S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Shigure Kondô
Scénariste : Arata Miyatsuki
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Seinen
Genre : Horreur
Public : + 12 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 28 novembre 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : Terminée en 4 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

« Rena Kashimura et ses camarades de classe sont soumis à une hypnose suicidaire, où certains signaux les poussent à se tuer. L’un d’entre eux, Wada, un petit caïd violent, compte se servir de ces signaux pour se débarrasser des autres. La haine appelle la haine et alors qu’ils n’ont plus confiance en personne, une autre vague de désespoir va frapper ces adolescents… »

Notre critique

Ce début de deuxième tome ne continue pas sur la même lancée que le premier : on commence avec un suicide, ensuite une tentative de meurtre, et pour finir une confrontation entre Wada et Sakaki engendrant la disparition de Wada.

Je pense qu’avoir retiré Wada de ce deuxième tome était préférable.

Ce qui est étonnant c’est qu’on se retrouve avec un contraste fort marqué entre Wada, le méchant, manipulateur à souhait, et Sakaki, le gentil, bienveillant. C’est trop beau pour être vrai…C’est même extrêmement louche.

Sakaki, bizarrement, n’est jamais présent lors des épreuves de temps bonus, il ment sur ce qu’il détient, et il arrive à chaque fois à se sortir de tout soupçon.
Honnêtement, ce contraste me dérange. Si réellement ils sont ainsi jusqu’à la fin de cette série, c’est décevant. S’ils ne le sont pas et que Sakaki cache son jeu et que Wada est plus bête et peureux qu’autre chose, il n’y a plus de suspens. C’était un pari risqué qui, pour le coup, n’aura pas réussi.

Heureusement pour nous, ce début difficile n’est que passager ! Nous voilà reparti pour une intrigue qui continue à nous surprendre. Un élève est complice de son professeur. Qui est-il ? Pourquoi veut-il se venger ?

J’ai été assez bernée car Asahina arrive très rapidement dans ce manga mais je n’avais pas fait le rapprochement malgré un fil conducteur palpable. De plus, on nous introduit trois amies exécrables dont la chef est Sonoda. D’entrée de jeu, on remarque que Asahina est maltraitée par celles-ci.
C’est lors d’une des deux épreuves de temps bonus que les raisons du complice vengeur vont être éclaircies.
C’est vraiment à ce moment que l’on retrouve l’ambiance moribonde qui caractérisait Signal 100.

Petit aparté, Kashimura, l’héroïne de ce manga, est, de mon avis personnel, assez niaise et fade. Par moment on se demande ce qui lui passe par la tête parce qu’elle préfère ne pas faire de choix et tuer tout le monde que d’en faire un et prendre le risque de ne tuer qu’une personne. Je sais que dans la vie réelle toute sorte de réactions et de caractères existent, mais pourquoi faire d’elle l’héroïne alors ?

Durant l’épreuve du temps bonus, deux cartes sont proposées, et les étudiants ayant été choisi doivent effectuer l’une des deux actions proposées pour trouver laquelle n’est pas une action « suicidaire ».

C’est très bien ficelé car on découvre les actions au fur et à mesure et on comprend ce que Asahina a endurée. Entre violence, humiliation et moquerie, on ne peut que comprendre pourquoi elle a cédée à la vengeance.

Je trouve intéressant, voire même intelligent, d’aborder le thème du harcèlement. Pour le moment c’est un sujet qui sort de l’ombre, on en parle de plus en plus, et ça amène de la diversité au scénario.

On nous largue une fin qui nous laisse sans voix : des protagonistes qui n’avaient jamais eu leur importance auparavant jouent en fait un rôle capital.
Je me suis sentie frustrée de ne pas avoir la suite à portée de mains ! Cette fin nous montre bien que l’auteur a su continuer sur sa lancée, ce qui rend le prochain tome plus qu’attractif.

Les dessins sont adaptés, détaillés et complètent parfaitement la trame de l’histoire.

Le rythme des suicides, lui, a diminué sans être pour autant dérangeant puisqu’ici on se trouve avec une vengeance d’une étudiante, dirigée surtout sur Sonoda et ses deux acolytes.

Notre critique du tome 2 de Signal 100

Malgré un commencement banale, ce tome reprend le flambeau du précédent pour nous ravir.

Scénario80%
Dessin90%
Edition90%
Originalité80%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Avoir abordé le harcélement
  • La fin du tome
On a moins aimé :
  • Le début monotone
85%Note Finale

A propos de l'auteur

Lectrice maladive, aucune phrase ne peut lui échapper ! Si les œuvres malsaines ou gores vous font fuir, vous pouvez toujours compter sur Em, c’est plus qu’une passion pour elle... Romans, mangas, bandes dessinées et comics, vous l’aurez compris tout lui plaît... mais oubliez la pour les histoires nunuches.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.