S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Kobayakawa Haruyoshi
Scénariste : Kanekiru Kogitsune
Éditeur : Ototo Manga
Collection : Seinen
Genre : Fantastique, Action
Public : + 14 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 29 mai 2020
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Ogu-Rô se rend dans le royaume de Sternvelt, en compagnie de quelques membres de sa troupe de mercenaires. Ceux qui ne sont pas avec lui, sont en exploration, afin de collecter de nouvelles informations sur le monde et les créatures qui les entoure. De son côté, Ogu-Rô continue d’évoluer et découvre les joies de la paternité. Il fait également une rencontre qui va bousculer son destin, ainsi que celui du Royaume de Sternvelt.

Notre critique

Ogu-Rô a divisés ses parabellum en cinq groupes et ceux-ci sont en route afin de collecter des informations sur les hommes et leur environnement, ainsi que chasser et obtenir le plus d’expériences possibles. En général, ses troupes s’entendent assez bien et leur mission se passe sans heurts, excepté pour le quatrième groupe, qui n’a pas de leader au départ, et dont les relations ne sont pas au beau fixe.

De son côté, Ogu-Rô se rend au Royaume de Sternvelt, car il a fait une rencontre étonnante sur sa route : la princesse Rubiria, fille de la première reine de Sternvelt, qui a une haute estime d’elle-même et qui rend dingue ses gardes du corps. Enlevée, elle sera libérée par le gobelin et décidera de l’accompagner dans son voyage, en abandonnant sa garde personnelle.

En plus de Rubiria et de son chevalier servant, Ogu-Rô voit sa troupe s’agrandir : ses nuits sans sommeil auprès des humaines ont porté leur fruit et des naissances se profilent à l’horizon. Après des grossesses ultra-rapides, quatre enfants pointent le bout de leur nez : deux ogres de sang-mêlé, un ogre supérieur et une petite humaine. Ces naissances vont changer la perception du monde qu’à notre héros, devenu d’une certaine façon plus sensible. Mais bien sûr, Ogu-Rô ne perd pas de vue son objectif et continue d’affronter des créatures de plus en plus fortes et de les dévorer, afin de gagner de nouvelles compétences grâce à sa capacité d’absorption. C’est donc un gobelin de plus en plus puissant que l’on découvre, avec des capacités et des compétences que lui-même ignore et qui auront certainement des conséquences sur ses prochaines aventures.

Cette série se poursuit selon le même modèle que les tomes précédents, c’est-à-dire sous forme de jeu vidéo, où les personnages évoluent en fonctions des expériences qu’ils vivent et des compétences qu’ils acquièrent. Ici, on vit du 96ème au 117ème jours de la vie d’Ogu-Rô et on n’a pas le temps de s’ennuyer, tant le scénario est dynamique. Cette structure narrative peut lasser certains lecteurs, car il y a pas mal de texte et peu de place pour le graphisme, ainsi que les dialogues entre les différents personnages. De plus, l’évolution incessante du héros donne au lecteur l’impression qu’une partie de l’histoire se répète.

On a un trait régulier, assez fin et agréable à l’œil. Il n’y a pratiquement aucun décor, car l’accent est mis sur les héros de cette série. Les scènes de combat sont claires et faciles à suivre, grâce notamment aux lignes de mouvement et à un bon découpage. Ogu-Rô et la princesse Rubiria sur son épaule font la couverture de ce tome.

Notre critique du tome 5 de Re:Monster

En résumé, une série assez originale, qui plaira surtout aux amateurs de seinen qui apprécient les expériences de lectures différentes, à la construction moins classique et aux héros badasses, que rien n'arrête. Bonne découverte!

Scénario80%
Dessin90%
Édition90%
Originalité80%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée80%
On a aimé
  • De l'action
  • On découvre de nouveaux personnages à chaque tome
  • La descendance d'Ogu-Rô est toute mignonne!!
On a moins aimé
  • Beaucoup de texte, peu d'espace pour le dessin
  • L'évolution du héros semble infinie
80%Note Finale

A propos de l'auteur

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.