S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Taiki Kawakami
Scénariste : Bokuto Uno
Éditeur: Ototo
Collection : Seinen
Genre : Science-Fiction
Public : Averti
Contenu : 160 pages
Sortie : 16 mars 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Les choses sont rentrées dans l’ordre après l’enlèvement raté de la princesse Chamille. Yatorishina a prouvé une fois de plus sa valeur, Torway a trouvé la confiance qui lui manquait en jouant un rôle décisif lors du sauvetage de Chamille, Matthew comme Haroma sont plus décidés que jamais à progresser auprès de leurs amis tandis que Solork est devenu le nouveau garde du corps personnel de la princesse. C’est alors qu’ils sont tous deux loin des oreilles indiscrètes que la princesse lui avoue son projet secret : mettre un terme à la guerre opposant son empire à la république de Kioka grâce au génie de Solork. Et sa stratégie a de quoi dérouter le jeune homme. Elle lui demande d’être son bras armé, celui sur lequel elle pourra compter et qui ne la trahira jamais. Surpris mais convaincu, Solork n’a plus qu’un obstacle : atteindre le sommet de la hiérarchie militaire impériale. Envoyé avec ses compagnons à la garnison Nord, il se retrouve dans une région faussement calme… »

Notre critique

Après un passage au suspense haletant dans le tome précédent, ce volume d’Alderamin on The Sky impose un calme bienfaisant aux intrigues des puissants. A présent que Solork a toute la confiance de la princesse et même des hautes sphères impériales, cette dernière lui avoue son projet d’avenir pour l’Empire de Katjvarna, sur lequel elle régnera bientôt, consciente que son père n’est plus qu’une marionnette dont les décisions engluent le conflit et causent trop de morts. Chamille veut y mettre fin en assurant la défaite de son propre pays ! Audacieux, périlleux, ce projet est inattendu tant pour le lecteur que pour Solork lui-même qui trouve soudain en Chamille un esprit aussi pragmatique et vif que le sien. Il n’en faut pas plus pour qu’il adhère à cette idée et aux enjeux qui l’accompagnent : il devra gravir les échelons de l’armée pour en devenir le commandant suprême, celui que personne ne pourra contredire ou défier, qui saura faire en sorte de favoriser la victoire incontestable de leur adversaire sans que cela n’en laisse deviner l’intention délibérée. Aussitôt, un autre obstacle se dessine pour Solork : Yatorishina n’acceptera jamais de jouer ce jeu, trop attachée aux valeurs de sa famille, au rôle qui lui est prédestiné de par son nom, elle refusera la défaite jusqu’au bout. Dans ce cas, pour la préserver et sauvegarder leur lien, Solork devra agir encore plus finement… Pendant que ses compagnons se remettent de la précédente mésaventure, au cours de laquelle ils ont renforcé leur amitié mais aussi trouvé en eux-mêmes des forces qu’ils méconnaissaient, leur départ, ainsi que celui de tous les cadets, est décidé pour la garnison du Nord dans la province septentrionale. Dans le même temps, le mentor de Solork, un inventeur de génie qui est exilé à Kioka pourrait bien aider à la réalisation du plan de Chamille en révélant de nouvelles inventions à l’adversaire de l’Empire.

A peine arrivés à la garnison, le petit groupe se fait remarquer, chacun pour ses qualités ou ses défauts. Et Solork comprend rapidement pourquoi cet endroit pourtant proche de la tribu Shinaaks est dépourvu de conflits. La tactique déployée étant injuste et déloyale, il apparaît évident à notre héros que le calme ne fait que précéder la tempête et les dernières pages de ce tome lui donnent raison !

En résumé, il se passe beaucoup de choses dans ce volume 4 apparemment dénué d’action. Un complot princier est mis en place, menaçant les relations qui unissent depuis toujours Solork à Yatorishina, les ambitions de chacun grandissent, les éléments douteux de la hiérarchie militaire sortent au grand jour tout comme de nouveaux ennemis qui ont bien raison d’en vouloir à l’Empire…

Le dessin demeure d’égale qualité, soigné dans le mouvement comme dans l’expression d’un chara-design pointu, attaché à dépeindre le caractère de chacun. L’humour passe encore une fois bien mieux à travers certaines planches que par le biais de dialogues très sérieux, annonciateurs de discorde et de drames pour le bien commun. Les nouveaux personnages sont bien conçus, la princesse des Shinaaks en tête. La mise en scène et en pages est dynamique et permet de ne pas s’ennuyer un instant au cours de ce tome très… tactique !

Notre critique du tome 4 de Alderamin on the Sky

Après une nouvelle victoire, Solork se retrouve mêlé au complot princier que prépare Chamille pour mettre un terme définitif à la guerre… Ses talents seront cruciaux pour réussir !

Scénario97%
Dessin96%
Edition98%
Originalité97%
Mise en scène96%
Intérêt sur la durée97%
On a aimé :
  • Avancées dans le récit
  • Evolution des personnages
  • Nouveaux ennemis avec du panache
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.