S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Keiko Sakano
Scénariste : Keiko Sakano
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Shojo
Genre : Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 160 pages
Sortie : 26 septembre 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : Terminée en 6 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

Tout est écrit et chacun doit suivre son destin sans se poser de questions. Du moins, c’est ainsi que tout le monde vivait avant l’arrivée de Saki. La lycéenne qui a été propulsée mystérieusement dans le monde de Hoshin Engi, n’a pas de « destin » prédéfini dans cet univers et c’est l’occasion pour tous de se rebeller, avec l’aide de la jeune fille, contre cette vie qui leur est imposée. Saki décide de devenir elle aussi Taikobo mais sera-t-elle acceptée par les 12 grands immortels? Avant de pouvoir aider qui que ce soit, Saki et Shiga doivent retrouver le parchemin des dieux qui est tombé dans la rivière. Ce parchemin, qui contient la liste de toutes les personnes que le Taikobo doit éliminer pour modifier l’avenir, va devenir le parchemin des destins à changer pour que Shiga n’ai pas à les tuer. Shinkohyo fait alors son apparition avec le rouleau en main déclarant qu’il l’a récupéré pour sa bien-aimée. Tous les immortels sont attirés par Saki qui les fait retrouver l’espoir et qui grâce à ses pouvoirs change petit à petit leur condition et leur vie. Mais la jeune fille n’a qu’un seul objectif, celui de modifier cet avenir et toutes les histoires que sa mère lui racontait sur « Hoshin Engi » vont lui être d’une grande utilité. Saki se souvient que dans les récits de sa mère, c’est Daji, la femme de l’empereur qui a causé la perte de ce dernier après qu’elle soit possédée par un esprit renard. Daji sera donc la première sur la liste, dont Saki et Shiga doivent changer le destin. Une malheureuse rencontre avec un voleur du nom de Tenka va mettre la pagaille dans le parcours de nos deux Taikobo mais il pourrait également être une aubaine pour la réussite de leur mission.

Notre critique

C’est de nouveau Saki et sa force herculéenne, portant un immortel, que nous retrouvons sur la couverture de ce 2ème tome de Legendary Love. La jeune fille qui soulevait Shiga comme une princesse sur la jaquette du 1er volume se retrouve cette fois ci à porter Shinkohyo comme un sac de pomme de terre sur son épaule. Ce style de couverture est très amusant montrant ainsi un peu de la personnalité de la lycéenne à la force surhumaine et au caractère bien trempé, détruisant les clichés, car ce n’est pas parce qu’on est une femme qu’on ne peut pas être forte.

Saki est la seule femme représentée dans ce tome et elle est régulièrement prise pour un garçon vu son manque de poitrine. Il lui sera alors difficile de trouver sa place dans ce monde d’hommes qui fondent beaucoup d’espoir en elle tout en la sous-estimant. La jeune fille profitera d’ailleurs de l’insouciance de malfrats qui lui proposeront un combat de force contre un homme immense qui n’a rien à envier aux sumos, étant ainsi sûrs que la jeune et frêle Saki ne pourra rien contre leur champion. Cependant la jeune fille prendra un malin plaisir, avec sa force herculéenne, à ridiculiser le colosse.

Cette force surhumaine que possède Saki apportera beaucoup d’humour, nous présentant pas jeune fille dans des situations où on ne l’attend pas. L’humour est réellement omniprésent dans tout le tome. Il y a parfois des effets comiques comme quand un immortel s’apprête à faire d’importantes révélations sur le fameux « destin » et l’avenir du monde, et que Saki le coupe dans son élan en révélant tous les secrets qu’il allait dévoiler, laissant ainsi tout le monde surpris. Cependant, pour la jeune fille, tout ce qui est en train de se passer, sa mère lui a déjà raconté, étant une grande fan d' »Hoshin Engi ». Tout cela est très drôle, nous donnait l’impression de vivre, aux côtés de Saki, un film qu’on a déjà vu et dont on connait le déroulement. Les personnages, plus farfelus les uns que les autres, amplifient ce thème de l’humour. Nous aurons ainsi un immortel tout puissant qui crache du sang à tout bout de champs, étant de constitution fragile ou encore avec Shinkohyo qui refait son apparition dans ce tome, avec son attitude tendancieuse qui est très drôle et son incontournable cadeau de sa tête à Saki. De l’humour à toutes les pages pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Le côté « Love » du manga n’est pas encore très présent car même si tous les immortels se disent amoureux de Saki, tout cela n’est que par intérêt pour son pouvoir et son absence de « destin ». On peut tout de même ressentir que le cœur de la jeune fille n’est pas insensible à Shiga, suite à toutes ses attentions envers elle et son sauvetage alors que Saki était coincée dans un puits. Si les sentiments commencent à se développer, nous pourrions voir apparaître un petit triangle amoureux Shiga – Saki – Shinkohyo, mais tout cela n’est pour le moment que des spéculations et il faudra attendre la suite des tomes pour en savoir le dénouement. Un certain amour maternel est tout de même présent entre Saki et Nata car la jeune fille a de la peine pour ce pauvre enfant qui dès la naissance était prédit à un destin des plus horrible. Le « Legendary Love » pourrait également faire référence non pas aux personnages mais à l’amour que la mère de Saki porte à cette histoire légendaire. C’est d’ailleurs grâce à l’engouement de sa mère sur le sujet que Saki sait comment poursuivre sa quête dans ce monde de Fantasy, qui la mènera sur le chemin pour rentrer chez elle.

Tout comme dans le 1er tome, de nombreux gros plans sont utilisés. Nous avons alors la chance de voir les personnages de très près et ainsi tous les détails qui les composent. Les visages sont très soignés montrant avec minutie les sentiments des héros. Les traits de Nata transcrivent parfaitement son côté enfantin et le côté maternel des lectrices ne pourra que ressortir en le voyant, nous donnant envie de le prendre dans nos bras. Saki, malgré sa force colossale, reste une héroïne de shojo par définition avec ses grands yeux et les nombreux beaux garçons qui gravitent autour d’elle. En effet, tous les immortels sont plus beaux les uns que les autres et les mortels que Saki rencontre ne sont pas en reste. L’ensemble des lectrices trouvera chaussure à son pied avec ce panel de beaux gosses.

Les arrière-plans ne sont que très rarement travaillés mais les détails du chara-design, ainsi que sur les vêtements des personnages, sont biens suffisants. De plus, les prises de vue rapprochées ne laissent pas beaucoup de place à un décor. Des fonds comme des bulles, des fleurs ou encore des lignes de vitesse ou de force sont parfois utilisées pour donner une indication sur l’ambiance d’une scène.

Notre critique du tome 2 de Legendary Love

En conclusion, ce 2ème tome de Legendary Love se poursuit sur la même lancée que le 1er. Un côté romantique encore un peu absent mais de l'humour omniprésent. Saki a une longueur d'avance sur le "destin" car elle sait comment la suite de l'histoire va se dérouler grâce à l'amour inconditionnel de sa mère pour "Hoshin Engi".

Scénario82%
Dessin94%
Édition84%
Originalité83%
Mise en scène86%
Intérêt sur la durée88%
On a aimé
  • Humour
  • Dessins
On a moins aimé
  • Néant
86%Note Finale

A propos de l'auteur

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.