S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Naomichi Io/Chara-design : Ponkan 8
Scénariste : Wataru Watari
Editeur : Ototo
Collection : shonen
Genre : gag manga, comédie
Public : tout public
Site officiel : Ototo
Sortie : 9 novembre 2018
Prix : 6,99
Statut de la série au Japon : en cours, adapté en animé, original en LN

Acheter Site officiel

Résumé

« Pour leur nouvelle mission de club des Volontaires, Hachiman et Yukino entraînent leurs compagnons dans les pas de Saki Kawasaki. Bien qu’elle soit l’une des filles les plus féroces quand il s’agit de se moquer des autres, les membres du club ont accepté la demande de son frère inquiet pour elle. Entre tentatives maladroites et d’autres infructueuses pour comprendre ce qui arrive à Saki, ils finissent par tenir une piste intéressante. Si leur enquête aboutit à un certain succès, une révélation va venir bouleverser la bonne entente de leur petit groupe… »

Notre critique

Avec ce tome 3, on retrouve quelques axes narratifs assez communs au manga en général qui sont aussitôt tournés en dérision par les deux mangakas, bref, My Teen Romantic Comedy is wrong as I Expected continue sur sa lancée ! Pour nous surprendre et nous faire rire tout en détournant chaque cliché du monde du manga, cette série sait y faire.

Le premier chapitre propose une enquête délirante qui promène nos héros entre bars à hôtesses déguisées et autres établissements super selects dans lesquels ils détonnent à coup sûr. Ajouté à cela les dialogues et les échanges hauts en couleur, le duo Yukino-Hachiman en vedette, et l’on a un humour narratif et graphique garanti et savoureux.
Si la bonne humeur involontaire est au rendez-vous, quelques éléments apportent un soupçon de tourments aux protagonistes.
Tout d’abord, les reproches hautains de Saki Kawasaki se heurtent à une mise au point mesurée de la part de Komachi, la sœur d’Hachiman. A cette occasion, on apprend à mieux connaître Hachiman et à passer outre ses faux airs de constante nonchalance. C’est aussi Komachi qui, par une remarque innocente et d’apparence banale, va malmener les relations naissantes entre Hachiman et Yui. Le lecteur attentif aura deviné que le chien sauvé par Hachiman lors de sa rentrée manquée, qui lui valu d’être l’exclu de sa classe, appartient à Yui. Mais Komachi a reconnu Yui et pense que son frère a retrouvé celle qui lui fut si reconnaissante. Victime de son indolence, Hachiman n’avait pas fait le rapprochement et Yui, persuadée qu’il ne se souvenait pas d’elle, n’avait rien osé lui dire. Aussitôt, la nature profondément perturbée d’Hachiman, par un passé que l’on devine encore à peine, refait surface et des dégâts : pensant que la gentillesse de Yui à son égard n’est due qu’à cet incident, il la rejette, blessant la jeune fille. Il faudra la discrète attention de Saika et de Yoshiteru pour le ramener à la raison. Encore faut-il qu’il trouve le moyen de se réconcilier avec la jeune fille… S’enchaînent les quiproquos qui nous feraient presque croire que Yukino cède aux étranges charmes de ce maladroit de Hachiman. A tel point que Yui s’y laisse prendre à son tour. Malgré ce moment de flottement, on ne se lasse pas du comique de ce titre qui s’amuse à nous tromper, à nous balader entre clichés authentiques et rebondissements implacables qui mettent à mal le trop attendu de certaines situations tant vues et revues du manga. Contrairement aux sous-entendus, le romantisme n’est finalement pas très présent, il s’embourbe, englué dans les caractères tordus de Yukino et surtout d’Hachiman qui semble préférer le côté sombre et triste de l’existence plutôt que de tenter sa chance et souffrir (à nouveau ?) de déception. Wataru Watari ne boude pas son plaisir avec ce héros asocial affirmé, allant jusqu’à glisser ça et là dans ses pensées de rares rappels de ce qui l’a poussé à devenir tel qu’il est, confirmant son potentiel sympathie. Car on s’attache à ce lourdaud mal embouché !
En fin de tome, et alors que l’on pourrait penser que Yukino et Yui vont se le disputer, le quiproquo est évident, amusant et brusquement interrompu par un Yoshiteru en larmes… Mais Hachiman n’est pas le seul à dévoiler malgré lui un peu de son passé : avec l’entrée en scène de la sœur de Yukino, certaines choses promettent de nourrir le récit.

Le dessin de Naomichi Io transpose fidèlement chaque aspect de la narration, jouant à fond sur la comédie avec une mise en scène dynamique, des expressions faciales, un chara-design et une mise en mouvements adaptées, entre rires et larmes qui détournent les codes du shojo pour mieux en rire.

Ce tome 3 conserve l’humour surprenant et délicieux qui nous a séduit dès le début tout en nous permettant d’approcher quelques vérités concernant des personnages que l’on adore déjà.

Notre critique du tome 3 de My Teen Romantic Comedy is Wrong as I Expected
Alors que le club enquête pour aider Saki le peste, une révélation av bouleverser la bonne entente du petit groupe...
Scénario96%
Dessin98%
Edition98%
Originalité98%
Mise en scène96%
Intérêt sur la durée97%
On a aimé :
  • Humour délirant réussi
  • Détournements des clichés manga
  • Personnages attachants
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.