S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur: Akeji Fujimura
Scénariste: Muneyuki Kaneshiro
Editeur: Pika Édition
Collection: Seinen
Genre: Historique, Thriller
Public: + 14 ans
Contenu: 224 pages
Sortie: 6 novembre 2019
Prix: 8,20 €
Statut de la série: terminée en 5 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

« Akû, qui porte sur ses épaules une destinée de destruction, retrouve Shurava. Il promet à ce dernier de mettre fin à ses jours une fois qu’il aura abattu le Grash responsable de la destruction de son village. Le voilà ainsi parti pour un voyage dont on ne revient pas… »

Notre critique

Dans la première partie du volume, Akû et Ippin sont face à un adversaire de taille: un immense oiseau a qui est offert une personne en sacrifice chaque jour. Akû se porte volontaire pour le combattre et le tuer. L’argument du personnage est qu’il doit continuer à s’entraîner pour devenir plus fort et que l’oiseau en question sera un adversaire de taille pour lui. En agissant ainsi, il apporte son aide aux habitants du village qui le remercieront chaleureusement. L’évolution du personnage de Akû est marquée dans ce volume par un retour à la vie en société. Il se montre moins brutal et se sert de sa force pour aider les gens et pas contre eux. Ce changement est probablement dû à la présence de Ippin à ses côtés. Cependant, il garde son objectif en tête car dès sa tâche accomplie, il reprend la route.

Dans ce récit, plusieurs personnages croisés plus tôt dans l’histoire réapparaissent et se retrouvent dans un nouvel endroit: Tirambourg. C’est un grand village très hiérarchisé dirigé par un tiran à la poigne de fer et aux décisions absurdes qui décide qui peut vivre et qui doit mourir. La description de ce village et de son chef est assez longue, ce qui permet au lecteur de se rendre compte du désordre mental du personnage. Shûri, qui était de passage dans cet endroit va être enlevée par ce personnage dérangé qui veut en faire sa chose. Shurava, voulant la sauver, va être arrêté et conduit sur la place publique pour être exécuté. Là, Akû va arriver et lui sauver la vie.

Cette partie est intéressante car plusieurs personnages se retrouvent au même endroit mais chacun avec un motif différent et c’est cette réunion qui va faire que les différents événements vont s’enchaîner. Le volume se termine juste après l’arrivée de Akû qui sauve, in extrémis, la vie de Shurava. Malheureusement, le déroulement du récit est brouillon et le fait de passer rapidement d’un personnage à l’autre peut entraîner un sentiment de confusion chez le lecteur, comme si les enchaînements entre les différentes actions avaient étés écrits trop vite et bâclés.

Le récit est émaillé de différentes références à des marques ou des événements contemporains qui permettent au lecteur d’avoir plusieurs niveaux de lectures. Cependant, si l’objectif du personnage principal est connu, l’auteur rentre parfois dans un délire qu’il est difficile de suivre, notamment avec ces différentes références.

Pris au premier degrés, c’est un manga qui est distrayant, même si il est très brouillon dans sa manière de présenter les choses. Au travers des actions des différents personnages, une certaine critique de la société est dessinée. Malheureusement, le délire de l’auteur rend cette critique difficile. De plus, la violence omniprésente peut choquer un lectorat plus sensible.

L’histoire se terminera dans le cinquième et dernier volume de la série. Akû et Shuri viennent de se retrouver. Déception ou happy end?

Notre critique du tome 4 de Akû, le chasseur maudit
Dénouement final au prochain volume.
Scénario70%
Dessin80%
Edition75%
Originalité80%
Mise en scène75%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • L'évolution du personnage principal
On a moins aimé
  • Le côté brouillon de l'histoire
75%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.