S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Naoki Koshimizu
Scénariste : Reki Kawahara
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantastique
Public : Averti
Contenu : 194 pages
Sortie : 21 septembre 2018
Prix : 6,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Depuis sa rencontre avec d’autres porteurs d’étranges capacités, Minoru a décidé de ne plus se mêler de quoi que ce soit. Il a sauvé Tomomi et clairement fait comprendre aux deux personnes venues à son aide qu’il ne souhaitait rien avoir à faire avec eux. Ce que veut Minoru c’est retrouver sa vie tranquille et solitaire. Mais les cauchemars le hantent et avec eux les réminiscences de son terrible passé. Il sait qu’il peut compter sur la gentillesse de Norie, sa sœur adoptive. Tout semble rentré dans l’ordre mais le destin va lui jouer un nouveau tour : un soir, il découvre que Norie a été enlevée par le Biter qu’il a combattu. Il exige que Minoru vienne à lui… »

Notre critique

Ce 2e tome est encore meilleur que le 1er ! En quelques pages seulement, on comprend toute l’ampleur du drame qui a marqué l’enfance de Minoru, témoin du massacre de ses parents. On apprend aussi que la jolie et souriante Norie n’est pas vraiment sa sœur mais la personne qui l’a adopté et prend soin de lui comme d’un petit frère, supportant son mal-être jusqu’à ses tentatives de suicide !

Il n’en faut pas plus pour comprendre toute l’angoisse et la détermination qui s’emparent de Minoru lorsque le Biter à tête de loup kidnappe la jeune femme. Armé de son seul désir de sauver Norie et de son armure invincible dont il comprend à peine le fonctionnement, le jeune homme se précipite tête baissée dans le piège de son ennemi.

Un combat sans merci s’en suit au cours duquel le Biter comme Minoru laissent évoluer leurs capacités. Tandis que le Biter mute en homme-requin, Minoru se laisse gagner par l’absolue nécessité de le tuer une fois pour toute. La rage du Biter est telle qu’aucun autre choix n’est possible et Minoru laisse remonter un sentiment qu’il a longtemps enfoui ou ignoré : la certitude qu’il pourrait tuer sans regret ni pitié l’assassin de sa famille demeuré introuvable. Il va alors puiser toute sa force dans cette vérité aussi terrifiante qu’elle soit. Pourtant, face aux mâchoires acérées, Minoru n’a aucune arme, il ne peut que se défendre à moins de trouver une faille. Et celle qu’il choisi est risquée et audacieuse.

Durant l’affrontement, un flash-back nous présente le passé du Biter, nous démontre qu’avant de se faire posséder pour un Ruby Eye, il était presque un être comme les autres, porteur lui aussi d’un traumatisme, de maltraitances dans l’enfance. Exacerbées par le Ruby Eye, sa colère et ses frustrations d’enfant ont pris la forme de pulsions meurtrières et de dents dévoreuses de tout.

Alors que le combat semblait gagné, face à un Minoru épuisé, Yumiko et DD surgissent pour l’aider. Ils lui apprennent que ce Biter n’est pas un Ruby Eye mais un Third Eye, donc plus puissant, plus dangereux et résistant. A leur grande surprise, ils voient soudain l’ennemi se relever, totalement possédé par son Third Eye ! Ils ne seront pas trop de trois pour l’abattre et Minoru admettra enfin qu’en tant que possesseur d’un Jet Eye, un pouvoir permettant de détruire les Ruby Eyes, il ne peut refuser son devoir. Il rencontre le chef de Yumiko et DD, il accepte de se joindre à eux mais fait une étrange demande en retour…

L’action est au cœur de ce tome, bien menée et séquencée, elle ne nous laisse aucun répit ! Mais cet univers un peu particulier s’explique en fin de volume avec l’apparition d’un chef de section spéciale qui reconnaît la grande valeur du pouvoir de Minoru. A fil du combat jusqu’à sa conclusion, on apprend en effet que les capacités des Jet Eyes ne sont pas forcément faites pour le combat rapproché et que la façon dont Minoru a finalement tué le Ruby Eye devenu Third Eye est spectaculaire et donc enviable pour la section chargée de mettre fin à l’existence des Ruby Eyes sur Terre. Malgré ce florilège d’informations et d’action, la psychologie de Minoru demeure un élément très important et bien mis en valeur dans la narration de ce tome qui nous révèle non seulement plus de choses sur son tragique passé mais surtout l’origine de sa volonté farouche de solitude : la culpabilité du survivant.

Le dessin s’adapte parfaitement au rythme soutenu du tome, assure le suspense et la surprise des rebondissements. Les personnages évoluent avec dynamisme et les expressions faciales installent chaque émotion avec assurance. L’équilibre narration-graphisme en fait un très bon seinen avec un bonus tout particulier dans le traitement des horrifiques transformations du Biter. Bien que la majeure partie du volume se déroule de nuit, le choix de privilégier un fond blanc sur de nombreuses scènes est osé. Il abandonne l’atmosphère très sombre à la primauté de l’affrontement. C’est un peu dommage mais passe très bien tant on est happé par les évènements.

Notre critique du tome 2 de The Isolator

Minoru a décidé de rester neutre dans la guerre entre possesseurs de pouvoirs étranges mais quand le Biter enlève sa soeur, il n'a plus le choix...

Scénario97%
Dessin91%
Edition97%
Originalité94%
Mise en scène96%
Intérêt sur la durée88%
On a aimé :
  • Héros complexe et attachants
  • Suspense, action, intrigue réussis
  • Alliance narration/graphisme
On a moins aimé :
  • Choix graphiques manquent d'audace
94%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.