishibe sont hautes en couleur, comme lui !

Scénario80%
Dessin70%
Edition50%
Originalité70%
Mise en scène50%
Intérêt sur la durée40%
On a aimé :
  • Une série d'histoires courtes comme Hirohiko Araki sait si bien les faire
  • De superbes décors
On a moins aimé :
  • Rohan qui doit être au centre de l'intrigue ne l'est justement pas assez
  • Quelques pages supplémentaires auraient été nécessaires pour la dernière histoire
60%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.