S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Taiki Kawakami
Scénariste : Bokuto Uno
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Science-Fiction
Public : + 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 24 août 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Le conflit contre les Shinaaks perdure et une partie de l’armée est prisonnière de l’ennemi, dans les hauteurs de la région septentrionale. Se retrouvant avec le commandement de son unité, Ikta décide pourtant de ne pas partir à leur secours dans l’immédiat. Face aux récriminations de ses subordonnées et amis, il explique sa stratégie : étant des habitants de la plaine, il leur faut s’acclimater à l’altitude qui est devenue leur principal point faible. Les symptômes déjà ressentis par nombre d’entre eux ne sauraient que s’aggraver s’ils couraient droit devant eux sans réfléchir, ce qui les handicaperait gravement au combat. Le dilemme d’Ikta est terrible : prendre le risque de laisser mourir leurs camarades sous les assauts ennemis et préserver ce qu’il reste de leur effectif ou bien foncer tête baisser et perdre plus d’hommes encore ! Cette décision comme les suivantes vont permettre à Ikta de dévoiler tout son savoir faire tactique mais pourra t-il en supporter les conséquences ? »

Notre critique

Excellente suite directe, ce tome 6 impose un accent de plus en plus dramatique qui brise doucement l’image nonchalante de notre héros. Car Ikta endossant le difficile rôle de chef doit prendre des décisions qui, bien que censées, s’avèrent aussi porteuses de conséquences difficiles.

Il ne fait pourtant preuve d’aucune suffisance et ne se prive pas d’expliquer l’ensemble de ses raisonnements afin de calmer les esprits et de s’assurer que ses proches lui gardent leur confiance.

Pourtant, Ikta encaisse ses premières responsabilités au titre de commandant remplaçant par l’inévitable réalité : la mort de nombreux soldats, dont certains avec lesquels il venait de créer des liens, et qui ont attendu en vain qu’on vienne les sauver. Par la suite, il prend sur lui et suggère à son supérieur direct, le très franc Sazaruf, de ménager les ordres du général Safida, préservant la population civile qui, pour autant, ne verra en lui qu’un ennemi sans scrupule. Heureusement, Ikta peut compter sur le soutien indéfectible de ses amis et même de Deinkun qui est lui-même originaire de la région mais ne trahit pas son serment de soldat. En sachant endurer les reproches des civils et même les représailles publiques de Deinkun sans abuser de son autorité, Ikta prouve une fois encore qu’il est un chef en devenir digne de ce nom et surtout bien plus digne que le général Safida dont la cruauté semble avoir précipité ce conflit.

A moins que… Ikta commence à avoir des doutes sur les origines de la révolte Shinaak. Il voit ses soupçons confirmés par la meneuse même de la tribu, Dal Nanak, capturée et confiée à son unité qui accepte de lui parler. On découvre même qu’ils se sont connus enfants, alors qu’Ikta voyageait avec son grand-père et qu’ils étaient alors devenus amis. C’est en souvenir de cette amitié qu’Ikta demande la vérité à Dal Nanak et la pousse à lui faire confiance pour une alliance. Son but est double : démasquer la République de Kioka qui se sert des Shinaaks contre l’Empire et faire face à l’armée d’Aldera qui se rapproche dangereusement de leurs troupes. Mais rien n’est gagné. D’autant qu’on peut se demander pourquoi il est si important de prendre la défense d’un être aussi abject que le général Safida. Le lecteur aura tout de même le plaisir de lire que ses actes de cruauté sont venus aux oreilles de l’Empire qui entend enquêter et le juger s’il revient à la capitale…

Entre tactique audacieuse, preuves de courages, détermination, retrouvailles inattendue, réalités des faits et conséquences lourdes à assumer, Ikta brille plus que jamais dans ce tome 6. On découvre qu’il préfère jouer le rôle du méchant que du héros, que cela lui permet d’avancer dans la direction qu’il juge la plus appropriée malgré les difficiles choix que cela implique. Fidèle à ses convictions jusqu’au bout, il commence déjà à sacrifier une certaine image de nonchalance et de flegme au profit d’une détermination plus tenace que les autres. Il est enfin toujours appréciable de lire avec quelle maîtrise un scénariste n’hésite pas à sacrifier ses personnages pour garantir la qualité de son histoire. De même, Bokuto Uno n’omet rien des actes de guerre trop courants tels que les violences gratuites envers les civils et les prisonniers, faits ignobles constatés par les protagonistes et exceptionnellement empêchés lorsqu’ils parviennent à temps sur les lieux. Sans pousser à l’héroïsme trop facile, Ikta, Yasutori et Deinkun sont à la fois témoins et acteurs de situations qui achèvent de les former comme soldats et officiers de l’armée impériale.

Le dessin de Taiki Kawakami accompagne la narration dans l’action comme dans l’attente et les terribles face à face avec ces réalités de la vie d’un soldat en activité. Fluide, appuyé par une mise en cases maîtrisée, le déroulé du récit s’allie au dynamisme parfois tragique sans tomber dans l’excès de pathos. La force morale et le génie d’Ikta en ressortent avec plus d’évidence.

Notre critique du tome 6 de Alderamin on the Sky

Devenu commandant de sa section, Ikta doit faire des choix difficiles qui condamnent d'autres soldats et facilitent le complot ennemi...

Scénario97%
Dessin98%
Edition97%
Originalité95%
Mise en scène96%
Intérêt sur la durée99%
On a aimé :
  • Ikta montre son visage de tacticien hors pair
  • Récit qui gagne en densité avec des situations plus graves
  • Scénario complexe avec un suspense grandué
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.