S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Daichi Matsuse / Chara-design : Shinichirou Otsuka
Scénariste : Tappei Nagatsuki d’après le Light Novel éponyme
Editeur : Ototo
Collection : shonen
Genre : Fantasy, fantastique, baston
Public : tout public
Site officiel : Ototo
Sortie : 22 mars 2019
Prix : 6,99
Statut de la série au Japon : en cours de publication, adaptée en animé

Acheter Site officiel

Résumé

« Cherchant à se venger de Pételgeuse après avoir péri une énième fois, Subaru se retrouve obligé de quémander l’aide des autres candidates à la sélection. Seulement, les épreuves passées ont lourdement traumatisé le jeune homme et celui-ci est incapable de mener à bien ses négociations… Au pied du mur, pourra-t-il faire face seul à ce nouvel et terrible ennemi ? »

Notre critique

Ce volume 4 du 3eme arc de la série ne nous apporte pas grand-chose. Certes, il se concentre sur une forme de descente aux enfers psychique pour le héros mais ne nous apprend pas plus d’éléments concernant le récit en lui-même.
Le face à face avec le nouveau grand méchant, et non des moindres tant il est à la fois sadique et fou à lier, dure trop peu de temps pour nourrir la narration. On apprend au moins le nom de l’unité qui accompagne Pételgeuse, ces hommes masqués sont désignés comme des phalanges de la main gauche… Mais le mystère reste entier quant au lien avec la terrible sorcière, l’ombre qui hante les pas de Subaru ou le fléau qui, une fois encore, attaque et dévaste le manoir de Roswaal. Une fantomatique apparition d’animal gigantesque, une explosion et Subaru se réveille de nouveau 5 jours avant le drame. Anéanti d’avoir encore une fois vu Rem succomber à ses blessures pour le sauver puis les cadavres des habitants du village tout proche du manoir, et par-dessus tout terrassé par son impuissance, Subaru est métamorphosé.
Résolu à se venger de Pételgeuse, il en oublie presque son souhait initial de sauver ses amis. Son revirement psychologique est tel qu’il perd pied lors de ses entretiens avec les seuls alliés qu’il envisage. Aucune des prétendantes au trône ne répond favorablement à sa demande de soutien. Bien entendu, toutes voient en l’hypothétique mort d’Emilia une rivale en moins et le fait que Subaru ne puisse pas révéler comment il peut ainsi prévoir la catastrophe ne les incite pas à lui faire confiance. Incapable de rallier des forces amies, Subaru refuse pourtant de se reposer entièrement sur les pouvoirs de Rem. Il ne lui reste plus qu’une option : courir après le temps et évacuer ses amis avant l’arrivée des ennemis. Pourtant, le sort semble s’acharner à contrecarrer ses plans puisque rien ne se déroule comme prévu, le retard s’accumule et une fois encore Subaru ne peut qu’assister, impuissant à la disparition d’innocents et de Rem.
Le revirement de ce personnage principal est atypique. Dans les mangas, on accueille plus volontiers des héros désintéressés qui gagnent sans cesse en capacités à mesure que leur mental se forge. Cette force de caractère très héroïque pousse les protagonistes à vaincre quels que soient leurs moyens, qui, parallèlement, augmentent. Mais Subaru nous apparaît ici aux antipodes de ces homologues de papier. Découragé, prisonnier du silence imposé quant à son unique pouvoir qu’il finit par rejeter en fin de tome, sa candeur et son optimisme l’abandonnent aussi sûrement que sa confiance en lui. Jusqu’ici, il donnait bien le change lors de ses moments de doute ou de peur, il trouvait réconfort et solution grâce à son entourage. Mais livré à lui-même et entêté dans son projet de vengeance pure, il perd ses moyens et devient faible.
Si l’attention se focalise sur cette transformation désarçonnante, la manifestation des intérêts personnels de chacune des candidates apporte un peu de matière à la narration. On est peu surpris de la réaction de Priscilla, mais celle de Crush est objectivement égoïste de même que les conseils donnés par Anastasia qui évoquent une discrète volonté d’aider sans s’impliquer. On découvre ainsi quelles sont leurs réelles ambitions, quels moyens elles sont prêtes à mettre en œuvre pour atteindre leur but et le jeu n’en est que plus inégal. De plus, Aldébaran, le garde du corps de Priscilla et peut-être originaire du même monde que Subaru, laisse soudainement voir une haine farouche envers Ram… Pourquoi ?
Le suspense est heureusement maintenu puisque les échecs successifs de Subaru, tant en négociations qu’en action, ne font que précipiter ce qui semble inévitable. L’action rattrape notre héros en fin de tome, avec un nouveau drame et deux mystères : l’apparition du fameux Moby Dick auteur du brouillard mortel vanté à Subaru par ses aides de fortune (ou d’infortune ici) et la soudaine perte de mémoire de ces derniers une fois prisonniers de l’immense créature.
A ce titre, le dessin de Daichi Matuse relève brillamment le nouveau défi : après les précédents combats, Subaru et Rem doivent affronter une grotte humide de sang dans laquelle Pételgeuse les séquestre, la dévastation du village puis du manoir, des créatures gigantesques terrifiantes et avides, le contraste avec les rues animées de la capitale puis le désert angoissant de la route menant au manoir, les chocs psychologiques incessants pour Subaru… Tous les éléments clés sont sublimés par le trait du mangaka, ce qui donne bien plus de consistance au récit que le contenu narratif global de ce tome.

Tappei Nagatsuki nous informe en post-note que l’intrigue de ce 3eme arc va enfin commencer… Il serait temps !

Notre critique du tome 4 de Re:Zero Re:Life – Arc 3 : Truth of Zero
Démuni mais assoiffé de vengeance, Subaru décide de demander l'aide des rivales d'Emilia...
Scénario80%
Dessin90%
Edition90%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Evolution psychique à contre-emploi du héros
  • Graphisme de constante qualité
  • Alliance narration/dessin
On a moins aimé :
  • Cette mise en place de l'arc 3 traîne en longueur
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.